Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Kubica pilote de réserve chez Williams, une chimère ?

Finalement, après de longs mois d’attente et des espoirs à la hauteur de sa motivation personnelle, Robert Kubica a échoué dans sa quête de retour en Formule 1. Après Renault F1, c’est Williams qui a décliné l’offre du Polonais, coiffé sur le poteau par le plus fortuné Sergey Sirotkin, dont il se murmure qu’il serait également véloce.

Kubica réserviste, le bon coup pour…Williams !?

Faute d’opportunités, Robert Kubica n’a eu d’autre choix que d’accepter une proposition « de seconde zone » de Williams. Ainsi, alors que Sergey Sirotkin pilotera la monoplace britannique en Grand-Prix son aîné, lui, devra se contenter d’un rôle de réserviste et de pilote de développement encore un peu flou. Car, pour l’heure, la direction de la formation de Grove n’a pas encore réellement communiqué sur les tâches qui seront attribuées au polonais.

Aura-t-il la possibilité de prendre place dans la Williams en essais libres 1, avant quelques Grand-Prix ? En théorie, oui mais, une nouvelle fois, rien n’a été officialisé. Probablement, en titularisant Sirotkin et en conservant Kubica dans ses rangs, que l’équipe anglaise a réalisé une très belle opération financière, histoire de récupérer un maximum de cash. En revanche, pour Robert, difficile de prédire si cette opportunité se concrétisera plus tard en poste de titulaire, chez Williams ou ailleurs. Ses employeurs y songent-ils, ne serait-ce qu’une fraction de seconde ?

Toujours en théorie, c’est lui qui serait appelé pour remplacer l’un des titulaires si besoin (nous pouvons, par exemple, imaginer une clause de performances pour Sirotkin). Mais si l’occasion se présentait, Claire Williams prendrait-t-elle le risque ? « That’s the question »…Toujours est-il que Kubica vient, en acceptant l’offre en question, de gagner un peu de temps, histoire de faire rêver ses fans quelques mois de plus. En souhaitant simplement à Robert qu’il ne soit pas le héros principal d’un mauvais film britannique que nous pourrions nommer/traduire, le cas échéant, « le dindon de la farce »…Après les différents épisodes vécus cet hiver il y a de quoi être perplexe.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR