Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Gasly a désobéit à son équipe et il assume pleinement

D’apparence plutôt docile et sympathique, Pierre Gasly serait-il, finalement, un Max Verstappen en puissance !? C’est le parallèle que nous pourrions faire, suite à ce Grand-Prix du Brésil 2018 de Formule 1.
En effet, alors que son équipier revenait sur lui à grandes enjambées, le tricolore a refusé de le laisser passer, alors que son équipe lui en avait intimé l’ordre…

Pierre Gasly de la même trempe que Max Verstappen ?

Une telle « affaire » chez Toro Rosso avait déjà eu un précédent, avec un certain Max Verstappen. A l’époque, ce dernier avait refusé de s’incliner devant Carlos Sainz, son équipier au sein de la petite Scuderia. Et bien la situation s’est reproduite à Interlagos sauf que, cette-fois, elle aura peut-être coûté un point à Toro Rosso. Sachant que l’équipe bataille toujours au championnat des constructeurs, face à Sauber…

En effet, Pierre Gasly a refusé de laisser passer Brendon Hartley alors que son écurie lui avait demandé de s’effacer. Résultat, le Néo-Zélandais échouait au 11ème rang de la course alors que la dixième place était, peut-être, à sa portée…

« Au final, vous savez, nous avons fini 11e et 13e. J’ai dû le faire à deux tours de la fin parce que je manquais de carburant, je n’en avais plus pour la fin de la course, donc j’étais en rythme de croisière dans ces deux derniers tours. Je pense juste que si l’on est dans cette position, il faut se battre. En plus, il était en pneus supertendres neufs, j’étais à l’agonie avec mes mediums. Je leur ai dit que s’il était tellement plus rapide, il pouvait me dépasser, mais pour une raison que j’ignore, il ne l’a pas fait pendant les dix tours suivants. Mais après, nous étions dans une situation si critique au niveau du carburant que je l’ai fait à deux tours du but ». (source : Motorsport)

De son propre chef, le pilote tricolore a donc décidé de ne pas suivre cette consigne, supposée aller dans le sens de l’équipe. L’intéressé aurait-il agit de la sorte avant que Red Bull ne n’engage avec un contrat ferme ? Probablement que non…

Alors, faut-il y voir une attitude due à la prochaine montée en grade de Pierre (chez Red Bull, l’an prochain) c’est à dire, en des termes plus familiers, une prise de « melon » ou, plutôt, une vengeance après les propos d’Hartley, voilà quelques semaines, lequel ayant accusé, indirectement, son coéquipier de mensonge ? A moins que Gasly ne soit tout bonnement ainsi de manière naturelle. Auquel cas le duel avec Verstappen, s’annonce d’ores et déjà chaud bouillant. Leur amitié apparente y résistera-t-elle ? Réponse en 2019…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR