Le Mag Sport Auto

Entretien avec Jean-Eric Vergne : « Je suis dans une autre dimension »

Champion en titre de la Formule E, le français Jean-Eric Vergne rempile pour une nouvelle saison chez Techeetah. A quelques jours de la première étape du championnat FIA Formula E, nous avons eu l’occasion d’interviewer celui qui défendra le titre dans ce championnat.

Entretien avec Jean-Eric Vergne, pilote DS Techeetah en Formule E

Le Mag Sport Auto : Avec l’arrivée de DS chez Techeetah, tu retrouves l’équipe que tu avais quitté il y a deux ans. Dans quel état sont vos relations ?

Jean-Eric Vergne : Mes relations sont toujours très bonnes avec DS. C’est sûr que c’était dommage de les quitter il y a deux ans, mais il y avait aussi Virgin dans l’équation et c’est plus de leur côté que cela coinçait. Donc, pour DS, je m’entends bien avec tout le monde dans l’équipe et tout va bien.

Techeetah était selon tes propres termes le « petit poucet » du plateau. Quel a été votre secret pour remporter le titre pilotes et frôler le titre équipes ?

Il n’y a pas vraiment de secret. Tout venait vraiment du travail, d’essayer de faire le moins d’erreurs possible et de minimiser celles qui pouvaient arriver. C’est ce qu’on a réussi à faire et cela nous a apporté ces succès.

Qu’est-ce que l’arrivée de DS va changer pour toi ?

Ça va changer beaucoup de choses. On aura plus de ressources, de nouveaux ateliers, plus de journées d’essais (NDLR : auxquelles Techeetah, non-constructeur, n’avait pas le droit auparavant avant). Je pense aussi qu’il y a aura plus de professionnalisme. Pour moi personnellement, il y aura plus de travail puisque je représente une marque, qui plus est la seule française inscrite dans ce championnat [suite au retrait de Renault].

Quel pilote et quelle équipe redoutes-tu le plus cette saison ?

Absolument tout le monde. Tous les pilotes, toutes les équipes ont leurs chances. Avec la nouvelle génération de voitures, il et impossible de dire qui sera le plus rapide. Donc pour ne pas avoir de mauvaise surprise, je vais dire que je redoute tout le monde.

Regrettes-tu que les changements de monoplaces, si caractéristiques de la Formule E disparaissent ?

Alors là, pas du tout ! Je me suis fait un nombre incalculable de bleus et de cicatrices en changeant de voiture ! De plus, ne plus avoir à faire cela par manque d’autonomie de batterie ne peut qu’améliorer l’image du sport et la technologie qui en découle.

Avec les nouvelles monoplaces, un constructeur est-il obligatoire pour gagner en Formule E ?

C’est quand même mieux d’en avoir un. Les 15 journées d’essais sont très importantes et ne peuvent qu’aider. Après, une équipe cliente comme Virgin, avec le moteur Audi, peut aussi faire très fort et, pourquoi pas, remporter le championnat. Mais c’est sûr qu’au fur et à mesure des années ça va être plus compliqué pour les équipes privées de rivaliser avec les constructeurs.

Ton retour en F1 chez Toro Rosso a été l’une des rumeurs de cette fin de saison. As-tu été contacté et si oui, pourquoi cela ne s’est-il pas fait ?

Quand je regarde la position que j’ai aujourd’hui et celle que j’aurais en F1, je suis dans une autre dimension. Ce serait un « downgrade » pour moi de retourner chez Toro Rosso, une équipe qui n’a jamais permis à ses pilotes de se battre pour des victoires. Je n’avais pas grand intérêt à être en Formule 1 juste pour dire que j’y suis. C’est me battre pour des victoires en Formule E qui me donne envie de me lever le matin. Après si une grande équipe de F1 m’appelle, pourquoi pas… mais je ne me fais pas d’illusions.

Hormis la Formule E, quel(s) seront tes autre(s) engagement(s) pour 2019 ?

Il y a de fortes chances que je sois encore en LMP2, cependant je ne sais pas, pour l’instant, dans quel championnat. J’ai vraiment très envie de faire Le Mans, ou je reste sur un goût d’inachevé [son équipage ayant été disqualifié], mais les discussions sont en cours et rien n’est encore bloqué.

Pour finir quelle serait, selon toi, la bonne raison de regarder la Formule E ?

Il est loin de n’y en avoir qu’une seule. Le fait que beaucoup de pilotes et de grands constructeurs arrivent, que des circuits supers sympas débarquent, qu’il y ait beaucoup d’attaques, de dépassements,… il y a énormément de raisons et je suis sûr que chacun trouvera son compte dans cette nouvelle saison.

Propos recueillis par Sylvain Gauthier, pour Le Mag Sport Auto

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR