Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Vettel champion 2018, Zanardi n’y croit plus…

Formule 1, Vettel, Ferrari

Tifosi de par ses origines, Alex Zanardi ne croit plus au sacre de Sebastian Vettel avec Ferrari, cette année. L’ex-pilote de Formule 1 et d’Indycar a même prononcé quelques mots, particulièrement flatteurs, envers « l’ennemi » Lewis Hamilton. Ce qui ne manquera pas de faire plaisir aux supporters transalpins…

Sebastian Vettel définitivement hors du coup ?

C’est par le biais des colonnes de nos confrères de La Gazzetta dello Sport qu’Alex Zanardi était interrogé au sujet de la situation de Ferrari en Formule 1 et, plus particulièrement, sur Sebastian Vettel. Et pour l’ancien pilote Williams en F1, les forces ont changé de camp bien que tout reste possible sur le plan comptable :

« Ce n’était qu’un Grand Prix, mais il a reflété la situation de la saison. Après Monza, tout le monde avait l’impression qu’une victoire arrangerait les choses. Mais Lewis a enfoncé tout le monde avec une performance parfaite, presque poétique. Nous avons pu voir sur le visage de « Seb » que le pouvoir avait changé de camp. Sur le plan purement mathématique, Ferrari peut encore y croire. Mais de manière plus réaliste, c’est Hamilton qui domine. »

Pourtant, si l’on jette un oeil aux différents tracés à venir, la Scuderia Ferrari a toutes les raisons de croire à un retour sur la plus haute marche du podium. En Russie, notamment, tracé rapide qui pourrait permettre au moteur Ferrari de délivrer son plein potentiel. Même possibilité à Suzuka ou encore, Mexico, sur le papier. Reste à définir si l’équipe italienne aura résolu ses -récents- problèmes d’usure prématurée des gommes. Car, en Italie comme à Singapour, c’est sur ce point-là, en particulier, que les transalpins ont trébuché. Deux pistes pourtant bien différentes, tant sur le plan des températures que concernant leurs concours. Et c’est peut-être cela, le plus inquiétant…

One Comment

  1. harley6

    19 septembre 2018 at 14 h 54 min

    si Ferrari aurait fait comme Mercedes, c’est à dire privilégier vraiment un pilote n°1, ils seraient en tête depuis longtemps! C’est un problème de management et non de pilotes ou voitures, bravo Mercedes!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR