Le Mag Sport Auto

Grincement de dents chez les constructeurs de F1

Ferrari, Renault et d’autres, la grogne monte dans les rangs des écuries de Formule 1 concernant les projets de Liberty Media, le groupe qui a racheté en 2016 le championnat de la catégorie reine des sports automobiles.

Motorisation simplifiée

À partir de 2021, de nouvelles règles sur la motorisation semblent se profiler. C’est en tout cas ce qui en ressortirait d’une réunion de travail entre la FIA, Liberty Media et les principaux constructeurs du circuit. Ceci afin de faciliter l’accès de la discipline à de nouveaux motoristes, ce qui n’est évidemment pas du goût de ceux déjà en place, à commencer par Ferrari. Le constructeur au cheval cabré est rappelons-le, le seul a avoir participé à toutes les saisons de F1 depuis la création du championnat.

Selon Sergio Marchionne, Président de Ferrari, « il y a des choses qui sont bonnes dans leurs propositions, comme la réduction du coût du fonctionnement d’une écurie. Mais nous ne sommes pas d’accord avec d’autres choses. »

Le nouveau moteur envisagé semble être la pomme de la discorde. Même son de cloche chez Renault, où l’heure n’est cependant pas encore à la confrontation frontale avec les organisateurs. Mais le scepticisme est clairement de mise, comme le montre la déclaration de Cyril Baiteboul à l’Équipe : « Il s’agit d’un bon point de départ, mais certaines choses ne peuvent rester en l’état, comme la standardisation de certains éléments. Quand on s’appelle ‘Renault’, ‘Mercedes’ ou ‘Ferrari’, c’est une chose délicate à accepter. »

Un calendrier à 25 Grands Prix

Un autre grand chantier est en cours de réflexion chez Liberty Media. Il concerne le calendrier. La saison de F1 compte actuellement 20 Grands Prix et sera portée en 2018 à 21 avec le retour d’un Grand Prix de France. Alors que le dernier Grand Prix dans l’Hexagone avait eu lieu sur le circuit de Nevers Magny-Cours, ce sera le circuit du Castellet qui permettra à la France d’accueillir le nouveau GP de F1 depuis 10 ans, en juin 2018.

Mais le propriétaire des droits commerciaux de la F1 souhaiterait parvenir à organiser 25 Grands Prix dans l’année, ce qui nécessitera forcément des changements dans l’organisation des courses actuelles. Il est évoqué la possibilité de réduire le week-end de F1 à deux jours au lieu de trois actuellement. Aussi de découper le calendrier par zone géographique au lieu de faire des aller-retour entre continents comme c’est le cas actuellement. Le but, au final, étant de générer plus de recettes (billetterie, sponsoring et droits TV), tout en maintenant des dépenses logistiques stables, voire même les réduire.

Reste à savoir si les Liberty Media parviendra à imposer sa vision des choses avec pour but clairement avoué, de rendre ce sport automobile spectaculaire.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *