Le Mag Sport Auto

F1 2018 : la Mercedes enfin débarrassée de ses airs de diva ?

Favorite du championnat du monde de Formule 1 2018, la Mercedes W09 ? Probablement. C’est, tout du moins, l’avis de nombreux patrons d’équipes, qui placent la marque allemande un (léger) ton au-dessus de Ferrari et Red Bull Racing. Du côté des intéressés, la prudence reste de mise, bien que certains démons du passé semblent avoir été réduits au silence.

Mercedes : moins « diva » mais toujours en proie au cloquage ?

La W09, aussi rapide soit-elle, demeurait une monoplace très difficile à piloter qui poussait souvent ses pilotes à la faute. La « diva », tel était d’ailleurs le surnom qui lui avait été affublé par les membres de la formation allemande. De ce côté-là, bonne nouvelle pour Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, les défauts semblent avoir été rectifiés. Ainsi, d’après James Allison, la W09 est maintenant « fiable, prévisible, elle ne surchauffe pas, elle est plutôt bien équilibrée et elle semble être suffisamment rapide pour courir à l’avant de la grille à Melbourne. »

Optimisme de mise, donc. Néanmoins, une récente intervention de Valtteri Bottas a mis un autre problème en lumière. Quelque chose de propre à la flèche d’argent, qu’elle traîne depuis ses débuts en Formule 1, en 2010 : la gestion des gommes. Et ce sont, plus particulièrement, les pneumatiques les plus tendres qui restent le talon d’ Achille de la formation germanique.

Formule 1 : le bilan des essais hivernaux 2018

A Barcelone, lors des tests, les W09 semblaient plus gourmandes que leurs principales rivales en la matière. Ainsi, le Finlandais livrait quelques mots ne laissant guère place au doute, en la matière : « Je pense que nous avons toujours des soucis de cloquage sur les composés les plus tendres ». 

Evidemment, le resurfaçage de la piste catalane, cet hiver, a probablement exacerbé le souci en question mais Ferrari n’a, apparemment, pas été touchée par le phénomène, ou de manière moins flagrante. Ce qui pourrait nous laisser imaginer que les monoplaces italiennes disposeraient toujours d’un avantage dans le domaine. De quoi mettreMercedes en difficulté sur des Grand-Prix disposant de pistes abrasives. Reste à déterminer à quel point cette faiblesse handicapera Hamilton et Bottas, face à Raikkonen et Vettel…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *