Le Mag Sport Auto

Red Bull, la 3ème force en Formule 1 ?

Red Bull Racing

Le premier Grand-Prix de Formule 1 de la saison venant tout juste de s’achever, à Melbourne, GP d’Australie, nous pouvons désormais tirer quelques enseignements sur les forces en présence dans ce championnat du monde édition 2016. S’il ne faisait aucun doute, à l’issue des essais hivernaux, que Mercedes et Ferrari seraient les deux écuries à battre -pensée confirmée à l’issue du GP d’Australie-, il restait une interrogation relative à l’identité de la 3ème force du plateau, écurie en mesure de mener la fronde. La réponse -provisoire- est désormais connue…

Formule 1 : La Red Bull RB12 est bien née !

Derrière les deux mastodontes de la Formule 1, Mercedes et Ferrari, quatre écuries semblaient être en mesure de décrocher la place d’outsider no1 à savoir, Williams, Force India, Red Bull et Toro Rosso. Si, après les qualifications du Grand-Prix d’Australie, la balance semblait pencher plutôt en faveur de Toro Rosso, c’est finalement sa grande-soeur, Red Bull, qui s’est extirpée du peloton. En dépit des nombreux problèmes (stratégie en qualifications et panne mécanique/électronique en course) rencontrés par Daniil Kvyat, la Red Bull Tag (Renault) de Daniel Ricciardo s’en est mieux sortie qu’escompté. Christian Horner, Team Principal, s’exprimait après la course :

« Une bonne prestation de Daniel pour sa course à domicile qui a livré une belle course du début à la fin. Le podium était un peu trop loin aujourd’hui mais il a fait tout son possible. Le rythme de la voiture, en course, est encourageant. Mais c’est honteux que Daniil n’est pas pu prendre le départ. Il semble maudit ici, à Melbourne. Il a malheureusement été victime de la défaillance du CU-H de son unité de puissance mais il sera de retour à Bahrein ».

Seulement 8ème sur la grille de départ et derrière les Toro Rosso (comme cela se produisait déjà de temps à autre l’an passé), Ricciardo a livré une course exemplaire, laissant apparaître de véritables qualités sur sa monoplace, avec une progression sensible du moteur Renault et un châssis toujours aussi efficace en conditions course, notamment au niveau de l’exploitation des gommes Pirelli. D’ailleurs, le record du tour en course signé par le pilote australien -certes, bien aidé par sa stratégie en fin de course- démontre que l’équipe autrichienne est sur la bonne voie, face à des Williams et Force India très décevantes et des Toro Rosso toujours moins fringantes sur de longs relais.


5ème après son ultime arrêt aux stands, Daniel Ricciardo n’a fait qu’une bouchée de la Williams de Massa pour s’installer définitivement à la 4ème place de ce Grand-Prix d’Australie de Formule 1. La RB12 semble donc bien née, même s’il est un peu tôt pour tirer des conclusions définitives. Donnons rendez-vous à l’ensemble du team Red Bull Racing, dans moins de deux semaines, pour le Grand-Prix de Bahrein, avec une possible réaction de Williams, seule formation véritablement capable de venir titiller la RB12 à court terme. Reste aussi, pour l’équipe autrichienne,  à progresser en qualifications, talon d’Achille hérité de la saison dernière…

Rosberg s’impose et Grosjean en impose (Formule 1, GP Australie)

One Comment

  1. Pingback: Williams se contente du minimum en Formule 1 - Le Mag Sport Auto

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *