Le Mag Sport Auto

Dakar 2019, retour sur la 41e édition : camions

Au Dakar, Kamaz c’est un peu le KTM des camions. Depuis 1996, l’équipe russe compte désormais 16 victoires ! Sur ce Dakar 2019, la balade péruvienne ne fut pas de tout repos. La seconde semaine a offert un peu de suspens dans la catégorie camion. Et, au final, c’est un doublé Kamaz. Dans le cadre de nos articles « résumé » sur ce 41e Dakar, voici notre article sur la catégorie camion remportée par Eduard Nikolaev.

Dakar 2019, doublé Kamaz sur le podium et dans les abandons.

Comme chaque année, Iveco avait pour but d’aller chatouiller Kamaz et de tenter de leur chiper la victoire. Le néerlandais Gerard De Rooy (fils de Jan De Rooy) est même revenu. L’idée était vraiment de tout faire pour aller décrocher une nouvelle victoire. Mais, à croire qu’un sort Inca a été jeté sur le Dakar sud-américain et sur Kamaz. L’équipe russe gagne par période de trois. 2009/2010/2011, puis 2013/2014/2015 et donc 2017/2018 et… 2019. La victoire d’un Kamaz sur le Dakar 2019 était donc écrite. Pourtant, cette édition 100% péruvienne ne fut pas forcément la plus simple pour l’équipe russe.

Pour Eduard Nikolaev, tout roulait jusqu’à cette étape 8 où le leader du général s’est tanké. Heureusement pour Kamaz, c’est le jeune espoir Dmitry Sotnikov qui a récupéré la tête de la course ce jour-là. Mais, l’ancien mécano du Tsar Vladimir Chagin, a repris les commandes du Dakar dès le lendemain. Alors oui, dans une sorte d’imbroglio mathématique mais quand même. Voyez plutôt :

Après l’étape 7, Nikolaev possède 32mins54 d’avance sur Sotnikov. Dans la 8e étape, le leader perd près d’une heure dans un tankage. Au scratch, il arrive avec 59mins43 de retard sur Sotnikov. Ce dernier passe en tête pour 26mins49s. Jusque là, tout est ok. Mais, c’est lors de l’étape 9 que tout devient étrange. Nikolaev remporte l’étape et devance Sotnikov (3e) de 27mins43s. Soit. Sauf qu’au général, Nikolaev repasse en tête avec 28mins et 35 secondes d’avance sur Sotnikov ! Là, on ne comprend pas et on se dit qu’il y a eu une erreur quelque part. Surtout que Dmitry Sotnikov n’a eu aucune pénalité ! Dans l’ultime étape, le jeune pilote Kamaz terminera avec 2mins59 d’avance sur le nouveau vainqueur en série de l’équipe russe. Avec, logiquement, à peine une minute de retard sur Nikolaev, Sotnikov aurait pu remporter le Dakar 2019 ! Mais bon, il doit y avoir quelque chose qui nous échappe. Si vous avez des informations pour nous aider à comprendre, n’hésitez pas à commenter cet article.

Un classement surprenant, à partir de la 8e étape

Outre ce jeu de chaises musicales russes, Kamaz a aussi vécu un Dakar 2019 en demi-teinte. 4 camions au départ et seulement deux à l’arrivée. Airat Mardeev (vainqueur en 2015) ayant abandonné après l’étape 5 où il est arrivé 13e. A l’étape 5, c’est Andrey Karginov (vainqueur en 2014), alors 2e et vainqueur de l’étape 4 qui voit son Dakar 2019 s’arrêter prématurément. La faute à une mise hors-course suite à un accident avec un spectateur. Un groupe de spectateurs s’était placé en plein sur le tracé de la spéciale de l’étape 5. Le camion n°518 n’a pu les éviter et a roulé sur l’un d’entre eux. Mais, l’équipage ne s’est pas arrêté. Les commissaires ont alors décidé de mettre le camion hors course pour « non assistance à personne en danger ». Plus tard, Vladimir Chagin (désormais Team Manager de Kamaz) et une partie de son équipe sont allés rendre visite au blessé dans sa chambre d’hôpital.

Pour les 30ans de l’équipe Kamaz-Master, les russes auront connu un Dakar 2019 contrasté mais avec un joli doublé au final. Eduard Nikolaev remporte aussi son quatrième Dakar, le troisième consécutif ! Il marche sur les pas de son ancien coéquipier, le tsar du Dakar, Vladimir Chagin (7 victoires).

Derrière Kamaz, pas mal de surprises.

Alors oui, derrière les Kamaz on attendait Gerard De Rooy et le néerlandais termine 3e de ce Dakar 2019. Mais, tout ne fut pas rose pour le néerlandais. Et, la lutte derrière les camions bleus fut assez intense et avec pas mal de suspens. Déjà, lors de l’étape 3, De Rooy a dû chiper le volant de l’un de ses équipiers pour pouvoir continuer et ne perdre qu’une petite heure. Le lendemain, c’est l’argentin Federico Villagra qui voit ses espoirs de victoire s’envoler. Au final, il terminera tout de même quatrième de ce Dakar 2019… mais à plus de 5h des Kamaz !

Derrière, Alais Loprais (fils de Karel Loprais, 6x vainqueur du Dakar) aura connu un Dakar délicat avec son Tatra. 5e au final, le tchèque n’aura jamais été en mesure de venir titiller les Kamaz et les Iveco. Il termine devant Siarhei Viazovich. Le biélorusse, leader de l’équipe Maz, était venu avec l’envie de jouer le podium voire même la victoire. Mais, son début de course fut très délicat. 13e à la journée de repos, il aura réalisé une belle remontée en deuxième semaine mais sans remporter une seule étape. A chaque fois qu’il se retrouvait virtuellement vainqueur, un ou deux autres pilotes venaient lui passer devant en fin d’étape.

Du côté des outsiders, Martin van den Brink était assez attendu. Venu avec son fils de 16 ans, il était aussi l’un des espoirs de Renault Trucks/Mammoet Rallysport sur ce Dakar 2019. Mais, la belle histoire s’est vite arrêtée. Partis en tonneaux lors de la deuxième étape, ils n’ont pu repartir le lendemain. Même déception pour Martin Kolomy (Tatra) qui a abandonné après la deuxième étape. Cruelle déconvenue pour son compatriote, Martin Macik. Le pilote Liaz/Big Shock Racing était quatrième à l’issue de l’étape 4. Malheureusement pour lui, l’étape marathon lui fut fatale. Abandon et grosse déception. Il aurait sûrement pu jouer le podium.

Il y a eu des confirmations aussi, comme celle de Ton van Genugten. Le néerlandais (pilote Iveco) a, comme l’an passé, remporté deux étapes (5 et 10). Il termine 7e, soit une place de mieux qu’en 2018. A l’avenir, s’il gagne en constance, il sera à suivre de près.

Avec son camion Ford, le belge Yves Rutten était le seul rookie de la catégorie Camion à rouler. Malheureusement pour lui, le rêve s’est terminé dès l’étape 2. On espère revoir l’équipage belge en 2020… avec un peu plus de chance, c’est ce qu’on leur souhaite. Du côté des français, aucun n’a su rejoindre l’arrivée à Lima. Dommage pour Sylvain Besnard, reparti en « Super Rally » après l’étape 3 mais qui s’est fait exclure la veille de l’arrivée…

Comment ne pas évoquer la catégorie camion sans parler des Hino. Ces poids-lourds roulent dans la catégorie « Moins de 10 Litres ». Chaque année, ils sont là et ne passent pas inaperçus. Cette année encore, c’est Teruhito Sugawara qui remporte la catégorie. Toujours au volant de son Hino, le japonais se classe même 9e du classement général. C’est moins bien qu’en 2018 (6e au général), mais c’est une belle performance. Il s’offre une 11e victoire (la dixième consécutive) dans cette catégorie « Moins de 10 Litres ». Par contre, son coéquipier Yoshimasa Sugawara n’aura su faire qu’une étape de plus qu’en 2018. Le doyen du Dakar (77 ans), a abandonné à la troisième étape de ce Dakar 2019. On peut compter sur lui pour tenter de conjurer le mauvais sort en 2020 et disputer son 37e Dakar (dont 2 en moto et 7 en voiture).

En attendant de voir si Kamaz arrivera à conjurer le sort sud-américain en 2020, voici le classement final de la catégorie Camion de ce Dakar 2019 assez disputée au final et avec beaucoup d’abandons. En effet, 14 camions sur 41 au départ sont à l’arrivée !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR