Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Pour Rosberg, Vettel aurait du réduire son rythme…

Formule 1 Nico Rosberg

Si la Scuderia Ferrari est désormais supérieure à Mercedes dans tous les domaines, c’est son pilote « star », Sebastian Vettel, qui a trébuché, comme cela avait déjà été le cas au Grand-Prix de France. Ex-pilote Mercedes et compatriote du pilote Ferrari, Nico Rosberg pointe du doigt l’erreur commise par le quadruple champion du monde de Formule 1, à domicile.

Nico fait la leçon à Sebastian

Pour Nico Rosberg, Sebastian Vettel aurait du réduire son rythme, lorsque la pluie s’est mise à tomber dimanche dernier, à Hockenheim. Car, alors qu’il disposait d’une belle avance sur son plus proche poursuivant, l’ Allemand est sorti de la piste tout seul, comme un grand, au pire endroit du circuit…Planté dans le bac à gravier, le pilote Ferrari s’en voulait comme jamais. Une erreur due, selon Rosberg, à un manque de mesure, l’aspect gestion faisant partie intégrante de la course automobile.

« Oui les conditions étaient difficiles, nous le savons et cela est horrible à vivre en tant que pilote, tant l’exercice [piloter en pneus slicks sur une piste humide] est complexe. Mais il avait fait le trou par rapport aux types qui étaient derrière [Raikkonen, Bottas, Hamilton], il pouvait se permettre de lâcher quelques secondes, de ralentir un peu pour se rendre la tâche plus facile, mais il a terminé dans le mur. C’est si mauvais ».

Des mots durs de la part de Nico qui avait su, lors de l’année de son sacre, gérer ses courses à la perfection et notamment, dans des conditions de piste humide, par exemple au Brésil. Propos qui nous rappellent qu’un championnat se gagne, aussi, en apprenant à gérer ses efforts. Et mine de rien, ces petites erreurs peuvent coûter un titre, si elles se répètent trop régulièrement. Dommage d’autant que l’ Allemand dispose, assurément, de la meilleure monoplace (et de la meilleure équipe) du moment. Espérons qu’ils ne regrettera pas ces précieux points perdus, si jamais Mercedes venait à rehausser son niveau.

A sa décharge, piloter sur un sol humide avec des gommes prévues pour le sec au volant d’une monoplace (à raz du sol) est un exercice particulièrement périlleux (nous parlons en connaissance de cause), notamment lorsque l’on « ouvre » la piste, c’est à dire sans la moindre référence. Nous pourrions, d’ailleurs, presque parler de « loterie » dans ces conditions. Mais après cette importante déconvenue, gageons que Sebastian reviendra au sommet de sa forme, en Hongrie, pour la plus grande joie des tifosis. Reste à déterminer ou se situera Hamilton, sachant que les caractéristiques du tracé de Budapest n’avantageront pas sa flèche d’argent…nouveau changement de leader à venir ? C’est à souhaiter, pour entretenir le suspense jusqu’au bout !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR