Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Grosjean et Haas, un projet voué au succès ?

Si de nombreuses voix s’élèvent contre le choix de Romain Grosjean, qui a préféré rejoindre les rangs d’une écurie débutante en Formule 1, Haas F1 Team, au lieu de signer chez Renault, dont le retour n’est pas encore officialisé, le pilote Franco-Suisse n’a peut-être pas pris une si mauvaise décision que cela, du moins sur le papier. Alors, Grosjean peut-il retrouver le chemin du sommet à l’aide de ce nouveau défi ?

Décision inconsidérée ou choix visionnaire ?

Evidemment, de prime abord, il n’est pas superflu de se demander pourquoi Romain Grosjean n’a pas attendu quelques semaines de plus pour s’engager avec Renault en Formule 1, écurie susceptible de lui offrir des opportunités de titre de champion du monde à moyen terme, chose qu’Haas ne sera probablement pas en mesure de lui donner.

Il faut cependant comprendre que derrière ce projet Haas se cache, pour Grosjean, la perspective d’un contrat futur avec la Scuderia Ferrari. Kimi Raikkonen, sous contrat la saison prochaine avec Ferrari pourrait mettre un terme à sa carrière fin 2016. Et dans ce cas précis, Romain est certainement le pilote le mieux placé pour remplacer Iceman. Car en dépit d’un passage difficile chez Lotus, particulièrement la saison passée, Grosjean a fait preuve de nombreuses qualités. Outre sa pointe de vitesse et sa capacité à tirer le meilleur de sa monoplace en qualifications, le tricolore démontre également qu’il est à la fois pugnace et positif, tout en sachant mettre la pression sur son équipe. Un meneur potentiel ? Oui, mais à confirmer chez Haas, puisqu’il déteindra le rôle de leader.

Toujours est-il que l’actuel pilote Lotus est probablement le pilote le plus en vue cette année. Valtteri Bottas et Nico Hülkenberg, deux autres espoirs, ont tous deux déçu en plusieurs occasions cette année, au contraire de Grosjean. Evidemment, la saison prochaine pourrait redistribuer les cartes entre ces trois hommes mais Romain disposera d’un gros atout, le fait d’avoir évolué dans une écurie partenaire de Ferrari en 2016.

Haas F1 sur les traces de Stewart GP ?

Pour ce qui est de son avenir à très court terme avec Haas, nous savons qu’il ne disposera pas d’une machine capable de gagner l’an prochain. Cependant, Haas débarque en Formule 1 avec de gros moyens techniques, financiers et humains et une certaine expérience de la course automobile, en Nascar notamment. De plus, Ferrari apportera un soutien technique allant bien au-delà du simple partenariat moteur. Concrètement, cela signifie que Haas ne suivra pas la route de Caterham, Marussia ou HRT ces dernières saisons. Ainsi, la jeune équipe devrait être en mesure de se battre pour les points dès 2016, c’est en tout cas notre avis. Avec un peu de réussite, un podium ne serait pas à exclure non plus. On se souviendra que l’écurie Stewart Grand-Prix avait réussi cet exploit dès sa première campagne en Formule 1 (Monaco 1997, Rubens Barichello) avant de signer une pole position (1999, Magny-Cours, Barichello) et une victoire (Nurburgring, Herbert). Partir de zéro pour réussir, cela reste donc possible.

Enfin, plus que tout, Romain avait grand besoin de changer d’air. Après de nombreuses années passées à Enstone et des rapports plutôt tendus avec Renault par le passé, le Français a préféré relancer sa carrière en prenant un risque, assez mesuré malgré tout. Choix courageux mais pas injustifié. Bien sûr, c’est sur la piste, d’ici quelques mois, que nous pourrons réellement porter un jugement sur la décision du pilote tricolore. Mais en cas de passage chez Ferrari en 2017, les détracteurs d’aujourd’hui crieront probablement au génie ! Le rendez-vous est pris…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR