Le Mag Sport Auto

Formule 1 : dans une impasse, Hülkenberg ne considère pas Red Bull

Alors que l’écurie Haas F1 a finalement décidé de poursuivre son aventure avec Romain Grosjean, cette décision a fait une victime : Nico Hülkenberg. En effet, après avoir été remercié par Renault, l’Allemand fondait ses plus gros espoirs sur le Team en question. L’intéressé s’est donc exprimé, après cette annonce, en dressant un état des lieux.

Nico Hülkenberg : des options réelles mais peu crédibles

Pour Nico Hülkenberg, désormais, l’avenir en Formule 1 est inscrit en pointillés. Concrètement, s’il existe des options, elles sont toutes soumises à des conditions les rendant peu crédibles. Chez Alfa Romeo, en théorie, le second baquet est réservé à un pilote de la filière Ferrari. Et actuellement, Giovinazzi est soutenu par la Scuderia. Chez Toro Rosso, l’on réserve les baquets à des pilotes ayant intégré la filière Red Bull par le passé. Et s’il est déjà arrivé que l’on recrute des pilotes extérieurs (comme Sébastien Bourdais), les chances que cela se reproduise sont minces.

Formule 1 : Robert Kubica et Williams, c’est terminé

Chez Williams Racing, le second pilote (Russell étant confirmé) devra probablement apporter une grosse valise remplie d’euros. Et les prétendants sont assez nombreux, avec cet atout. Néanmoins, Nico ayant piloté (et obtenu sa seule et unique pole) pour Grove par le passé, un intérêt commun doit exister. L’Allemand a d’ailleurs commenté cette perspective : « Peut-être que oui, peut-être que non. Je n’en suis pas sûr, à ce stade. Autant j’ai envie de rester en F1, autant il faut que ça ait du sens. Il faut que ce soit sensé, il faut que ce soit le bon deal. Je ne suis pas désespéré au point de rester en F1 en acceptant n’importe quoi. Je ne méprise ni ne manque de respect à Williams; même avec Haas, c’est le plus important pour moi ».

En clair, Hülkenberg n’est pas prêt à tout pour rester en Formule 1. Et Williams n’a clairement pas les atouts pour attirer un pilote visant, au minimum, les points. Reste alors une ultime option elle aussi peu réaliste, Red Bull Racing. Si Christian Horner n’avait pas fermé la porte au no27, Helmut Marko, lui, l’avait refermée rapidement. Qu’en pense le pilote ? « Je ne pourrais pas dire non à cette voiture. J’imagine qu’il faudrait accepter que [Verstappen et la voiture] vont de pair. Ce serait évidemment un grand challenge. Comme on le sait, Max est un tueur et fait partie des plus rapides »

Ceci étant dit, d’après l’intervention de Nico Hülkenberg ce jeudi, cette piste n’est pas réaliste. Voilà une situation peu enviable, donc, qui semble orienter l’Allemand vers une fin de carrière en Formule 1.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR