Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Haas en difficulté, une porte d’entrée pour Maserati ?

Maserati

Avant le décès tragique de Sergio Marchionne et son remplacement par Louis Carey Camilleri, l’arrivée de Maserati en Formule 1 était sérieusement considérée. Par quel biais ? Par celui d’une écurie de Formule 1 déjà en place. Car l’ex-PDG de Ferrari n’avait jamais caché sa stratégie, celle de voir plusieurs des marques du groupe dans la catégorie reine, avec un principe de Junior Team.

Maserati en Formule 1, toujours d’actualité ?

Suite à la disparition de Sergio Marchionne, l’entrée de Maserati en Formule 1 est-elle toujours à l’ordre du jour ? Difficile à dire, le nouveau patron du Cheval Cabré étant resté discret sur ce sujet. Mais nous savons qu’avant ce passage de témoin forcé, l’idée de la Direction était d’introduire à la fois Alfa Romeo et Maserati en F1, avec l’aide de la Scuderia. Concernant Alfa, c’est fait, via la structure ex-Sauber.

En revanche, pour Maserati, tout reste à faire. Mais à l’époque, Haas avait été clairement approchée dans cette optique, chose qui aurait pu arranger Gene Haas sur le plan financier. Sauf que pour cette prise de pouvoir partielle, le constructeur italien (Ferrari) souhaitait imposer son choix de pilotes. Condition refusée catégoriquement par Haas mais aussi, par Steiner, le Team Principal. Du coup, l’affaire en est restée là…

Néanmoins, avec les récents mouvements en Formule 1, l’arrivée d’un nouveau règlement et la crise en cours avec le coronavirus, chez Haas, on pense à nouveau à un retrait définitif. Et sur le sujet, Romain Grosjean avait d’ailleurs réagi en déclarant comprendre sa Direction, l’équipe américaine éprouvant de grandes difficultés à devenir rentable. De plus, selon le tricolore, si le départ de la catégorie reine était prononcé, l’ensemble de l’écurie serait reprise en intégralité. Et le tricolore a sans doute raison. Aussi, c’est là que nous voyons bien une intervention de Ferrari (qui est déjà partenaire actif de Haas, ce qui suscite d’ailleurs la polémique, chaque année), qui pourrait en profiter pour racheter Haas afin d’en faire un second Junior Team, nommé Maserati.

Evidemment, cela aurait de la gueule, puisque le plateau y gagnerait au passage un grand nom de l’automobile. Ferrari, Alfa Romeo, Aston Martin, Mercedes, Renault et donc, Maserati, difficile de faire plus séduisant. Reste à définir comment les autres équipes verraient le fait d’avoir en face d’elles trois écuries du « groupe » Ferrari, avec les potentielles stratégies (à plusieurs nivaux) et partenariats que cela pourrait engendrer. Quoiqu’il en soit, l’idée est remise sur la table, comme ça…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR