Le Mag Sport Auto

Formule 1 : résumé d’un GP des USA mouvementé et légendaire (Austin)

Le Grand-Prix de Formule 1 des USA est entré dans la légende, hier, à Austin, suite au couronnement de Lewis Hamilton, pilote qui entre dans la légende après une saison de domination et de maîtrise comme seuls les grands compétiteurs en sont capables. Le Britannique décroche une troisième titre au terme d’un Grand-Prix extrêmement incertain et palpitant jusque dans les derniers instants de course.

Formule 1 : Hamilton réaliste, Rosberg se plaint

Dès le départ, le ton était donné entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg, qui se sont frottés au premier virage à l’avantage de l’Anglais. Manoeuvre que l’Allemand n’a, semble-t-il pas appréciée car « trop musclées » selon lui. Sans doute un commentaire fait sous le coup de l’énervement et de la frustration, Nico ayant, lui aussi, réalisé une attaque similaire face à son rival, l’an dernier, après le départ du Grand-Prix de Formule 1 du Canada…

Toujours est-il qu’après un bon début de course, Hamilton allait lentement baisser son rythme, ce dernier ne parvenant pas à tirer le meilleur de ses pneus, au contraire des deux Red Bull, particulièrement performantes et surtout, de Rosberg, sur un gros rythme en début d’épreuve. Passé successivement par Daniel Ricciardo et Nico Rosberg suite à la sortie d’un safety-car virtuel, Hamilton s’engouffrait dans la voie des stands un peu plus tôt que ses concurrentes pour chausser des pneus slicks alors que la piste s’asséchait.

En dépit de cette tentative d’under-cut, le Britannique ne parvenait pas à reprendre l’avantage sur son coéquipier. Entre temps, les Red Bull si fringantes en début de Grand-Prix, perdaient de leur rythme au fil des tours, la disparition de l’humidité sur le tarmac ayant probablement sonné le glas de leurs espoirs de victoire.

Mais l’abandon de Marcus Ericsson dont la Sauber restait bloquée sur le circuit allait provoquer la sortie d’un safety-car. Profitant de l’occasion pour pénétrer dans les stands et changer de pneus, Rosberg laissait ainsi la tête de la course à Hamilton qui, étrangement, n’imitait par son rival. Au restart, à ce stade de la course, le Grand-Prix d’Hamilton semblait perdu, ses gommes, trop dégradées n’ayant pas la capacité de résister au retour d’un Rosberg survolté et motivé par cette perspective de triomphe à Austin.

Formule 1 : Hamilton rejoint Senna, Piquet et Lauda

Pire, Lewis se voyait menacé par la Ferrari de Sebastian Vettel, également équipée de pneus plus frais. Mais un nouveau coup de théâtre allait redistribuer les cartes, la grosse sortie de piste de la Red Bull de Daniil Kvyat, parti en tête à queue avant de taper violemment le rail de sécurité en pleine ligne droite. Occasion rêvée pour la Mercedes no44 qui passait aux stands pour récupérer des pneus neufs. Vettel l’imitait, ce qui permettait à Lewis de récupérer la deuxième place.

Formule 1 : GP des USA, le cadeau de Rosberg à Hamilton

Dès lors, Hamilton commençait sa remontée sur son coéquipier à moins de dix tours du dénouement mais Rosberg semblait tenir bon…jusqu’à ce nouveau rebondissement ! Sans doute trop optimiste sur une phase d’accélération, le vice-champion du monde de Formule 1 2014 partait en glisse et cédait ainsi la tête à son vieil ennemi pour lui offrir ce troisième titre sur un plateau ! Dans les stands, Toto Wolff marquait un sourire évocateur alors que Niki Lauda hochait la tête de dépit…

En difficulté en fin de Grand-Prix ou, peut-être un peu sonné par sa « bêtise » , Nico défendait sa deuxième place jusqu’au bout face à Vettel, pour assurer le titre à son coéquipier. Ultime épisode de la saga Hamilton-Rosberg juste avant la cérémonie de podium lorsque l’Anglais envoyait maladroitement une casquette sur les genoux de son dauphin, geste peu apprécié par ce dernier qui lui retournait l’accessoire avec une certaine violence…tension !

Revenons rapidement également sur les autres faits -et ils étaient nombreux- comme cet accrochage entre Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg, la nouvelle erreur de « Iceboulette » alias, Kimi Raikkonen, bien parti pour remonter avant de se sortir tout seul, comme un grand; ainsi que les magnifiques passes d’armes entre les Mclaren Honda et les Toro Rosso en fin de course. Deux écuries qui allaient d’ailleurs profiter de ces nombreux accrochages et abandons (les Williams de Bottas et Massa, la Lotus de Grosjean, touchée par un concurrent dès le début du GP…).

Un temps sur le podium, Max Verstappen égalait en effet son meilleur résultat en Formule 1, en prenant la quatrième place du Grand-Prix des USA, suivi de la Force India de Sergio Perez, décidément très opportunistes cette saison. La seconde Toro Rosso, ce Carlos Sainz, terminait sixième après une belle bataille avec Jenson Button, pourtant muni du moteur Honda ancienne génération. Huitième, Maldonado récoltait de nouveaux points pour Lotus alors que Nasr en faisait de même pour Sauber, grâce à une neuvième place totalement inespérée. Daniel Ricciardo sauvait finalement le point de la dixième place aux dépends d’Alonso, dépassé dans les derniers tours alors que ses pneus semblaient en fin de vie…

Au final, le Grand-Prix de Formule 1 des USA était, sans aucun doute possible l’un des plus beaux de ce championnat 2015. Espérons que la nouvelle destination du Mexique nous réserve, le week-end à venir, le même spectacle.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR