Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Esteban Ocon, la désillusion australienne

L’an passé, à l’issue de la saison 2017 de Formule 1, Esteban Ocon était clairement désigné comme LA meilleure chance française de podium, à l’aube du championnat 2018. Malheureusement pour le pilote Force India, quelques mois plus tard, le constat est tout autre. Qualifié hors du top 12 au GP d’ Australie, le tricolore n’a pu faire mieux qu’une anodine 12ème place en course…

Force India peut-elle revenir ?

La déception est grande, tant dans le clan Français que dans celui de l’écurie Force India. Confortable quatrième force du plateau en 2017 (et en 2016…), la formation indienne paraît mal engagée, cette année. Les essais d’inter-saison avaient donné de premiers indices quant à une baisse de régime, chose qui s’est confirmée le week-end dernier, sur le tracé de l’ Albert Park, à Melbourne. Incapables d’accéder à la Q3 des qualifications, les Force India échouaient aux 13ème et 15ème places de cette séance. En course, le miracle n’a pas eu lieu, malgré les abandons des Haas. 11ème et 12ème, Perez et Ocon se montraient réalistes, tout en faisant preuve d’optimisme :

Evidemment, le nouveau châssis est en cause, mais pas uniquement. Car, dans le même temps, Mclaren a élevé son niveau grâce à l’arrivée du moteur Renault. De plus, Renault Sport F1 et surtout, Haas F1, se sont considérablement améliorées pendant l’hiver. Trois formations qui ne seront pas faciles à rattraper, du moins concernant Renault et Mclaren, qui disposent à la fois de ressources importantes et d’un certain savoir-faire.

Faut-il, pour autant, annoncer une saison douloureuse pour Force India ? Pas forcément…Car l’équipe indienne a déjà effectué, par le passé, des retournements de situations impressionnants. Débuter une saison avec une voiture manquant de rythme puis, finalement, décrocher de beaux résultats et des podiums, l’écurie basée à Silverstone l’a fait à plusieurs reprises, auparavant. Une expérience qui pourrait lui être bénéfique, d’autant qu’elle dispose de deux bons pilotes, fiables qui plus est.

Néanmoins, pour l’heure, les supporters tricolores reporteront probablement leurs espoirs sur Romain Grosjean qui, lui, dispose d’une monoplace particulièrement véloce. Pour ce qui concerne un duel entre les deux hommes, il faudra sans doute attendre 3 ou 4 Grand-Prix, minimum, avant que cela ne puisse se produire à la régulière. A moins d’une immense surprise, d’ici-là.

A Bahrein, dans moins d’une semaine, nous en saurons d’avantage sur le potentiel réel des Force India. Une piste très différente de cette de Melbourne, avec un climat et des températures qui pourraient changer la donne…

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR