Le Mag Sport Auto

Formule 1 : héritier du baquet de Gasly, Albon boit du petit lait !

Pierre Gasly ne pilotera plus pour Red Bull, cette année tout du moins. Victime de résultats jugés insuffisants, en Formule 1, le Français a été puni par ses patrons. Aussi, il officiera désormais (et à nouveau) chez Toro Rosso. Le tricolore occupera le baquet d’Alex Albon, qui le remplace dans la RB15 Honda.

Formule 1 : Alex Albon rôle…pour l’instant !

Evidemment, en aucun cas le remplaçant de Pierre Gasly ne s’est réjouit de l’éviction du tricolore. Pas publiquement, tout du moins. Néanmoins, l’on imagine que, intérieurement, le rookie doit jubiler. Jusqu’à quand ? Car, avant lui, Daniil Kvyat et Pierre Gasly avaient fait les frais d’une promotion bien trop précoce. En effet, jusqu’ici, seul Max Verstappen avait été en mesure de s’adapter rapidement à l’équipe Red Bull. Après son passage chez Toro Rosso. Et pour cause, le Néerlandais avait disposer d’un peu plus de temps…et de soutiens internes ?

Formule 1 : Gasly défavorisé par son équipe, sous-entend l’entourage

Sans polémiquer, nous partirons du principe que tous les pilotes ont eu la même chance. Chose qui doit s’appliquer à Alex Albon. Jusqu’ici pilote Toro Rosso, le Britannique (ou Thaïlandais, c’est selon) va donc disposer de la « chance » de sa vie. Sachant que, compte-tenu des exigences de sa hiérarchie, il n’aura que peu de chances de réussir. A moins que Marko, Horner et cie, ne revoient leurs objectifs à la baisse, concernant le second baquet Red Bull. Ce qui n’est pas improbable, si une raison commerciale venait à s’en mêler.

En attendant le dénouement de cette « affaire », Alex Albon est sur un petit nuage. Compréhensible, alors que l’intéressé était supposé courir en Formule E, avec Nissan eDams, il y a encore quelques mois : « C’est surréaliste d’avoir cette immense occasion avec Red Bull Racing ! Je ne peux pas suffisamment vous remercier d’avoir cru en moi et d’avoir rendu cela possible. C’est un grand saut dans l’inconnu, mais j’amènerai mon short de bain ! « 

Fort logiquement, Albon ne pouvait pas refuser une telle offre. Bien qu’elle n’arrive trop tôt. D’ailleurs, il y a peu, le Team Principal de Toro Rosso déclarait qu’un temps minimum de deux saisons, en guise de formation, était nécessaire pour arriver chez Red Bull dans de bonnes conditions. Nous verrons à quel point Albon sera capable -ou non- de faire mentir cette règle, fixée par Tost.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR