Le Mag Sport Auto

[Formule 1] L’ empattement long de la Mercedes, un handicap face à Ferrari ?

Formule 1 Mercedes

A une semaine de la reprise du championnat du monde de Formule 1 (Grand-Prix de Belgique), revenons sur le duel que se livrent Mercedes et Ferrari. Si la monoplace allemande semble supérieure depuis plusieurs courses, sa rivale italienne a remis les pendules à l’heure lors du dernier Grand-Prix, en Hongrie. Tentons d’expliquer ce revirement soudain…

Ferrari : deux doublés sur circuits lents

Depuis le doublé de Monaco, la Scuderia Ferrari n’a jamais été en mesure de remporter un G.P de F1 en 2017…jusqu’à Budapest ! Le point en commun de ces deux pistes ? Le rythme au tour, plutôt lent mais aussi et surtout, la nature de ces deux tracés, composés de sections sinueuses. Alors, pourquoi Mercedes semble perdre pied sur ce genre de piste face à sa rivale ? Et bien l’explication se situe peut-être au niveau de l’empattement de la flèche d’argent, nettement plus imposant que celui se la Ferrari.

Dans le cas de l’ Hungaroring, les températures plus élevées et l’utilisation de pneumatiques plus tendres a également contribué à la domination des rouges. Domination qui n’était pas aussi évidente qu’à Monaco. Le signe probable de progrès réels de Mercedes sur ce genre de circuit. Aussi, ces paramètres analysés de manière « brute » semblent défavorables à l’écurie Ferrari et à Sebastian Vettel dans l’optique du titre de champion du monde de Formule 1, cette année.

Mercedes : Circuits rapides, avantage aux flèches d’argent

Spa Francorchamps, Monza, Suzuka, des circuits rapides qui ne devraient pas avantager les transalpines alors que leurs concurrentes germaniques devraient y être particulièrement à leur aise. Sur ces Grand-Prix, Vettel devra donc limiter la casse en engrangeant un maximum de points. Sachant que Kimi Raikkonen ne se mettra pas en travers de sa route, Sebastian pourrait aussi bénéficier de la rivalité entre coéquipiers chez Mercedes. Bottas est capable de battre Hamilton, surtout lorsque ce dernier passe à côté de son sujet, ce qui arrive de temps en temps, surtout cette saison.

Mais globalement, cette fin de championnat ne paraît pas favorable à la Scuderia. En dehors de Singapour voire, d’ Interlagos, les Ferrari devraient souffrir, du moins sur le papier. Car bien sûr, l’équipe italienne a toujours la capacité de progresser et de rattraper son retard dans les domaines qui lui font défaut…Pouvons-nous imaginer un retournement de situation au G.P de Belgique ? Réponse d’ici quelques jours…

Téléchargez gratuitement nos applis afin d’être informés des dernières news et résultats : applis Android et iOS (Apple)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *