Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Ricciardo chez Ferrari, le transfert improbable ?

Depuis plusieurs semaines, des rumeurs de plus en plus insistantes envoient Daniel Ricciardo chez Ferrari. Et évidemment, sa récente victoire, en Chine, ne calmera pas les ardeurs des journalistes transalpins et autres à ce niveau. Pourtant, ce transfert hypothétique paraît de plus en plus improbable, si l’on prête attention à la situation actuelle, au sein de la Scuderia. On vous explique le fond de notre pensée.

Ricciardo chez Ferrari : contre-nature ?

Daniel Ricciardo ne semble plus rêver de boisson énergisante, depuis quelques mois. Et Red Bull en est quelque peu responsable. Car, en renouvelant très tôt et sur le long terme le contrat de son coéquipier, l’équipe autrichienne a confirmé qu’elle misait d’avantage sur le Néerlandais que sur l’Australien, pour reconquérir le titre suprême. Une probable erreur, comme en témoigne le début de saison catastrophique de Max Verstappen. Mais le mal est fait…

Toutefois, pour Ricciardo, l’équation n’est pas si simple à résoudre. Car en réalité, son avenir dépendra des souhaits de Mercedes et Ferrari. A moins que Daniel veuille à tout prix quitter son écurie actuelle, auquel cas des formations telles Mclaren ou encore, Renault, l’accueilleraient probablement avec joie. Mais l’Australien en est conscient, pour gagner à très court terme, seules la firme à l’étoile et le cheval cabré semblent en mesure de lui offrir ce qu’il souhaite. En plus de Red Bull, qui reste une option attractive.

Cependant, il reste bien difficile de croire aux rumeurs annonçant une signature imminente entre Ricciardo et Ferrari. Car il faut bien garder une chose à l’esprit. Aussi grand soit le talent de Sebastian Vettel, il dispose d’une aide non-négligeable de la part de son équipe, qui pénalise presque systématiquement Raikkonen afin d’offrir d’avantage de points à l’ Allemand. Ou aurait terminé l’ Allemand, l’an passé, sans les « cadeaux » de Monaco ou encore, de la Hongrie ? Il ne s’agit en rien d’une critique mais d’un constat. Chez Ferrari, on privilégie le titre pilotes et dans l’histoire de l’écurie de F1, la quasi-totalité des responsables ont procédé ainsi. Si Kimi en fait les frais actuellement, les Barichello, Massa, Irvine, Salo et nombreux autres ont subi le même sort.

Dès lors, comment imaginer un traitement 100% égalitaire entre Vettel et Ricciardo ? D’autant que, l’ Allemand le sait, la seule année de confrontation entre les deux hommes avait tourné en faveur de l’actuel pilote Red Bull. Et même en admettant que Sebastian n’ait pas son mot à dire, cette « association » aurait toutes les chances de générer une mauvaise ambiance dans l’équipe. Et compte-tenu de ce qu’à construit Arrivabene, peu à peu, il serait étonnant que l’on prenne un tel risque. En clair, nous n’y croyons pas, à moins que l’un des deux ne s’efface après quelques courses en 2019, ce qui semble peu plausible. Ou que Vettel s’en aille vers Mercedes (en dépit de son contrat actuel avec la Scuderia), pour un ultime défi « maison »…Mais, peu de chances également, surtout s’il continue sur sa lancée cette année.

Ricciardo chez Mercedes : une piste vraiment crédible

En revanche, la piste Mercedes serait d’avantage crédible, bien que moins populaire dans les médias. Car la mentalité allemande est similaire à la mentalité britannique sur un point, en F1. A savoir que le titre des constructeurs est la priorité. D’où, peut-être, cette liberté laissée aux pilotes, qui peuvent se battre et se « voler » de points. De nombreux exemples existent dans le passé plus ou moins récent de la F1. Mais l’exemple le plus probant reste celui du duel Hamilton/Rosberg, l’Allemand ayant finalement remporté son titre face à la « légende » Hamilton. Autre cas, celui de Bottas, déjà classé à deux reprises devant son coéquipier, cette année.  Et les exemples ne manquent pas, non plus, l’an passé.

Mais le manque de régularité de Valtteri pourrait pousser les patrons de Mercedes à recruter un pilote plus mordant. Histoire de secouer Lewis lorsqu’il a tendance à s’endormir un peu, comme cela était le cas en Chine cette année (et au moins une ou deux fois chaque saison), par exemple. Car, probablement que face à un pilote du calibre de Ricciardo, l’Anglais serait piqué au vif, touché dans son orgueil, ce qui pourrait avoir des conséquences positives sur sa motivation et donc, ses résultats. Une saine émulation, en somme, sachant que l’Australien reste un pilote mesuré dans ses propos, intelligent et capable d’apporter une belle ambiance dans une écurie.

Et, chez Mercedes, il y a fort à parier que l’identité du pilote champion du monde n’a que peu d’importance. Ricciardo, Hamilton, Rosberg, Bottas ou qui que ce soit d’autres, l’important reste la victoire, pour les Allemands. C’est, tout du moins, notre avis…

Ricciardo doit choisir Mercedes. A moins que le « coeur » ne s’en mêle…

Pour toute ces raisons, à choisir entre Ferrari et Mercedes, nous opterions pour cette dernière, concernant l’avenir de Daniel Ricciardo. Mais reste un ultime paramètre, plus sentimental, l’intéressé possédant des origines italiennes, qui pourraient avoir une autre influence…d’un côté comme de l’autre ! Un point susceptible de faire s’effondrer n’importe quelle analyse en un clin d’oeil. Et puis Ferrari reste Ferrari à savoir, la seule formation capable de faire rêver n’importe quel pilote, quelle que soit sa nationalité.

A moins que Raikkonen n’ait déjà son contrat 2019 en poche, possibilité à ne pas écarter non plus.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR