Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Le destin rend à Raikkonen…ce dont Ferrari l’avait privé !

Alors que tout s’annonçait pour le mieux, pour Ferrari, dimanche, avec la perspective d’un nouveau doublé, la machine s’est totalement enrayée. Le sort en est le premier responsable mais pas que…Car, Sebastian Vettel comme Ferrari n’ont pas été exempts de reproches. Au final, la Scuderia perd la tête du classement des constructeurs, à l’issue du Grand-Prix de Chine de Formule 1 édition 2018.

Vettel peu élégant avec son coéquipier

Après son doublé en qualification et surtout, sa grande supériorité sur Mercedes, la Scuderia Ferrari paraissait ultra-favorite du Grand-Prix de Chine. Une performance inattendue, sur un circuit taillé pour les flèches d’argent. Pourtant, dimanche, les Italiens ont commis plusieurs erreurs, tout en jouant de malchance, à plusieurs reprises. Une conjonction d’événements qui n’aura, finalement, fait qu’un « gagnant », Kimi Raikkonen…

Rappel des faits. Les feux s’éteignent à Shanghai, ce dimanche 15 avril 2018 et Sebastian Vettel réalise un bon envol. Pourtant, Raikkonen s’élance mieux avant d’être tassé par son propre coéquipier. Une manoeuvre que nous ne devrions pas voir, entre deux coéquipiers, comme le rappelait Jean Alesi, chez nos confrères de Canal Plus. Surtout que, suite à cette action, Iceman rétrogradait au quatrième rang et perdait, au passage, toute chance de victoire.

Docile, Raikkonen finalement récompensé

Car, pour permettre à Vettel de récupérer la tête (face à Bottas) après un mauvais arrêt au stand (la seule véritable erreur de Ferrari, en Chine), les stratèges transalpins décidaient d’utiliser la Ferrari no7 comme « voiture bouchon ». L’idée, ralentir Bottas pour offrir une opportunité de dépassement à Sebastian. Une tentative pas loin de payer mais qui se soldait, finalement, pas un échec. Raikkonen à nouveau « utilisé » pour faire gagner Vettel, cela devient une habitude chez Ferrari. Espérons que les patrons auront la décence de ne pas critiquer les performances de leur pilote, plus tard dans la saison, par exemple pour justifier une éventuelle fin de collaboration entre les deux parties…Pour le reste, il est vrai que Sebastian Vettel réalisait, en matière de performance et de constance, un week-end absolument parfait.

Mais au final, Ferrari a rapidement payé sa politique…Car si l’intervention de la voiture de sécurité (suite à l’accrochage Gasly/Hartley) ôtait à Vettel (et Bottas) toute chance de victoire, cela redonnait, au contraire, un espoir à Raikkonen. Lui qui avait perdu deux places suite à la manoeuvre du départ de son coéquipier puis deux autres, après avoir été mis à contribution pour ralentir Bottas, retrouvait de sa superbe avec des gommes plus fraîches. Et après un beau dépassement sur Hamilton, Kimi s’offrait un podium que Ferrari…n’avait pas prévu ! On pourra, peut-être, reprocher au Finlandais un manque de « mordant » pour tenter quelque chose sur Bottas et atteindre la deuxième place mais compte-tenu des circonstances, soyons indulgents.

A l’inverse, pour Vettel, le facteur « malchance » reprenait du service, suite à l’attaque inconsidérée de Max Verstappen, qui touchait la monoplace rouge et lui faisait perdre encore quelques places. 8ème sous le drapeau à damier, Sebastian était finalement puni par le sort…Néanmoins, le quadruple champion du monde marquait quelques points et conservait la tête du championnat, avec 9 points d’avance sur son dauphin, Hamilton. Et compte-tenu de la supériorité actuelle de la Ferrari, il se pourrait que l’Allemand se détache à nouveau, à Bakou, dans deux semaines.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *