Le Mag Sport Auto

Notre entretien avec Jean-Eric Vergne, pilote Techeetah [Formule E]

C’est à Monaco, à la veille de l’ePrix de Formule E, que Le Mag Sport Auto s’est entretenu avec le très sympathique Jean-Eric Vergne. Pilote officielle Techeetah, en Formule E, le Français avait oeuvré en Formule 1 durant plusieurs saisons, pour le compte de l’écurie Toro Rosso. Aujourd’hui pleinement investi dans le championnat électrique, le tricolore fait partie des pilotes de pointe dans cette série. Voici notre interview de celui que l’on surnomme familièrement, « JEV ».

Jean-Eric Vergne : l’ Interview

©RJod Photography

©RJod Photography

Le Mag Sport Auto : Bonjour Jean-Eric, après votre passage en F1 vous avez réussi avec brio votre transition en Formule E. Qu’est-ce qui vous a donné envie de rejoindre cette série ?

Jean-Eric Vergne : C’est un championnat qui débutait, avec énormément de potentiel et qui intéresse beaucoup de constructeurs. Ils sont plus nombreux en FE qu’en F1 et le niveau des pilotes est élevé. Rouler dans un championnat compétitif et pouvoir performer c’est le choix de tout pilote.

LMSA : Chez Techeetah vous n’êtes pas qu’un simple pilote en quoi consiste votre rôle ?

JEV : Je suis celui qui amène la voiture à l’arrivée, entre le volant et le baquet (rires)! Non, plus sérieusement, j’ai participé à la création de l’équipe et nous avons donc une relation très forte car nous avons réussi à monter quelque chose de sérieux. J’ai énormément travaillé pour l’améliorer et faire que Techeetah devienne l’une des meilleures équipes de Formule E.

LMSA : Racontez-nous votre 1ère course avec Techeetah, monoplace 100 % électrique et équipée du Power Train Renault.

JEV : C’était une grande course car se déroulant à domicile, vu qu’il s’agissait de Hong-Kong. Donc les partenaires et investisseurs de l’équipe étaient présents avec le groupe CMC. La course en elle-même était frustrante à la suite d’un drapeau rouge en qualification. Donc je ne me suis élancé que depuis la 9ème place, puis un souci au niveau de la recharge a entraîné mon abandon au bout de 4 tours. Mais le package global et la performance étaient là.

LMSACette saison, Techeetah est aux avant-postes en course. Qu’est-ce qui fait la différence ?

JEV : On a un des meilleurs power-train et notre équipe est bonne, tant en matière d’ ingénierie qu’en terme de stratégie. Sachant que, ne représentant pas un constructeur, nous n’avons pas droit aux essais d’avant saison. Du coup, nous redoublons d’efforts pour rattraper le retard sur les autres équipes.

LMSA : Que pensez-vous du tracé de Monaco FE par rapport à celui F1 où vous aviez-couru. Est-il plus technique malgré le fait qu’il soit plus court ?

JEV : J’adore le tracé F1. La version FE est plus simple car il y a beaucoup moins de virages. Ils sont aussi plus courts, ce qui complique les dépassements et limite la possibilité de gagner des places. Il faudra donc faire une bonne qualification.

LMSA : Pensez-vous que la victoire soit envisageable à Monaco ?

JEV : Je pense que oui, nous nous sommes très bien préparés pour cela, notamment en simulateur.

LMSA : Le mois prochain vous participerez à vos premières 24 heures du Mans en WEC, y a-t-il une grosse différence en termes de pilotage entre un prototype et une monoplace ?

JEV : Oh oui une très grosse différence ! Le pilotage prototype avec les nouvelles réglementations est plus proche d’une F1 et le pilotage FE est une forme totalement nouvelle, qui n’existe pas ailleurs. La Formule E est compliquée à piloter.

LMSA : Si vous aviez-le choix de gagner une course toutes catégories confondues, laquelle choisiriez-vous ?

JEV : Indy 500, c’est une course que je ferai une fois dans ma vie, c’est une certitude.

LMSA : Merci de votre confiance, et de permettre au Mag Sport Auto et à ses lecteurs de partager un moment avec l’un des grands noms du sport automobile français.

JEV : Merci à vous (grand sourire et poignée de main)

Propos recueillis par Ludovic Pezé pour Le Mag Sport Auto

One Comment

  1. Vergnefan

    14 mai 2017 at 4 h 34 min

    Jean-Éric je ne comprends pas… tu étais meilleur que Ricciardo et Kvyat chez Toro Rosso en F1. Eux sont encore en F1. L’un joue les victoires, l’autre végète chez Toro Rosso en étant outrageusement dominé par Sainz lui même dominé par Verstappen. Tu vois le topo? C’est navrant, tu étais le meilleur français sur la grille. 🙁

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR