Le Mag Sport Auto

Entretien exclusif avec Sébastien Loeb : un champion pas comme les autres.

Entretien exclusif avec Sébastien Loeb un champion pas comme les autres
Précédent1 of 3Suivant
Use your ← → (arrow) keys to browse

Sébastien Loeb est certainement le pilote de rallye ayant la plus grande notoriété au monde. L’homme qui est capable de rameuter les foules sur un rallye régional ou une course de côte ! Après plus de 10 ans passés dans l’antre du WRC, Sébastien Loeb s’est lancé un nouveau défi en 2016 : le Championnat du Monde de Rallycross (WorldRX). Il a accepté de répondre, en exclusivité, à nos questions. Ainsi, on parle avec lui du WorldRX, du WRC, du Dakar, de la F1 mais aussi de son fidèle copilote, Daniel Elena. Découvrez ses réponses à nos questions ci-dessous :

Sébastien Loeb, sur les traces de Petter Solberg en Rallycross ?

Le Mag Sport Auto : Bonjour Sébastien, quel est votre sentiment après votre victoire à Mettet ? 2E à Barcelone, 2e à Montalegre, 1er à Mettet, c’est un début de saison idéal et tout en puissance ?
Sébastien Loeb : Effectivement, je suis bien content d’avoir renoué avec la victoire en Rallycross ! Ça faisait longtemps, l’an dernier je n’en avais pas gagné une seule. Je n’avais qu’une victoire jusqu’à présent il y a deux ans (Rallycross de Lettonie 2016 ndlr). Donc, oui, la saison démarre mieux que les autres. Après, Barcelone n’était pas un week-end extraordinaire. Je finis, effectivement, sur le podium mais au niveau des points j’avais eu pas mal de soucis en qualifs et je n’avais pas marqué beaucoup de points. Car, en Rallycross, on marque des points en qualifications, en semi-finale et en finale. Quand on est deuxième, comme moi à Barcelone, on ne l’est pas forcément au classement. Je n’étais pas deuxième au niveau des points… j’étais septième au classement !

Mais oui, c’est un début de saison encourageant. On attend de nouvelles évo qui vont arriver dans trois courses. Alors, que déjà maintenant, on arrive à se battre pour la victoire, à être dans le coup. Donc, c’est plus encourageant que les autres saisons. C’est sympa de démarrer comme ça.

Sébastien Loeb, 1ère victoire en WorldRX à Riga (2016).

LMSA : L’objectif pour cette saison, c’est le titre pilote ?
S.L : Oui, on a toujours envie d’envisager le titre. Étant actuellement deuxième du championnat, je ne peux pas dire que je n’ai pas envie de me battre pour le titre. Par contre, c’est clair que le Rallycross c’est une discipline qui reste un peu aléatoire sur certains points. On peut avoir un bon week-end, comme ça peut vite basculer même si les performances sont bonnes. On peut vite tomber dans de mauvaises manches, avoir de la malchance, ça peut vite se compliquer… Donc, oui, clairement, j’ai envie de me battre pour le titre. Après, je prends les courses les unes après les autres en essayant de faire au mieux, et puis on verra où ça mène.

LMSA : Vous avez déjà roulé à Silverstone (la prochaine manche du WorldRX) et vous y avez même gagné la première manche du Championnat Britannique de Rallycross, un bon présage pour ce week-end ?
S.L : Oui, après ça ne veut pas dire grand chose, ce n’est pas le même niveau qu’en mondial. Oui, ça c’était plutôt bien passé. Après, on ne peut pas dire que ce soit un réel avantage. Car, il y a eu une séance d’essais officiels organisée là-bas, donc tout le monde connaît la piste. Donc, ce n’est pas un gros avantage d’avoir fait la course en début de saison. Après, j’espère qu’on sera en mesure de se battre devant.

LMSA : Le passage de Hansen Motorsport à Peugeot Sport a-t-il amené à ces meilleures performances?
S.L : Oui, je pense. Après, il n’y a pas eu d’énormes évolutions pour l’instant. Mais, les ingénieurs de Peugeot se sont penchés sur le projet et nous ont permis de faire un step en avant. Après, je dirais que même dans la méthode de travail, dans la préparation, on a plus d’ingénieurs, dans le fonctionnement on est plus professionnels. Même si ce n’est pas forcément ça qui fait aller la voiture plus vite tout de suite, dans les méthodes de travail, dans les réglages, on a un peu plus de méthode et ça nous permet d’être plus constants, plus réguliers et d’avoir une voiture plus fiable etc… Je pense que c’était important pour nous de passer chez Peugeot. Si on ne faisait pas un bon en avant on était morts. Déjà, l’an dernier, on était un petit peu en « survie » derrière, à essayer de suivre le rythme. Donc, si l’on voulait faire le championnat avec des ambitions, il fallait changer les choses. Ainsi, je pense que c’était la bonne solution.

LMSA : En France, vous êtes toujours ultra populaire. Ainsi, pourrait-on imaginer vous voir faire une pige en Championnat de France de Rallycross ?
S.L : Ah ! Honnêtement, je n’y ai pas pensé. Pourquoi pas, ça peut être sympa. Après, encore faut-il avoir une voiture. Mais, c’est une question que je ne m’étais pas posée. Pour l’instant, j’essaye de me concentrer sur mon Championnat du Monde et ce que j’ai à faire, et puis voilà. Rien n’est impossible, mais je ne dis pas que ça va se faire. On n’y a pas réfléchi.

LMSA : Que pensez-vous de l’idée de voir un Championnat du Monde de Rallycross 100% électrique ?
S.L : Comment dire… si l’évolution des voitures de tous les jours va faire du 100% électrique, je pense qu’à un moment donné ce sera logique que le sport auto suive le mouvement. Le sport auto est là pour promouvoir les marques et les voitures. Donc, c’est logique que ce soit cohérent avec les voitures qui sont vendues dans le commerce. Moi, ce que je pense, c’est que le Rallycross est la discipline qui se prête le mieux à l’électrique. Car, ce sont des courses courtes, il n’y aura pas besoin d’avoir 800kgs de batterie… Niveau performances, il y aura moyen de faire des voitures plus performantes que ce qu’elles sont aujourd’hui. Pour faire des manches de 6 minutes, avec un peu de batterie et un bon moteur, ça va marcher. Après, moi perso, je ne suis pas de cette génération là… ça me fera plaisir de vivre la transition si elle se fait, mais d’un autre côté, aujourd’hui, j’aime bien les « vraies voitures » quoi (rires). Ce que j’espère, c’est que les nouvelles générations s’y fassent. Les mecs plus âgés, je pense, ne seront pas très excités par tout ça… Après, je ne sais pas comment réagiront les nouvelles générations. Et puis, bien évidemment, il ne faut pas que ça tue le spectacle ! C’est clair. Bon, le Rallycross peut être très spectaculaire avec des voitures électriques, mais ce sera différent, c’est sûr. Aujourd’hui, des voitures de 600cv avec moteur à essence, ça fait quand même rêver ! Après, est-ce des voitures de 600/700cv en électrique feront rêver les jeunes ? Ça je ne sais pas…

Précédent1 of 3Suivant
Use your ← → (arrow) keys to browse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR