Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Verstappen porté aux nues trop vite ? [Màj]

Max Verstappen podium Formule 1

Cela ne faisait aucun doute compte-tenu de la maestria avec laquelle il avait remporté le Grand-Prix d’Espagne de Formule 1, mais c’est officiel, Max Verstappen a été élu pilote de la course par les fans via les réseaux sociaux, comme vient de l’indiquer le site officiel de la Formule 1 via son compte Twitter. Une victoire amplement méritée qui confirme le couronnement du jeune néerlandais, désormais entré dans le cercle très fermé des vainqueurs de Grand-Prix.

Formule 1 : Verstappen élu pilote de la course à Barcelone

Bien sûr, cette récompense offerte à Max Verstappen est totalement justifiée. Auteur d’une belle séance de qualifications (4ème, derrière son coéquipier, Daniel Ricciardo), le pilote Red Bull a, ensuite, su profiter des faits de course pour accéder progressivement au commandement avant d’offrir une résistance surprenante à un pilote aussi expérimenté que Kimi Raikkonen, qui n’aura jamais été en mesure de pousser à la faute le fils de Jos Verstappen. Se jouant totalement de toute forme de pression, Max s’est imposé comme un pilote expérimenté et c’est à ce niveau que tout le paddock a été impressionné.

Mais, car il y a un mais, ne crions pas trop vite au génie pour autant. Remportez un Grand-Prix, c’est une chose, gagner un championnat, s’en est une autre, et Nico Rosberg peut parfaitement en témoigner. Décrié, critiqué, accusé l’an passé, en raison de ses accrochages et de son manque d’humilité et d’introspection dans certaines occasions, aujourd’hui, Verstappen est adulé par ses détracteurs d’hier et d’ores et déjà traité comme un champion du monde de Formule 1 en puissance. Des réactions émises sous le coup des émotions ? Sans aucun doute…

Formule 1 : Verstappen l’a fait, course, GP d’Espagne

Car avant de voir un Max Versappen se battre pour le titre, il faudra déjà constater à quel point le jeune adulte est capable de faire évoluer une monoplace dans le bons sens, de travailler avec une équipe à la résolution des problèmes et, surtout, résister à la pression gigantesque qui s’impose naturellement lorsque l’on bataille pour le titre suprême. Et ce n’est pas après une saison et quelques courses que nous pourrons en juger. De plus, son caractère devra être canalisé. Cela semblait être le cas à Barcelone, mais nous ne pouvons juger un pilote sur une seule et unique course. Il a du talent, c’est un fait mais, jusqu’à preuve du contraire, ne peut encore prétendre au titre de « génie ».

« Je ne peux pas y croire. C’était une super course. Je dois remercier l’équipe qui m’a fourni une voiture aussi bonne« . Max Verstappen sur le podium du Grand-Prix d’Espagne de Formule 1, après sa victoire à Barcelone.

D’autant qu’en Espagne, les événements ont largement tourné en sa faveur. Tout d’abord, il y a eu l’accrochage entre les deux Mercedes. Sans cela, impossible pour qui que ce soit d’envisager la victoire. Puis, il y a eu ce mauvais envol des Ferrari qui ont, ensuite, du remonter leur handicap progressivement. Voilà qui propulsait, dès le premier tour, Verstappen à la deuxième place de la course. Ensuite, il y a eu ces stratégies à trois arrêts de Daniel Ricciardo (qui, avec une stratégie à deux arrêts, aurait probablement gagné la course) et Sebastian Vettel, deux candidats à la victoire éliminés.

Puis le cas Raikkonen, incapable de dépasser la Red Bull en raison d’un dernier secteur catastrophique pour les Ferrari, qui manquaient d’adhérence au plus mauvais des endroits, l’ultime courbe commandant la ligne droite. Pourtant, depuis le début de la course, le Finlandais s’était clairement montré le plus rapide, tous pilotes confondus. Alors certes, selon la formule consacrée, avec des « si », nous pourrions refaire le monde mais, nous nous devions de revenir sur ces faits afin de rappeler à chacun que le jeune Verstappen, aussi brillant soit-il, avait bénéficié de circonstances de course plus que favorables.

Génie ou pas, il faudra attendre encore quelques courses -voire, quelques saisons- pour en juger objectivement…

One Comment

  1. Pingback: Formule 1 : Raikkonen, Ferrari, les vrais vainqueurs de Barcelone ? - Le Mag Sport Auto - Le Mag Sport Auto

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *