Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Esteban Ocon, l’apprentissage dans la douleur en Italie

Monza, Ocon, Formule 1

Le week-end dernier en Italie, sur le circuit de Monza, Esteban Ocon a vécu un Grand-Prix de Formule 1 particulièrement difficile, d’avantage que sa toute première course dans la discipline, 1 semaine plus tôt, à Spa Francorchamps. Cette-fois, le sort et surtout, les problèmes mécaniques semblent s’être acharnés sur lui, sans doute une façon, pour le dieu de la F1, de le tester, le mettre à l’épreuve, en vue de juger de ses capacités d’accéder au niveau supérieur, chez Renault F1 par exemple.

Formule 1 : le week-end noir pour Ocon

Un premier problème mécanique en essais libres, le vendredi, venait priver Ocon de roulage précieux en vue de préparer, notamment, sa séance de qualifications. Le lendemain, en qualification justement, même problème inexpliqué de coupure généralisée avec la perte de l’ensemble des fonctions de sa Formule 1 très soudaine, au tout début de la séance. Dommage, alors que son coéquipier, Pascal Wehrlein, avait démontré un fort potentiel pour la Manor Mercedes sur le circuit de Monza. Clairement, Esteban Ocon pouvait viser la 7ème ligne du Grand-Prix d’Italie de Formule 1, devant les Sauber, les Toro Rosso et les Renault, sans ces problèmes mécaniques.

Le dimanche, en course, parti dernier sur la grille de départ, le Français n’a pas fait de miracles avec une stratégie qui l’obligeait à préserver ses pneus au maximum, sans pour autant lui permettre de recoller au peloton. Résigné, Esteban Ocon, n’en demeurait pas moins optimiste après la course, faisant preuve d’une exceptionnelle maturité mais aussi, d’intelligence, de calme et d’investissement personnel, des éléments qui semblent caractériser le pilote Manor, que plusieurs directeurs d’écurie portent déjà aux nues tels Toto Wolff (Mercedes) et Frédéric Vasseur (Renault.

« Les qualifications ne nous ont pas aidés et on ne pouvait pas attendre des miracles avec une stratégie complètement différente des autres. C’était difficile de garder les pneus pendant 33 tours durant le premier relais, à la fin j’étais complètement à l’agonie ! Mais je continue à apprendre, je pense que c’est le plus important à retenir de ce week-end. Quand tout ira dans l’ordre et que l’on construira un week-end bien comme il faut, je pense qu’il n’y aura pas de souci, on fera des bons résultats ».

Avec une telle philosophie, à n’en pas douter, Esteban Ocon devrait rapidement faire son trou en Formule 1. Des rumeurs l’envoient d’ailleurs, déjà, chez Renault F1, la saison prochaine…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR