Le Mag Sport Auto

F1 2015, notre test complet

F1 2015 test
Précédent1 of 2Suivant
Use your ← → (arrow) keys to browse

Après un F1 2014 un peu en deçà de ses prédécesseurs, on attendait beaucoup du premier opus « new gen » de la série F1 développée par Codemasters. Mis en vente plutôt que d’habitude, juillet au lieu d’octobre, ce F1 2015 est-il a la hauteur ? La réponse dans notre test.

F1 2014.5

La mode est aux Remastered HD de jeux déjà proposés sur la génération précédente (God of War 3, The Last of Us, Tomb Raider, Sleeping Dogs, …). Une façon de faire de l’argent facilement et de combler le calendrier des sorties parfois un peu vides. Et, malheureusement, F1 2015 a un petit goût de « Resmastered HD ». Pourquoi ? Car s’il propose la saison 2015 de Formule 1, il propose également celle de 2014… et c’est tout ! En dehors des classiques modes course rapide, time attack et season pro (le mode saison sans aucune aide et en difficulté maximum), rien de plus. Du coup, on a un peu l’impression de jouer à F1 2014 Remastered avec, en bonus, la saison 2015. Même si c’est l’inverse qui est vendu. Exit le mode carrière, adieu le mode rétro de F1 2013. Bref, vous l’aurez compris F1 2015 se contente du strict minimum au niveau contenu. Une réelle déception mais qui explique, un peu, cette sortie prématurée. Le mode saison 2015 ne propose même pas de jouer avec les Manor, qui sont pourtant disponibles en mode course rapide ou time attack. Étrange. On ne peut plus créer son pilote, participer aux essais post-saison qui se déroulent à Abu Dhabi, et encore moins avoir une réelle progression. F1 2015 va à l’opposé des autres jeux de courses automobiles qui se veulent de plus en plus immersifs grâce à de plus en plus de contenu. La cuvée 2015 possède donc moins de contenu et de diversité que le premier opus de Codemasters proposé en … 2010 ! Un point très négatif, qui risque de décevoir un bon nombre de joueurs, surtout ceux qui ont déjà fait F1 2014 !

Graphiquement, Codemasters vantait son nouveau moteur. Le résultat se divise en deux : La partie sublime composée des courses de nuit et sous la pluie, et la partie moins reluisante, composée des courses de jour et sans pluie. En effet, le rendu nuit avec ou sans pluie est juste magnifique. Les couleurs, les effets de lumière, les jeux d’ombres, tout est vraiment de très très bonne facture ! Et sous la pluie, c’est encore plus criant de réalisme. Impressionnant ! A l’inverse, le rendu « de jour » est plus fade, plus terne. Un résultat lié au moteur EGO Engine qui, même en version adaptée aux consoles nouvelle génération, commence à montrer quelques signes de faiblesse par rapport à la concurrence. Les couleurs sont peut-être plus réalistes et moins cartoonesques que ce qu’on peut voir ailleurs, mais l’EGO Engine commence à bien vieillir. Quand on voit qu’à côté Nissan confond une image du jeu DriveClub avec la réalité… Et ce n’est pas lié à un portage « consoles », puisque DiRT Rally souffre du même problème graphique. L’EGO Engine est clairement plus à l’aise avec la nuit que le jour. Dommage, car ce F1 2015 fait un peu palot face à une concurrence de plus en plus belle.

F1_2015_PS4_XboxOne (12)

Néanmoins, les monoplaces sont superbement modélisées. Un travail détaillé et fidèle à la réalité. Codemasters reste fidèle à sa réputation et permet à la série F1 d’être le jeu vidéo de courses automobiles sous licence le plus proche de ce que l’on voit en vrai. F1 2015 accueille l’ensemble des pilotes de la saison 2015 modélisés ! Une première dans un tel jeu. Certains sont mieux modélisés que d’autres, c’est indéniable, mais c’est déjà un gros plus dans un jeu sous licence. Les fans seront ravis. Par contre, exit la Safety Car pourtant présente dans F1 2014… Dommage !

Autre défaut du jeu, sa réalisation technique. Si dans l’ensemble le tout est de bonne qualité, il subsiste de gros bugs. Entre les chutes impressionnantes de framerate (surtout quand on regarde derrière soi), des monoplaces qui apparaissent en pop-up et causent des accidents, des collisions mal gérées et qui dégénèrent, les couacs techniques sont assez nombreux pour un jeu officiel développé par un studio de cette importance. Surprenant !

Précédent1 of 2Suivant
Use your ← → (arrow) keys to browse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR