Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Lewis Hamilton craint toujours les Ferrari

Pour différentes raison, le début de saison de Ferrari est assez loin de ce qu’il aurait pu être…Si la monoplace italienne n’est pas suffisamment polyvalente pour permettre à Leclerc et Vettel de devancer les Mercedes, elle reste taillée pour un type de circuit. D’où cette inquiétude de Lewis Hamilton, qui redoute la Scuderia sur certains tracés en particulier.

Ferrari : un nouvel aileron arrière à venir

Clairement, en ce début de saison de Formule 1, Ferrari n’est pas au niveau souhaité. Entre un manque de vélocité dans les virages et un Sebastian Vettel un peu fébrile, l’équipe transalpine n’a pas exploité pleinement son potentiel. D’où ces trois doublés de Mercedes, pas toujours mérités sur le plan de la performance pure. Lewis Hamilton en est parfaitement conscient, d’où la méfiance du pilote britannique à l’égard de ceux qui restent, ses plus grands rivaux :

« Je ne sais pas vraiment où ils perdent, mais ils gagnent quelque chose comme 0″4s dans les lignes droites, alors qu’ils sont moins rapides dans les virages, donc il sera intéressant de voir combien de temps ils vont adopter cette stratégie lors des courses à venir. Mais il y a encore beaucoup de courses où leur voiture pourra peut-être surpasser la nôtre. Ils ont toujours une voiture plus courte que la nôtre, donc ça pourrait mieux fonctionner sur certains circuits, mais c’est un peu tôt pour le dire. En tout cas, clairement, trois doublés, je pense que nous dépassons un petit peu les attentes pour l’instant par rapport à notre véritable potentiel. Mais il y a plus à venir ».

Si Hamilton parle de « stratégie » concernant Ferrari, la réalité est autre. Car, pour l’heure, les pilotes subissent ce déséquilibre de performance entre les lignes droites et les parties plus sinueuses, sur chaque circuit. Mais une solution est en développement, du côté des rouges. En effet, un nouvel aileron arrière devrait voir le jour rapidement. Le but, remettre de l’appui sur l’arrière de la monoplace. Quand ? Là est toute la question. Sachant que d’ici là, de gros points pourraient à nouveau être perdus, notamment à Bakou.

Pour le reste, effectivement, l’empattement plus court de la Ferrari est susceptible de lui offrir un avantage, en particulier sur des circuits comme celui de Monaco ou encore, Budapest. Mais pour en profiter, encore faudra-t-il résoudre, au moins en partie, le problème de rythme dans les virages lents. Un gros challenge en perspective pour Ferrari, qui court déjà après les dixièmes, tandis que Mercedes a, semble-t-il résolu une bonne partie de ses soucis…

Le Mag Sport Auto au volant d’une Porsche GT3 RS avec les Eagle F1 !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR