Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Raikkonen en veut encore, c’est une certitude !

Pour la troisième fois d’affilée, cette saison, Kimi Raikkonen a terminé dans les points. Au volant d’une Alfa Romeo pourtant peu à son en aise, en Chine, le Finlandais a fait le job en remontant un à un ses adversaires. Résultat, une belle neuvième place qui en dit long sur sa motivation.

Iceman a toujours le feu sacré !

Blasé Kimi ? Jamais ! Alors qu’on aurait pu s’attendre à deux dernières saisons en roues libres, Raikkonen a abordé son ultime challenge avec sérieux et envie. C’est, tout du moins, ce que si dégage de son œuvre, sur les trois premières épreuves du championnat 2019 de Formule 1. 8ème en Australie, 7ème à Bahreïn et 9ème à Shanghaï, Iceman a marqué l’intégralité des points de son équipe, face à un Giovinazzi peu en réussite, il est vrai.

Lors du Grand-Prix de Chine 2019, alors qu’il s’élançait hors du top dix pour la première fois de l’année, le Finlandais à mené une bataille de toute beauté en dépassant coup sur coup ses rivaux et, notamment, les Haas. Sa détermination et son envie faisaient plaisir à voir. Car, se battre pour un ou deux points en livrant le maximum, après avoir piloté à très haut niveau -avec Ferrari notamment- avec une monoplace jouant à chaque course le podium, cela n’est pas donné à tout le monde !

Mais ce sont peut-être, plus précisément, ces années à batailler à l’avant qui le stimulent, alors que sa monoplace ne lui permet plus de jouer la gagne. Car, loin de se contenter de ses résultats actuels, Raikkonen veut pousser, travailler, pour progresser et faire mieux : « La voiture se comportait bien aujourd’hui. Nous sommes partis assez loin sur la grille et au moins nous avons marqué quelques points. A la fin, je manquais d’adhérence avec les pneus avant. C’est dommage, parce que je les ai préservés pendant la course, mais ils ont commencé à refroidir et j’ai perdu en performances. Nous allons continuer de travailler pour progresser, et nous verrons ce que nous pourrons faire à Bakou. »

Le champion du monde 2007 nous donne donc rendez-vous à Bakou. Un circuit sur lequel le moteur Ferrari, surpuissant, pourrait faire des merveilles…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR