Le Mag Sport Auto

Formule 1 : de réelles tensions entre Hülkenberg et Renault F1

Chez Renault F1, l’arrivée de Daniel Ricciardo (cette saison) a complètement changé la donne. Pour Nico Hülkenberg, tout du moins. Car si cela n’est pas dit ouvertement, il est évident que l’Australien a la priorité. Rien de vraiment choquant, d’ailleurs, compte-tenu de son palmarès. Néanmoins, cette réalité a tendance à exacerber les tensions dans certaines situations.

Nico Hülkenberg demande à être « écouté »

Après la course de Silverstone, si Renault F1 se félicitait de sa double entrée dans les points, le tableau restait inachevé. Car, clairement, il y avait matière à faire mieux du côté de la monoplace d’Hülkenberg. Seulement 10ème sous le drapeau à damier, l’Allemand a beaucoup souffert. En particulier en raison d’une stratégie inappropriée, concoctée par son équipe. Mais là où la situation se tend c’est que Nico avait demandé à plusieurs reprises à s’arrêter pour changer de gommes. Sauf que, concentrée sur le sort de Ricciardo (du propre aveu de Cyril Abiteboul), l’équipe a quelque peu négligé celui de son coéquipier. Suffisant pour provoquer la colère du no27, qui semble moins écouté que son compagnon d’écurie :

Changement de philosophie radical pour la Formule 1 de 2021

« Mes pneus étaient à 140 ( » putain-cent-quarante « ), et vous dites toujours: « Non, non, d’accord, laissez-le dehors, tout va bien. » La radio de Slade [Ingénieur d’Hülkenberg]: « Copie, Nico, compris, nous en reparlerons après la course« . Puis l’Allemand en a rajouté une couche, plus tard, après que Slade ait tenté de l’apaiser : « J’ai du mal à comprendre pourquoi nous ne pouvions pas nous arrêter plus tôt, ce qui nous a coûté cette course« , s’est-il agacé. « Honnêtement, j’ai eu des problèmes, je ne veux pas jouer à des jeux ni dire de conneries, mais parfois il faut juste me croire! Bon sang, juste me croire … »

Un énervement compréhensible même si, sur la piste, la position de Ricciardo (meilleure que la sienne) justifiait que Daniel soit privilégié. Ceci étant dit, humainement, Nico Hülkenberg paraît se lasser de la situation. Pénalisé par son palmarès, vierge de tout podium/victoire, le pilote germanique n’est d’ailleurs pas certain de rempiler. Son écurie s’accordant une période de réflexion. Voilà qui devrait alimenter la rumeur faisant état de son départ, fin 2019. Reste à déterminer dans quelle équipes, les opportunités n’étant pas si nombreuses…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR