Le Mag Sport Auto

Rallycross, Damien Meunier un jeune pilote talentueux et prometteur

Rallycross Damine Meunier

Damien Meunier a 16 ans et demi et disputait, à Kerlabo, sa cinquième course en Rallycross de sa carrière ! Pour fêter cela, il s’est adjugé son tout premier podium… avant mieux dans la prochaine épreuve ? Nous avons eu la chance de passer du temps avec lui et de parler de ses débuts, sa situation, ses projets et ses ambitions.

Damien Meunier n’est pas « là pour acheter du terrain ».

C’est par cette tagline que son week-end a débuté. Une phrase qui faisait réponse à la question du speaker de savoir s’il voulait jouer la victoire ou non. Bien sûr que oui ! Damien n’a peut-être que 16 ans mais il a déjà des ambitions et a conscience de son talent. Quand on découvre sa vie jusqu’à maintenant, on comprend mieux qu’il est l’Obélix du Rallycross français :

« J’ai toujours baigné dans l’univers du Rallycross. Mon père roule depuis que je suis tout petit, ma maman a été championne de France féminine en 2016 (Sabrina Souchaud, ndlr). J’aime piloter. Je savais piloter un karting avant de savoir faire du vélo ! A 9 ans, je roulais dans la casse de mon grand-père sur des 2CV pour m’amuser. Et je vais en cours avec une voiture sans permis. En 2015, pour fêter mon brevet, j’ai pu rouler en SpintCar. Cette première expérience s’est bien passée et j’ai loupé la qualif pour la finale de peu. J’avais vraiment envie de venir en Rallycross, et comme j’ai eu 16 ans j’ai enfin pu réaliser mon rêve. Avec ma team on a décidé que je roulerais en Super 1600. »

S’il rêve déjà de Supercar et de bien plus encore, Damien est quelqu’un de mature qui garde les pieds sur terre : « J’ai déjà un pilotage 4 roues motrices (rires) mais j’apprends et découvre les circuits avec la S1600. J’aime avoir ce rôle de devoir faire face aux favoris de la catégorie. Après, sans les sponsors nous ne pourrions rien faire. Mais je ne pense pas à la casse. Je ne me pose pas de questions même si parfois je suis un peu limite.»

Damien Meunier : pilote, passionné, mécanicien, régleur : 3000% Rallycross.

Damien est aussi quelqu’un de très impliqué dans le développement de sa Citroën C2 S1600 et dans ses courses : « Je n’ai aucune pression, j’y vais à fond et je fais de mon mieux. En dehors des courses je passe beaucoup de temps sur l’auto. C’est moi qui fait les réglages. Je n’ai pas eu de dimanche de repos depuis très longtemps car je travaille tout le temps sur la voiture. J’ai eu mon CAP de Mécanicien et je vais faire une formation d’électricien électronicien automobile. Je prépare mon avenir au cas où je ne pourrais pas faire carrière dans le Rallycross. Il y a toujours un risque de casser l’auto. Si on se concentre sur le risque on ne fait plus rien. Je suis instinctif tout en étant conscient des risques. »

Un premier podium sur le circuit de Kerlabo pour sa 5e course en Rallycross, c’est une belle preuve de son talent. Damien nous confie son sentiment après cette course et avant la prochaine, qu’il disputera à domicile : « Je suis vraiment satisfait de mon week-end et très heureux de ce premier podium. Il y a eu une belle bataille avec Jean-Sébastien Vigion. J’ai été régulier tout le week-end, je fais la pôle pour la finale et je termine sur le podium. C’est super. Le redépart a peut-être été avantageux pour moi. J’ai pris un meilleur départ. En plus, juste avant le drapeau rouge, j’ai eu une collision involontaire qui aurait pu m’amener une pénalité. Donc oui, ce redépart a été positif pour moi. Avec l’arrivée de la pluie la piste se dégradait d’un tour à l’autre. J’ai très envie de gagner à domicile. Le circuit de Pont de Ruan – Saché c’est un peu comme chez moi. Je vis à 500m du circuit et mon grand-père en est le propriétaire. L’objectif est vraiment de gagner là bas. »

L’objectif de Damien ? Le WorldRX bien sûr !

Quand à 16 ans on a ce talent et ce potentiel, on parle vite de l’avenir… et d’un bel avenir. Damien Meunier lorgne déjà sur le mondial et nous parle de ceux qui l’inspirent :

« Aller en mondial est bien sûr mon objectif. Quand ? Tout dépendra du budget et des sponsors/soutiens que l’on peut trouver. Mais le WorldRX est mon objectif. Le fait de pouvoir y représenter la France serait un honneur. Cyril Raymond est un exemple, un modèle. Personne n’a fait ce qu’il a réalisé. C’est un excellent pilote. Le Rallye ne m’intéresse pas et l’Autocross m’attire moins, le niveau n’y est pas aussi relevé qu’en Rallycross. »

Quand on demande à Damien si, demain, il pouvait signer chez n’importe lequel des constructeurs engagés en WorldRX lequel il choisirait,  voici sa réponse : « Le rêve serait un constructeur français. En RX2 ce serait de pouvoir rouler pour Olsbergs MSE, ils ont une structure formidable. Sinon Volkswagen ou Audi bien sûr. Chez les privés, la MJP Racing Team Austria a de très belles autos. »

Guerlain Chicherit roulant à Kerlabo, il était trop tentant d’évoquer le projet du pilote français avec Damien : « Le projet de Guerlain est très intéressant. S’il m’appelle pour un contrat je signe tout de suite ! (rires) La Megane Prodrive fait vraiment envie. »

Un enfant de la famille Rallycross à l’avenir prometteur.

Si Damien Meunier est, incontestablement, un jeune pilote prometteur et doué, il n’en reste pas moins un véritable passionné de Rallycross, pour son ambiance et son état d’esprit « Le Rallycross a vraiment une ambiance particulière. C’est une grande famille. Tout le monde se connaît plus ou moins, se retrouve d’épreuve en épreuve. Il y a vraiment un bon esprit et la sensation de faire partie d’une famille. Le paddock est ouvert, les pilotes sont accessibles, on peut voir comment tout se passe. J’ai grandi dans les paddocks de Rallycross. Même des stars comme Petter Solberg sont accessibles et te saluent quand elles te croisent. »

Pour les circuits, Damien a déjà ses préférences : « En France mon circuit préféré est celui de Pont de Ruan – Saché. Il est situé près de chez moi, j’ai grandi avec. Sinon, celui de Faleyras. C’est un très beau circuit et c’est là bas que j’ai pu atteindre ma première finale. En mondial, j’adore ceux de Holjes (Suède) et de Montalegre (Portugal). »

Quand on lui parle du sort de Lydden Hill, voici sa réaction : « C’est vraiment dommage qu’il quitte le WorldRX. C’est l’Histoire du Rallycross qui s’envole avec ce départ ! »

Damien et sa famille, au Show de Kerlabo

Damien Meunier et la vie de tous les jours.

A propos de circuits de WorldRX, l’évocation du Portugal a amené un autre sujet, celui du jeu vidéo : « J’ai eu le meilleur temps mondial à Montalegre sur DiRT 4 pendant longtemps, mais là on vient de me battre. »

Du coup, on a voulu savoir : « Damien tu es plutôt DiRT Rally ou DiRT 4 ? ». Voici sa réponse : « DiRT 4 ! Il y a plus de circuits, le jeu est plus varié (LandRush, AutoCross, Rallycross, Rallye…) on ne tourne pas vite en rond avec ce jeu. DiRT 4, en mode simulation bien sûr, est plus réel que DiRT Rally. La dérive est plus réaliste, tout comme les réglages. Comme ils sont plus ouverts, ils deviennent plus réalistes. Il faut bien chercher et travailler ses réglages mais au final c’est plus réaliste. D’ailleurs, j’importe mes vrais réglages dans DiRT 4. »

A 16 ans et demi, vivre sa passion (sa vie même) Rallycross à 300% c’est sortir du lot. On a voulu savoir comment ça se passait dans la vie de tous les jours avec les jeunes de son âge. Voici ce que Damien nous a répondu : « Avec mes amis tout se passe bien. Ils me supportent à fond et sont toujours là pour moi. Avec les autres… il y a de la jalousie… »

Durant ce long échange avec Damien Meunier, il nous a été longtemps répété l’importance des sponsors dans ce sport et pour son avenir. Si demain il n’a pas de sponsors ou de partenaires, l’aventure va s’arrêter là. Car, même si Damien est issu d’une famille Rallycross, sa famille n’a pas les moyens de pouvoir le soutenir et le faire courir jusqu’au mondial. Quand on voit son talent, sa maturité, sa confiance en lui (un pilote a vraiment besoin de confiance en lui), ses capacités à attaquer sans sortir, on se dit qu’il a un brillant avenir en Rallycross. Comptez sur nous pour le suivre. On espère de tout cœur que le bon sponsor/partenaire croisera sa route et lui permettra d’aller loin.

On remercie grandement Damien Meunier, sa famille et son staff pour leur accueil, leur disponibilité, leur franchise et leur gentillesse. On leur souhaite le meilleur pour la fin de la saison et pour 2018 !

Rallycross, du spectacle à tous les niveaux à Kerlabo

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *