Le Mag Sport Auto

ELMS 4 Heures du Castellet : Un Grand Prix avant la Formule 1 ?

A l’attention des fans de F1, non il n’y aura pas un deuxième Grand Prix en France, désolé. Cet article traitera de l’ELMS et des 4 Heures du Castellet, ou le spectacle a été intense durant la course, comme peut l’être une course de F1 (d’ou le lien). Car oui, l’ELMS a réservé beaucoup de bonnes surprises le week-end dernier, sur le circuit Paul-Ricard…

Une course de classe mondiale !

De nombreux changements de leader, cinq voitures en moins de 30 secondes avec seulement 4 secondes entre les deux premiers, un drapeau à damier franchi à plus de 200 km/h de moyenne pour le vainqueur.,… l’ouverture de la saison d’ELMS et ses chiffres donnent le tournis !

Tout n’avait pourtant pas commencé de cette manière. En effet le début de course était dominé par l’équipe du DragonSpeed. Nicolas Lapierre, creusant rapidement l’écart sur ses poursuivants, la bataille semblait se dessiner pour les places d’honneur.

Mais c’était sans compter sur différents incidents impliquant le leader. Nicolas Lapierre subissait en effet une crevaison après la première salve d’arrêts aux stands. Alors en deuxième position, c’est Henrik Hedman qui relayait Lapierre. Malheureusement ce dernier entrait en collision avec la Ferrari de Duncan Cameron. Si le second au général réussissait à ramener son Oreca 07 aux stands, la GT n°55 du Spirit of Race restait sur le carreau, bientôt rejointe par la voiture du DragonSpeed, les dégâts ayant été jugé trop importants.

Après l’intervention de la voiture de sécurité, histoire de remettre la piste en état, d’évacuer les voitures, débris,… la course reprenait. Leader au général, la voiture du Racing Engineering devançait la n°36 du Signatech Alpine Matmut puis la n°29 du Duqueine Engineering. En LMP3, Jon Farano, du RLR Msport, disposait d’un leadership confortable sur les autres voitures de sa catégorie, alors que le LMGTE était sous domination Ferrari, avec la voiture de Liam Griffin. Domination de courte durée, puisqu’il se voyait rapidement dépassé par deux Porsche, celles de Gianluca Roda et de Ricardo Pera.

La victoire finale allait se jouer entre Racing Engineering et TDS Racing. C’est finalement un Olivier Pla des grands jours qui permettait à la première nommée de s’imposer, après une âpre bataille face à un Matthieu Vaxivière en grande forme. Apre bataille il y avait également en fin de course pour la 3ème place. Entre Nicolas Jamin et Pierre Thiriet, tout se jouait à 25 minutes du terme, lorsque le pilote de l’Oreca 07 du Duqueine Engineering s’emparait de la 3ème place.

La catégorie LMP3 a elle aussi été marquée par de nombreux rebondissements. Alors que la Ligier n°15 du RLR Msport menait la course, des doutes quant à la quantité d’essence dans le réservoir faisaient leur apparition. Semblant soucieux, les mécaniciens avaient même l’air d’envisager un temps de faire rentrer le britannique Rob Garofall… Avant de se raviser ! Coup de bluff réussi, la n°15 passe sous le drapeau à damiers et décroche les 25 points de la victoire, devant la Norma n°19 du M.Racing-YMR et la Ligier Eurointernational n°11.

Après un restart difficile pour la Ferrari du JMW Motorsport, s’étant faite passer par deux Porsche, Miguel Molina, une fois installé à son volant, a su faire la différence face à ces voitures. Cepndant, tout n’a pas été de tout repos pour aller arracher la victoire. Rentré dans le dernier tour sous l’aileron arrière de la Porsche, Molina profitait d’une faute du pilote de cette dernière (Matteo Cairoli) pour passer la en tête et aller s’imposer dans les tous derniers hectomètres de course. Il concluait ainsi 4 heures d’une bataille exceptionnelle dans tous ses aspects et toutes ses catégories.

L’endurance continue au Paul-Ricard

Après avoir accueilli, et avec succès, le prologue du championnat du monde d’endurance, les tests officiels de l’European Le Mans Series et la course d’ouverture de cette dernière, l’heure n’est toujours pas à la pause pour le circuit du Castellet !

En effet, dès le 27 Avril, le circuit recevra le Tour Auto Optic 2000. En vedette cette année, les marques italiennes disparues mais, au départ, premières de la course du genre. Citons par exemple Autobianchi, Cisitalia, De Tomaso, Osetti, Osla ou encore Siata. L’étape qui aura lieu de 15 heures à 19 heures le Vendredi, sera ouverte au public pour la somme de 10 euros.

Le circuit varois embrayera début Mai avec l’International GT Open. L’une des compétitions les plus attrayantes du GT3 sera complétée par la présence remarquable de l’Euroformula Open et de ses épreuves de F3. Le TCR Europe sera également de la partie, ainsi que le Radical European Masters et des Mitjet Series, pour un week-end rempli d’action en piste. L’événement est bien entendu ouvert au public.

Un événement ouvert uniquement aux abonnés du Circuit cette fois, le championnat d’Italie de Grand Tourisme, se tiendra au Paul-Ricard le week-end suivant l’International GT Open, les 12 & 13 Mai. La course réunira les catégories Super GT3 Pro, Super GT3 et GT3 mais aussi de la F4 (by Abarth), du TCR ou de la Porsche Carrera et de la Seat Leon Cupra Cup.

Enfin aura lieu, le week-end du 19-20 Mai, l’événement le plus impressionnant de ce mois… Le Grand Prix Camions ! Les monstres de plus de 1000 chevaux (la puissance d’une F1 tout de même!) s’affronteront sur le Circuit du Castellet. Seront également présentes les Caterham R300 et Academy, la Lotus Cup Europe ou encore le championnat de France de drift (plutôt impressionnant aussi… !)

Pour sa cinquième édition la course se parera également d’importantes animations. Défilés de camions décorés, villages comportant des jeux, concours,… seront de la partie pour permettre aux nombreux spectateurs de ne pas s’arrêter une seule seconde. Cet événement sera ouvert au public, à partir de 20 euros.

Tous les yeux seront par la suite tourné sur l’événement de l’année, du millénaire même ! pour le Castellet avec le Grand Prix de Formule 1. Ce dernier approche à grand pas, et nul doute que les différents événements organisés seront utiles et utilisés pour préparer ce géant que sera le Grand Prix de France, du 22 au 24 Juin 2018.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR