Le Mag Sport Auto

L’année 2019 de rallye, les tops et flops de la rédaction

année 2019 de rallye, les tops et flops de la rédaction

L’année 2019 fut intense en rallye. En WRC, trois pilotes jouant le titre jusqu’à la dernière manche (sans le savoir) de la saison. En ERC, un champion surprise qui est titré sans avoir décroché une seule victoire. Une saison marquée par l’arrêt de la carrière de Petter Solberg, le départ de Citroën ou encore la fin de la domination des « Sébastien » en rallye mondial. Alors, découvrez, aujourd’hui notre top 5 et notre flop 5 de la saison.

Rallye, les 5 flops de la saison.

5- Łukasz Pieniążek : le jeune polonais, auteur de deux saisons intéressantes en 2017 et 2018 avait l’occasion de confirmer cette année en étant engagé par M-Sport pour la saison de WRC-2 Pro. Malheureusement, ses 4 prestations ne furent pas grandiose. Au Mexique, il gagne en étant le seul engagé dans la catégorie. En Corse, il remporte la catégorie suite à l’abandon de Rovanperä. Ses deux autres apparitions ne furent pas marquantes et le polonais a passé la seconde moitié de la saison sans rouler. Rien de bien encourageant pour la suite.

4 -Toyota Gazoo Racing : avec Tänak, Latvala et Meeke le trio semblait à la fois risqué mais à la fois très bon pour aller jouer le titre constructeurs. Au final, Mäkinen n’a pas su imposer de réelle stratégie d’équipe, et passé à côté d’un magnifique triplé en Finlande et a laissé filé Tänak en fin d’année. La Yaris WRC est la meilleure voiture du plateau, mais l’équipe n’a pas su concrétiser et s’imposer comme une vraie équipe. A l’arrivée, Tänak est titré, certes, mais part chez Hyundai, Latvala a connu la pire saison de sa carrière de pilote officiel et Hyundai a remporté le championnat constructeurs. Décevant.

3- Teemu Suninen : l’espoir finlandais disputait sa seconde saison comme pilote officiel avec M-Sport. Mais le résultat est à peine meilleur. 9e cette année (12e en 2018 avec une manche en R5), Suninen est passé à côté de la victoire en Suède après une sortie de route. Le jeune pilote M-Sport aurait pu profiter de sa bonne position sur la route lors des rallyes terre pour décrocher de bons résultats mais n’aura su obtenir qu’un seul podium cette année (Italie). Bien parti pour disputer une troisième saison en WRC comme pilote officiel M-Sport, Suninen devra trouver le truc en plus s’il veut continuer sa carrière en rallye mondial.

2- WRC-2 Pro : très intéressant sur le papier, à l’instar du WRC Trophy en 2017, le WRC-2 Pro aurait pu nous offrir de superbes batailles tout au long de la saison. Au final, Skoda Motorsport a tout dominé, et sur certaines manches hors Europe, un seul pilote était au départ dans la catégorie. Bien trop irrégulière, la catégorie a manqué de suspens et d’engagement de la part des constructeurs pour briller. En 2020, elle sera renommée « WRC-2 » mais verra Skoda Motorsport quitter la partie. A l’heure actuelle, seul Hyundai Motorsport semble s’intéresser à cette catégorie. Et si elle disparaissait déjà ? Encore une bonne idée qui pourrait faire pschht, la faute à un véritable engouement et surtout à un encadrement digne de ce nom.

1- Citroën Racing : pas de troisième voiture et aucun titre à l’arrivée. Année difficile pour la marque français qui fêtait pourtant son centenaire. En dehors du Monte-Carlo, Citroën Racing et Sébastien Ogier n’ont jamais pu dominer la concurrence. La fin de la saison est marquée par le départ de Citroën qui tire un trait sur près de 20 ans d’histoire d’amour avec le rallye mondial. Le tout, avec une excuse bidon. Fin risible pour une équipe qui brillait pourtant depuis 2003 !

Les top de la rédaction sur l’année 2019 du rallye.

5- Petter Solberg : après le retrait de Volkswagen du WorldRX, on pouvait espérer voir Petter se ré-engager en rallye ou même en WorldRX avec son équipe. Finalement, le champion du monde des rallyes a annoncé la fin de sa carrière de pilote professionnel avec un « Farewell Tour ». L’histoire s’est terminée au Wales Rally GB avec une très belle victoire en WRC-2 et le début de l’histoire de son fils Oliver en WRC. Un moment riche en émotion, que ce soit pour Petter ou ses fans. Assurément, l’un des moments marquants de l’année.

4- Mads Ostberg : engagé en WRC-2 Pro avec un petit programme soutenu par Citroën et devant faire face aux défauts/déboires de la C3 R5, le norvégien a pourtant réalisé une superbe saison. 3 victoires (et trois 9e place au général) et une deuxième place dans ce championnat, voilà de quoi prouver que Mads Ostberg reste un pilote régulier et talentueux. Espérons qu’il puisse rebondir l’an prochain avec un programme… peut-être privé en WRC ?

3- Chris Ingram : au début de la saison 2019 en ERC, Alexey Lukyanuk faisait office de favori malgré le choix de la Citroën C3 R5. Puis, Lukasz Habaj a été le premier leader/vainqueur de l’année. Par la suite, Chris Ingram a brillé par sa régularité. Seule une casse mécanique en Pologne est venue ternir sa saison tout en relançant le suspens pour la victoire finale. Face à des concurrents malchanceux ou pas assez affutés, Chris Ingram a brillé en remportant l’ERC 2019 sans pour autant réussir à s’imposer sur l’une des épreuves de la saison. Un titre surprise mais pourtant bien mérité !

2- Andreas Mikkelsen et Elfyn Evans : ces deux pilotes terminent quatrièmes du WRC à égalité de points. Tous les deux ont manqué trois épreuves cette saison, et ont dû abandonner au Monte-Carlo. Ils comptent également deux abandons sur l’ensemble de la saison et aucun rallye terminé en dehors du top 10. Avantage Mikkelsen avec trois podiums, mais Evans a montré de belles choses cette année et, surtout, su faire preuve d’une vraie régularité ! Désormais pilote officiel chez Toyota, Evans pourrait être une grosse surprise de 2020 en WRC. De son côté, Mikkelsen est en passe de décrocher un programme partiel sur la 4e Hyundai i20 Coupé WRC et pourrait, ainsi, réaliser de belles prestations car dégagé de toute pression !

1- Ott Tänak : déjà l’an passé, il était notre pilote de l’année. Cette saison, Tänak était encore meilleur. Régulier, rapide sur toutes les surfaces, patient, et avec une Yaris enfin fiable, rien ne pouvait lui résister ! Ott Tänak devient le premier estonien à être titré champion du monde des rallyes. Le rêve de toute une vie, mais aussi celui de son mentor, Markko Martin. Tänak met également fin à 14 ans de domination des « Sébastien » en WRC, ce n’est pas rien ! La saison prochaine, un sacré défi attend Tänak. Mais, s’il le réussit, il s’imposera encore un peu plus comme le meilleur pilote du plateau !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR