Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Jean Alesi, retour sur sa carrière F1

Use your ← → (arrow) keys to browse

Un passage tortueux chez Benetton

jean alesi benetton 96Pour Alesi, il s’agit de l’incident de trop ! Alors que Williams lui offre un contrat pour 1996, il choisit néanmoins Benetton Renault, tandis que Schumacher le remplacera chez Ferrari. Ce choix marquera probablement un nouveau tournant dans la carrière de Jean. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à dire que si son choix s’était portée sur Williams, nous compterions sans aucun doute un autre champion du monde de Formule 1 dans notre palmarès national…

Car avec Benetton, c’est le système Briatore qui est en place et les deux hommes ne vont pas tarder à ne plus s’aimer, après un mariage en apparence idéal. Alesi y réalisera toutefois ses deux plus beaux classements en F1 en terminant 4ème en 96 puis en 97, mais sans l’ombre d’une victoire. La Benetton de 96 n’est pas mauvaise mais la nouvelle prise d’air est trop basse et pénalise les Benetton Renault en ligne droite face aux Williams, pourtant équipées du même moteur. Selon les circuits, Alesi et Berger perdent ainsi de 7 à 15km/h…

Cela n’empêchera pas le Français de lutter pour la victoire en Argentine (deuxième à l’arrivée, meilleur tour en course). Après un G.P de Saint Marin décevant, Alesi vivra une autre désillusion à Monaco. Largement en tête après l’abandon de Schumacher sur une piste mouillée, il doit à nouveau céder la tête en raison d’un problème de suspension. Terrible pour le pilote Benetton et ses supporters, qui se consoleront, pour certains, avec la victoire d’un autre tricolore, Olivier Panis.

Le pilote Benetton va toutefois se rattraper en Canada puis en France, en terminant troisième de ces deux courses. Un nouveau podium lui échappe toutefois en Grande-Bretagne, sur un nouveau problème mécanique. A Monza, seulement sixième sur la grille au volant d’une monoplace handicapée par sa faible vitesse de pointe, Alesi réalise un départ magique pour se porter en tête du Grand-Prix. Talonné par la Ferrari de Schumacher, il cède finalement la tête à l’Allemand au jeu des ravitaillements. Mais au moins, cette fois, il est à l’arrivée et se classe à la deuxième place. Au final, cette saison 1996 lui permet d’obtenir son meilleur classement en Formule 1, soit le quatrième rang, avec son plus gros score de points en carrière, c’est à dire 47 points.

Formula One World ChampionshipCar si le pilote tricolore se classera à nouveau quatrième du championnat 1997 (à égalité de points avec le troisième, Coulthard), il vivra une ultime saison chez Benetton dans la douleur. Sa monoplace rencontre cette-fois d’importants problèmes avec ses pneumatiques, malgré un potentiel certain. Il réussira malgré tout quelques beaux coups en terminant troisième en Espagne puis deuxième au Canada, en Grande-Bretagne,au Luxembourg et en Italie. Lors de la course italienne, il portera même pour la première fois sa Benetton en pole position avant de mener facilement la course jusqu’aux arrêts aux stands…où David Coulthard le passera finalement, grâce à un arrêt aux stands record de la part de Mclaren ! Il terminera deuxième, son dernier podium en Italie.

Use your ← → (arrow) keys to browse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR