Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Qualifications, Leclerc scintille, Gasly s’éteint…

En ce début de saison de Formule 1, deux pilotes jouissaient d’un statut assez similaire, Pierre Gasly et Charles Leclerc. Deux pilotes formés dans un Junior Team puis promus, en 2019, dans des écuries de pointe. Ainsi, l’un comme l’autre abordaient cette saison avec des rêves de victoires plein la tête. Sauf que, pour le moment, les deux destins ne prennent pas la même direction…

Un exploit signé Charles Leclerc

Evidemment, le but n’est pas de blâmer Pierre Gasly après seulement deux courses avec son nouvelle équipe. Néanmoins, la comparaison avec Charles Leclerc est inévitable, d’autant que les deux hommes disposent de situations assez similaires. Face à deux des plus grandes stars de la discipline -Vettel et Verstappen- soutenus, qui plus est, par leurs équipes en tant que leader naturel, l’affaire s’annonçait particulièrement corsée. Si bien que personne n’attendait d’eux qu’ils battent leurs coéquipiers respectifs.

« Je ne me sens pas à l’aise avec l’auto mais ce week-end je n’ai peut-être pas pris la bonne direction. Nous allons voir avec les ingénieurs comment faire évoluer ça. C’est demain qu’on marque des points, on va tout faire pour en accrocher ». Pierre Gasly

Sauf que Leclerc l’a fait, dès son premier Grand-Prix en rouge, face à un quadruple champion du monde. Une pole position indiscutable qui force le respect. De son côté opposé à un multiple vainqueur de Grand-Prix jamais titré, Pierre Gasly n’a pas été en mesure d’effacer son opposant, en interne. Le Français n’ayant même pas atteint le cap de la Q3. Et cette-fois, c’est clairement son manque de rythme qui est en cause. Faut-il, pour autant, tirer la sonnette d’alarme ? En matière de résultats, non. Par contre, il est bon de se demander si Pierre aura la capacité de réagir mentalement, dans une équipe quasiment construite autour du Néerlandais.

A la décharge de Gasly, la Red Bull n’est pas aussi performante que la Ferrari. Car, oui, il est toujours plus facile de briller au volant d’une monoplace véloce et saine, y compris lorsque l’on manque d’expérience. Mais l’histoire nous l’a déjà prouvé, la patience des cadres de Red Bull Racing est généralement limitée à quelques courses. Alors, pour ne pas se retrouver en danger prochainement, le tricolore n’aura d’autre choix que de se reprendre au plus vite. Chose qu’il pourra très bien réussir dès demain, en course. Bien entendu, c’est tout le mal que nous lui souhaitons…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR