Le Mag Sport Auto

F1 2020, le test, Codemasters pousse encore plus loin la licence officielle

F1 2020 test

L’an passé, nous nous demandions comment Codemasters allait bien pouvoir procéder pour améliorer son jeu vidéo de Formule 1 sous licence officielle, F1 2020. Et bien désormais, nous sommes fixés. Et une fois encore, l’éditeur Britannique parvient à surprendre. Nous vous expliquons dans quel sens avec ce test de F1 2020.

F1 2020 : mais où vont-ils chercher tout ça !? Chez FIFA, peut-être…

Cette année, F1 2020 apporte à nouveau son lot de nouveautés et d’améliorations. D’avantage subtiles qu’autre chose -logique, la base étant excellente-, ces dernières permettent toutefois de transcender encore l’expérience (si, si, c’est possible !). Avant toute chose, sachez que cette cuvée inédite intègre une série de livrées de Michael Schumacher comme ses deux Benetton championnes du monde, sa Jordan de 91 ou encore, quelques Ferrari pilotées par le septuple champion du monde.

2 joueurs en splitté, choix de carrières divers et variés

Toujours au chapitre des nouveautés, le mode deux joueurs en local fait aussi son apparition. Et ça, c’est une idée terriblement bonne. Car depuis un moment maintenant, les jeux officiels F1 en étaient dépourvus. Mais le gros du morceau se situe au niveau de la carrière. Tout d’abord, la carrière principale est accessible selon quatre formats distincts à savoir; une carrière F2 composée de 3 scénarios, une saison de F2 de six courses, de 12 courses et pour celles et ceux souhaitant passer à la F1 directement, une entrée immédiate dans cette catégorie est envisageable également. Par contre, nous noterons la disparition de la partie scénarisée apparue dans F1 2019, comptant l’histoire d’un jeune pilote fictif et de ses rivaux. Dommage, car nous avions bien apprécié cette fraîcheur.

My Team : LE truc qui change tout !

Et puis il y a le fameux « My Team ». Ici, les développeurs ont opté pour une approche similaire à la carrière classique. Si ce n’est que cette-fois, vous pourrez créer et développer votre propre équipe, en plus de votre fonction de pilote officiel. Et franchement, Codemasters a bien bossé afin de nous proposer quelque chose de ludique, sans tomber dans l’aspect soporifique (pour le grand publique) d’un jeu de management. Bon, on sent que les développeurs s’inspirent de FIFA, d’ailleurs.

F1® 2020_20200708143434

Concrètement, on commence par choisir un visage de pilote, sa nationalité, son nom, le nom du Team et puis les couleurs (monoplace, personnel et combinaison du pilote), logos, moteur (malheureusement, le bloc Ferrari est toujours considéré comme le plus puissant alors espérons qu’une mise à jour lui rendre son niveau réel) et sponsors. Du moins un sponsor principal puisque quatre autres sponsors additionnels pourront être débloqués, au gré de l’avancée. Petite critique à ce niveau, le fait que l’argent se trouve, finalement, trop facilement. En effet, pour coller à la F1 véritable, il aurait fallu que le joueur galère d’avantage à dégoter des financements.

Néanmoins, il est vrai que cela aurait grandement altéré ce mode, qui propose nombre d’opportunités de dépenses. Par contre, nous n’aurions pas été contre un choix entre différents châssis. Au lieu de cela, ce dernier nous est imposé et, avouons-le, il est plutôt performant. Toutefois, nous avons aimé la sélection du second pilote, composée de stars de la F2 (Matsushita, Alesi, Schumacher, Gelael etc.) exclusivement, au début. Puis, après plusieurs courses, vous aurez la possibilité de faire une offre à un pilote d’expérience. Sachant que ces derniers pourront très bien refuser…

Ensuite, après avoir créé votre équipe de course, il va falloir en gérer le développement. Sachant que plus vous enregistrerez de bons résultats et surtout, plus vous serez studieux (en roulant un maximum et en remplissant les objectifs d’essais) plus vous obtiendrez de ressources pour améliorer votre situation. L’occasion de noter l’apparition de nouveaux menus, plus clairs et assez fonctionnels. C’est un plus car vu le nombre de fonctionnalités, un minimum de clarté était essentiel.

Donc, nous retrouvons l’habituel arbre R&D, qui vous permet d’améliorer  les quatre grands secteurs à savoir, fiabilité, châssis, aéro et moteur. En prenant en compte le pourcentage d’échec de ces ajouts de pièces. Mais la grande différence du mode My Team se situe au niveau des possibilités offertes par cet arbre, certaines ne se débloquant qu’après avoir fait l’acquisition d’infrastructures. Par exemple, vous pouvez agir (en alignant les dollars) sur le contrôle de qualité, la fabrication, ou les délais de production d’une pièce. Avec une idée d’échelons. Il est aussi possible de jouer sur les départements marketing (relations avec les sponsors, gestion des activités) ou RH (fitness, analyse, simulateur).

F1 2020

D’autre part, de multiples interviews (dans les locaux de l’équipe) sont présentes, ainsi qu’une foule d’activités. Oui car dans My team, vous gérez votre calendrier progressivement, avec la possibilité de passer telle ou telle semaine. Surtout, entre deux Grand-Prix, vous pouvez effectuer des activités permettant d’améliorer différents domaines de votre équipe ou même, les performances et/ou la popularité de votre pilote -sachant que ces derniers disposent maintenant d’un système de note, qui progresse régulièrement. Des exemples ? Séquences de simulateur, campagne publicitaire, ventes d’articles de pré-saison, tournée presse, campagne publicitaire, formation de pilotes ou réunions diverses. Oui, il y a toujours quelque chose à faire dans ce mode My team. Avec en permanence cette idée, celle d’améliorer son équipe pour obtenir de meilleures performances en piste mais aussi, pour débusquer un pilote de premier plan. Ce qui prendra quelques saisons…

Alors, clairement, ce My Team est une réussite. Bien que les défauts évoqués jusqu’ici soient de nature à donner matière à une amélioration du système, par les développeurs. Ceci étant dit, pour une première entrée, c’est réussi.

F1 2020

F1 2020 : Un peu de technique…

Passons maintenant aux aspects plus techniques du jeu. Tout d’abord, visuellement, le rendu n’a pas beaucoup progressé. En même temps, les consoles actuelles sont certainement arrivées en bout de course. Aussi, les visuels et effets sont toujours aussi beaux, particulièrement par temps de pluie. Côté son, même excellence toujours de rigueur avec un affinage du bruit des moteurs, qui améliore encore le rendu, afin de discerner les sonorités spécifiques à chaque motoriste.

Prise en main affinée

Par contre, côté prise en main, il y a du nouveau. Fort du retour de pilotes comme Lando Norris, Codemasters a amélioré les sensations de pilotage. Direction plus précise, difficulté à plonger au point de corde et surtout, amélioration du niveau de l’I.A, il y a  désormais matière à se prendre la tête pour battre ses adversaires. Ainsi, si vous partez en My team en difficulté maximale, sans les aides et avec le moins performant des moteurs, vous aurez clairement des difficultés à accéder au haut du classement. Pour le joueur lambda, tout du moins. Car les purs simracers y parviendront sans doute rapidement.

F1 2020 : My Team transcende littéralement l’expérience

En résumé, ce F1 2020 est une grande réussite. Les excellentes qualités de la cuvée 2019 sont intactes. Mais les développeurs sont parvenus à offrir d’avantage de diversité dans le choix des carrières ainsi qu’un mode My team très réussi. Prendre les commandes de sa propre équipe et finir, après deux ou trois saisons (au sommet), par recruter un pilote de premier plan, procurent des sensations uniques. Tout en développement son propre pilote et son équipe, avec de nombreuses possibilités. Seul reproche, l’argent coule trop vite et de manière trop importante. Mais le job est fait et on prend son pied. Si bien que l’envie d’enchaîner plusieurs saisons dans une même carrière se fait plus intense que dans le mode carrière classique. Beau coup, niveau durée de vie, donc.

Ajoutons à cela les possibilités de régler le nombre de courses dans une saison, le gameplay qui s’est affiné (plus réaliste), l’IA plus coriace et le mode deux joueurs en splitté et nous obtenons une excellente cuvée, que chaque fan de F1 se doit de posséder. Irrésistible.

La note LeMagSportAuto

19,5/20 – La quasi-perfection !

On a adoré :

  • L’ajout du mode My Team
  • Les livrées Michael Schumacher
  • Le mode deux joueurs en splitté
  • l’I.A améliorée
  • Les choix multiples de carrières
  • La prise en main affinée, plus réaliste
  • Les personnalisations, nombreuses et à débloquer
  • Difficulté globalement accrue
  • Mode en ligne fidèle à lui-même, de qualité
  • Durée de vie accentuée
  • Présentation des menus qui gagne en clarté

On a moins aimé :

  • Trop d’argent et trop vite en mode My Team
  • La distribution des pénalités reste hasardeuse, parfois
  • Les débuts scénarisé (avec cinématiques) ont disparu
  • Un seul châssis, imposé (My Team)

Test : Assetto Corsa Competizione

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR