Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Grosjean ne pilote pas une Haas mais…un char à voile !

romain grosjean

Ce sont les propres mots de Romain Grosjean qui, une nouvelle fois, a eu bien du mal à ne pas prononcer quelques mots légèrement grossiers. Tout en s’accablant lui-même, en raison de la « malchance » dont il se dit victime. Toujours est-il qu’avant la safety-car et la poussette de Carlos Sainz, le tricolore était bien parti pour signer un beau résultat…

Romain Grosjean fustige une année « de merde »

Au moins, au GP du Brésil de Formule 1 2019, Romain Grosjean aura été en mesure de nous rappeler qu’il disposait toujours d’un bon coup de volant et donc, de sa motivation. La septième place était envisageable pour le pilote Haas. Mais au lieu de cela, il a du observer la montée sur le podium de son compatriote, Pierre Gasly. Comme un passage de témoin, d’une jeune pousse à un vieux loup, proche de la fin de sa carrière…

J’essaie vraiment de ne pas dire de gros mots, mais quelle année de merde. Il y a tout qui va mal. Honnêtement, je fais les courses de ma vie, j’étais ‘comme ça’ du début à la fin, je n’arrivais même plus à respirer dans la voiture, à fond, à fond, à fond… On prend un satané Safety Car au moment où il ne faut pas et les pneus, à 72°C dans le pneu avant droit au moment du restart, Sainz qui me pousse dans l’herbe comme un sale… C’est une année de misère…Avec mon char à voile ? On fait des miracles avec ce qu’on a. Quand on n’a pas de chance, on n’a pas de chance. On va voir ce que l’on peut faire pour l’an prochain. »

« La stratégie a toujours été de faire un arrêt, mais tout le monde est passé à deux arrêts. Nous, ça allait vraiment bien jusqu’à la voiture de sécurité. Nous étions en passe de terminer dans les points, ce qui est incroyable en sachant ce que l’on a à notre disposition. Franchement, c’est l’une de mes meilleures courses, j’ai vraiment piloté à fond lors de chaque tour, à la limite. Mais lorsque la voiture de sécurité est intervenue, je savais que nous étions morts. La température des pneus a chuté, elle a perdu 40 degrés à l’avant droit et je savais que mon restart serait difficile », s’est il exprimé au Micro de Canal Plus, après la course.

Difficile à avaler pour Romain, qui ne semble pas en mesure de sortir de sa spirale négative, attirant vers lui moult pépins en tous genres, le privant souvent de bons résultats. Triste, surtout après avoir été reconduit in-extremis par son écurie, Haas F1…

Pierre Gasly succède à Jean Alesi, 30 ans après

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR