Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Vandoorne évoque sa siluation et la politique en F1

Formule 1 Stoffel Vandoorne

Si la Formule 1 est supposée être, en premier lieu, un sport, nous sommes nombreux à savoir que, dans les faits, la politique y joue un grand rôle. Comme dans de nombreuses autres disciplines, c’est une certitude.
Et Stoffel Vandoorne nous le rappelle, après une saison chaotique pour lui, au cours de laquelle il a été dominé par Fernando Alonso. Oui, mais…

Stoffel Vandoorne désavoué par sa propre équipe

Alors, évidemment, 21-0, sur le papier, cela fait très mal, pour Stoffel Vandoorne. Nous parlons, bien entendu, des duels de qualifications entre le Belge et son coéquipier espagnol, cette saison. Mais le résultat brut n’a probablement pas grande valeur,  le jeune pilote ayant clairement été mis de côté par son équipe, comme il l’a récemment confirmé, maintenant sa saison achevée :

« Vous ne voyez pas tout ce qui se passe en coulisses, toute la politique. Je ne peux pas tout dire, mais vous pouvez bien imaginer certaines choses. Personnellement, je n’ai aucun regret. J’ai fait mon boulot du mieux que je pouvais. Ce qui m’a peut-être le plus manqué dans certains moments, c’est de sentir la confiance de l’équipe. Il n’est pas toujours facile de performer et de donner le meilleur de vous-même quand vous savez que l’équipe négocie en même temps avec d’autres pilotes. Mais je n’ai pas baissé les bras et j’ai terminé ma saison sur quelques bonnes courses ».

Des propos qui surprendront certains, peut-être, tandis que d’autres n’y verront qu’une confirmation de ce que tout le monde soupçonnait. Car, aussi grand soit son talent, Fernando Alonso oublie de préciser, lorsqu’il met fièrement en avant son « record » (le fameux 21-0, sans précédent en F1), que son coéquipier a passé une bonne partie de la saison aux commandes d’une monoplace « laboratoire », afin de tester des éléments qui seront introduits en 2019. Nous savons, aussi, que Stoffel a régulièrement sacrifié ses propres courses pour favoriser celles de son coéquipier. Enfin, le Belge évoque des choses qu’il ne peut révéler…Probablement en raison d’une clause mystérieuse dans son contrat.

Ajoutons-y ce manque de confiance de la part de son équipe qu’il vient de révéler -chose indispensable pour performer en F1- et nous voilà soudainement en présence d’un tableau pas si clair que cela. Qu’aurait été le résultat final si les deux hommes avaient disposé strictement des mêmes chances ? Nous ne le saurons jamais…Mais cette soudaine baisse de régime, par rapport à ses excellents débuts dans la catégorie reine, reste assez étonnante.

Désormais partie intégrante de l’écurie Mercedes (Formule 1 et Formule E), Vandoorne bénéficiera peut-être (dans l’optique d’un retour en F1), à l’avenir, de cette notion de politique qui a joué en sa défaveur cette année. A suivre, donc…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR