Le Mag Sport Auto

Formule 1 : quelle issue pour Sebastian Vettel, après une nouvelle erreur ?

Cela est désormais devenu quasiment une habitude, pour Sebastian Vettel. En effet, depuis le Grand-Prix d’Allemagne 2018 de Formule 1, rares sont les courses se déroulant sans pépins, pour l’Allemand. Qu’il s’agisse d’un manque de réussite ou d’erreurs personnelles, l’intéressé ne semble plus être en phase avec son sport…

Sebastian Vettel est-il devenu trop sensible, pour la Formule 1 ?

Dans une situation aussi complexe que celle qu’il traverse, Sebastian doit obligatoirement se poser LA question. Celle de la retraite, à court terme. Car après un an de pépins en tout genre, le constat est très amer, pour Vettel. En effet, le quadruple champion du monde éprouve le plus grand mal à ne pas commettre d’erreurs ou de contre-performances sur l’ensemble d’un week-end de Grand-Prix. Et lorsqu’il y parvient enfin, c’est le sort qui s’acharne, par le biais de la fiabilité ou de la -mauvaise- stratégie de Ferrari.

Et quand un pilote du calibre de Sebastian Vettel souffre, c’est l’ensemble de la Formule 1 qui pleure. D’autant que la perspective d’un duel à couteau tiré avec Lewis Hamilton fait saliver nombre de fans, avant chaque nouvelle saison. Mais désormais, ce fantasme paraît loin. Manquant de performance et subissant trop souvent la loi de son coéquipier, « Seb » fait grise mine. Depuis le début de la saison, l’intéressé semble même blasé, lassé, démobilisé. Comme s’il n’avait plus goût à piloter. Et, évidemment, les multiples critiques émanant de toute part à chacune de ses bévues n’améliorent rien à sa situation personnelle. Trop sensible pour la F1, Sebastian ? Peut-être bien…

Une nouvelle ère nommée Leclerc ?

Toujours est-il que la réaction du champion se fait attendre depuis bientôt un an. Au point qu’il devient de plus en plus difficile d’y croire. Ce en dépit des propos de Binotto assurant de l’implication et de la motivation de son pilote, leader naturel de la Scuderia. Pourtant, Ferrari semble avoir déjà tourné la page avec une nouvelle ère, placée sous le nom de Leclerc. Néanmoins, souhaitons au no5 qu’il parvienne à rectifier le tir, même s’il ne devait s’agir que d’un chant du cygne, avant une possible retraite.

Jean-Eric Vergne sanctionné après son comportement anti-sportif

2 Comments

  1. Chindamo Michelangelo

    15 juillet 2019 at 11 h 00 min

    Je n’y crois pas à sa retraite.Il faut qu’il se retrouve psychologiquement.Je pense qu’il laisse parler ses nerfs avant la raison

    • Julien Barthet

      15 juillet 2019 at 13 h 33 min

      Oui, son impulsivité en piste est peut-être le problème…Mais en dehors, il semble avoir perdu de son dynamisme, de sa passion, qui le caractérisait auparavant. Voilà le plus inquiétant, je crois…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR