Le Mag Sport Auto

Formule 1 : le « lieutenant » Bottas pénalisé pour son contact avec…

…Ricciardo ! Alors que certains -les tifosis, tout particulièrement- réclamaient une pénalité contre Valtteri Bottas en raison de son accrochage avec Sebastian Vettel sur l’ Hungaroring, c’est finalement sur une autre action que le Finlandais a été puni. Décidément un week-end très dur pour le pilote Mercedes qui, jusqu’à ce que la pluie arrive, samedi, dominait son coéquipier.

Valtteri Bottas servile à domicile

Que ce serait-il passé si les qualifications s’étaient déroulées sur une piste sèche ? Nul ne le sait mais Valtteri Bottas aurait probablement devancé son coéquipier sur la grille et ensuite, en course…Au lieu de cela, le Finlandais se voyait cantonné à un second rôle en Hongrie pour sa course à domicile (les supporters Finlandais ayant pour habitude de venir soutenir leurs pilotes à Budapest). Et après avoir ralenti Vettel pour faciliter la fuite d’Hamilton, Valtteri restait longuement en piste afin de gêner, une fois encore, la Ferrari no5. Choquant ? Cela dépend sous quel angle l’on se place. D’un côté, Ferrari utilise régulièrement Raikkonen à ces mêmes fins. De l’autre, Mercedes ne le faisait que très rarement (en Espagne, l’an dernier) en Formule 1, jusqu’ici. Alors si l’on critique l’une, il faut agir de même avec l’autre…

Toujours est-il que, en raison de cette stratégie, Bottas s’est retrouvé en très mauvaise posture face à l’ Allemand qui, lui, disposait de gommes fraîches. Et ce qui devait arriver arriva à savoir, un accrochage entre les deux hommes puis un second, cette-fois face à Ricciardo. Concernant la touchette avec Sebastian, s’agissait-il d’une « vengeance » suite au premier virage du Grand-Prix de France ? Quoiqu’il en soit, le pilote Mercedes n’a pas été puni pour cette manoeuvre mais pour la suivante, avec la Red Bull. 10 secondes de pénalité qui ne changeront rien au classement final de Valtteri, classé 5ème et bien loin des débats.

Côté Mercedes, ce sacrifice coûte peut-être quelques points au classement des constructeurs mais permet à Hamilton de disposer de 24 unités d’avance au championnat des pilotes. Finalement inespéré sachant que les Grand-Prix d’Allemagne et de Hongrie semblaient 100% promis à Sebastian Vettel. Sans prendre parti, il faut bien avouer que le Britannique profite d’une réussite insolente, cette année, dont il n’avait jamais bénéficie (du moins, à ce point), par le passé. Mais cette »chance » fait aussi partie de l’équation, lorsque l’on prétend à la couronne mondiale. D’autant que, pour l’heure, Lewis a commis nettement moins d’erreurs fatales que son rival.

Une chose est sûre, la Scuderia Ferrari reste supérieure à Mercedes en matière de performance, de fiabilité et de stratégie. De leur côté, les allemands semblent disposer d’une meilleure monoplace sur piste humide. Ce qui pourrait leur servir à Spa Francorchamps, piste à priori favorable à la monoplace italienne. Et depuis peu, Toto Wolff et ses troupes exploitent un autre atout jusqu’ici inutilisé : Bottas ! Le parfait lieutenant, donc.

Pour conclure, justement avec le cas Bottas, ce dernier ne s’attendait vraisemblablement pas à un pareil statut, alors qu’il venait tout juste de renouveler son contrat avec la firme à l’étoile. « Lieutenant« , un terme « qui fait mal« , selon les propres mots de Valtteri, après que lui ait été relatée la déclaration de Toto Wolff, pour qualifier la performance de son pilote. Atterrissage brutal pour le no77, désormais capable de comprendre ce que vit, depuis des années, son compatriote de chez Ferrari

Crédit Photo : Formula1

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR