Le Mag Sport Auto

Formule 1 : le titre ? Romain Grosjean y songe encore…

F1 Romain Grosjean Haas

Si les récents propos tenus par Romain Grosjean pour ESPN feront sourire certains, d’autres, au contraire, seront heureux d’apprendre que le Français n’a pas tiré un trait sur ses ambitions initiales…Car, comme il vient de le déclarer, le pilote Haas pense toujours pouvoir devenir champion du monde de Formule 1, un jour. A condition qu’il dispose de l’arme qui lui permettra de batailler devant.

Formule 1 : à quand une victoire tricolore ?

Un Français champion du monde de Formule 1 ? Cela ne s’est pas produit depuis Alain Prost, c’est à dire 1993. A défaut, les supporters se contenteraient déjà d’une victoire. En effet, dans le domaine, seuls Jean Alesi (1995) et Olivier Panis (1996) ont succédé au « professeur ». Depuis, c’est la disette totale…Néanmoins, de tous nos représentants passés en F1 jusqu’ici, seul Romain Grosjean a frôlé l’exploit, à deux reprises. En 2012 à Valence puis en 2013 en Allemagne. Soit déjà 5 ans qu’un tricolore ne s’est pas retrouvé en position de s’imposer…

Mais Grosjean ne baisse pas les bras et reste persuadé qu’il peut devenir champion du monde de Formule 1, à condition qu’on lui donne la possibilité de s’exprimer à l’avant du peloton :

« Il faut avoir une des deux meilleures voitures pour gagner une course, je sais ça, mais je crois que si l’on me donnait cette voiture, je pourrais gagner. Il n’y a toujours aucune raison que je ne sois pas Champion du monde un jour. » déclare-t-il pour ESPN.

Des ambitions louables qui feront plaisir à ses supporters. Néanmoins, avant de convaincre une écurie de pointe de l’engager, Romain devra faire preuve de d’avantage de constance dans ses réactions, après le drapeau à damier. Car son manque de retenue et son agacement (régulier) pourraient lui causer des torts. A ce titre, cette saison 2018 pourrait être décisive pour lui. En effet, avec une monoplace très performante pour le moment, Grosjean doit absolument saisir sa chance pour se rappeler au bon souvenir des Toto Wolff, Maurizio Arrivabene, Eric Boullier et autre Cyril Abiteboul…

Car derrière, les Pierre Gasly et Esteban Ocon poussent fort et pourraient, très vite, obtenir des opportunités au sein d’écuries de pointe comme Red Bull et Mercedes. Concurrence féroce, donc.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *