Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Vettel, opportuniste mais lucide, remporte le G.P d’Australie 2018

Le G.P d’Australie de Formule 1 avait plutôt mal commencé pour Sebastian Vettel, en léger retrait face à Lewis Hamilton et Kimi Raikkonen. Mais à la faveur d’un énorme coup de chance incarné par la sortie de la voiture de sécurité virtuelle, l’ Allemand héritait des commandes de la course. Position qu’il n’allait plus lâcher jusqu’au drapeau à damier. Hamilton et Raikkonen complètent le podium dans cet ordre. Ferrari, qui s’est montrée plus forte en matière de stratégie, récolte les fruits de son travail.

Hamilton et Raikkonen supérieurs sur le papier

Melbourne Grand-Prix d’Australie 2018, première manche du championnat du monde de Formule 1, les feux s’éteignent et Lewis Hamilton (Mercedes) réussit son envol alors que Kimi Raikkonen (Ferrari) tente de le déborder dès le second virage. Magnussen s’offre aussi une belle envolée, la Haas a passé la Red Bull de Verstappen. En revanche, Sainz (Renault) a pris un mauvais départ. L’Espagnol se bat en piste pour résister à son compatriote, Fernando Alonso (Mclaren).

Grosjean est toujours sixième alors qu’Ocon a gagné une place en passant Stroll. Brendon Hartley (Toro Rosso) marque déjà un arrêt aux stands. Pierre Gasly, de son côté, est déjà 17ème. Kevin Magnussen résiste à Max Verstappen. Un duel qui s’annonce chaud…Devant, Hamilton signe le meilleur tour, suivi de Raikkonen et Vettel dans cet ordre. Après 3 tours de course, les pilotes semblent plutôt calmes.

Les écarts se stabilisent entre les leaders, alors que Max peine à trouver l’ouverture sur Kevin. Le moteur Ferrari fait son oeuvre…En retenant ainsi la Red Bull, la Haas fait le jeu des Ferrari et d’Hamilton. 5ème tour, Ricciardo passe Hülkenberg, pour le gain de la 7ème place. Un mot sur Bottas, qui ne remonte pas vraiment. Une seule place de gagner pour le Finlandais, face à Stroll. Sergei Sirotkin abandonne dans ce même tour, début de saison calvaire pour Williams. Quelques secondes plus tard, Ericsson (Sauber) est déjà aux stands, problème de direction assistée. Alfa Romeo fait la douloureuse expérience des débuts en F1, en tant que partenaire de l’équipe suisse…

De son côté, Verstappen se plaint de la surchauffe de ses gommes. Sauf incident, le podium semble déjà dévolu aux trois leaders…Dans le 8ème tour, Bottas recolle à Ocon. Duel de moteurs Mercedes à venir. En tête, Hamilton dispose de 2,2s d’avance sur Kimi Raikkonen qui possède lui-même 1,4s de bénéfice face à son coéquipier. Un tour plus tard, Valtteri déborde finalement Esteban, pour le gain de la 13ème place.

Pour sa part, Magnussen réalise un splendide début de course. Il résiste sans grandes difficultés à Verstappen qui finit par faire un tête à queue ! Grosjean est désormais 5ème, c’est la fête dans le stand Haas ! Max Va-t-il rentrer aux stands ? Il est maintenant 8ème, derrière Ricciardo et Hülkenberg. 11ème tour, Sebastian Vettel signe le record en piste.

Raikkonen revient progressivement sur Hamilton. Mais les trois hommes font quelque peu l’accordéon, avec des gommes difficile à maintenir en température, semble-t-il. Magnussen point à 14 secondes de la tête, le podium s’éloigne pour Haas mais aussi, pour Red Bull. 15ème tour, Pierre Gasly est au ralenti ! De la fumée s’échappe de sa Toro Rosso. Il rentre aux stands, troisième abandon dans ce Grand-Prix d’ Australie 2018.

Les premiers arrêts ne devraient plus trop tarder. Une autre lutte se dessine, entre Magnussen, Grosjean et Ricciardo. Toujours aux commandes, la Mercedes no44 dispose de 3,5s d’avance sur la Ferrari no7. Chez Ferrari, Iceman semble dominer Vettel. Il possède plus de 4 secondes d’avance sur lui, dans le 18ème tour. A la fin de cette boucle, Kimi s’engouffre dans les stands ! Il chausse des pneus durs, en vue de rallier l’arrivée.

Mercedes se cale sur la stratégie de Ferrari et arrête Hamilton le tour suivant. Vettel prend provisoirement les commandes de la course.  Puis Lewis ressort devant Kimi, assez logiquement, en dépit d’un arrêt moyennement réussi, soit une seconde plus lent que celui de son rival. On attend maintenant Vettel. Derrière, la Renault d’ Hülkenberg se rapproche du trio la précédent, composé des deux Haas et de la Red Bull de Ricciardo.

Catastrophe chez Haas…qui remet Vettel en selle !

Sebastian reste en piste et tourne dans des temps similaires à ceux de Kimi. L’Allemand va-t-il tenter de passer son coéquipier grâce à son ravitaillement ? Max Verstappen marque son unique arrêt et repart loin, au 14ème rang. Bottas en profite pour gagner une place, il est 12ème. Belle pression infligée par Alonso, sur Sainz, ce dernier commettant une faute. Fernando prend, ainsi, la 7ème place.

Terrible pour Haas ! Magnussen est au ralenti ! Quelle désillusion. Le Danois est victime d’une casse moteur. Dommage, alors qu’il réalisait l’une des plus belles courses de sa carrière. Romain Grosjean en profite pour prendre la 4ème place. Incroyable ! C’est au tour de Grosjean de jeter l’éponge ! Catastrophe pour Haas, qui était assurée de réaliser la plus belle moisson de son histoire…

Daniel Ricciardo hérite de la 4ème place devant les deux Mclaren Renault. Une virtual-safety-car est lancée, ce qui incite les pilotes à ravitailler. C’est le cas, notamment, de Bottas et de Vettel, qui pourrait réaliser une belle opération.Et il prend la tête !! Incroyable réussite pour l’ Allemand. Une Ferrari est aux commandes et il n’y a plus d’arrêts aux stands. 10 secondes de handicap effacées. Mais la safety-car « classique » rentre en piste.

Chez Haas, c’est un problème se serrage des roues qui est responsable des deux abandons. Erreur de jeunesse. Point sur le classement, Vettel est en tête devant Hamilton, Raikkonen, Ricciardo, Verstappen, Alonso, Hülkenberg, Vandoorne, Bottas et Sainz. Mais le classement pourrait à nouveau évoluer car Max aurait débordé Fernando sous régime de drapeau jaune. D’ailleurs, la Red Bull laisse finalement passer la Mclaren. Reste à déterminer si cela sera suffisant, aux yeux de la direction de course.

Et c’est reparti, à l’entame du 32ème tour ! Vettel réussit son envol. La Mercedes sera-t-elle capable d’attaquer la Ferrari ? Sachant que l’Allemand dispose de pneumatiques plus frais, avec 7 tours de différence avec le Britannique. Mais avec la sortie de la voiture de sécurité, les écarts se sont resserrés également à l’arrière. Ricciardo en est le principal bénéficiaire. Il est désormais dans les échappements de Raikkonen.

38ème tour, Ricciardo s’offre une esquisse d’attaque sur Raikkonen. La pression monte peu à peu, sur les épaules d’Iceman. En tête, Vettel maintient son avance sur Hamilton. Si ce dernier est plus véloce, il n’est pas en mesure de se rapprocher suffisamment pour envisager une manoeuvre de dépassement. Opportuniste aujourd’hui, Sebastian gère parfaitement son nouveau statut. De la chance, pour être champion du monde, il en faut toujours une bonne dose…

Dans le reste du peloton, les positions n’évoluent plus. Alonso, toujours 5ème, accuse 14 secondes de retard sur Ricciardo. Mais Verstappen se fait menaçant sur la Mclaren. En tête, Hamilton libère toute la puissance de sa Mercedes pour attaquer Vettel mais l’Anglais commet une erreur. Avec des pneus plus usés, l’affaire s’annonce presque injouable pour Lewis, qui pointe, désormais, à presque 3 secondes de son rival. Et il ne reste que dix tours à couvrir.

Mais le champion du monde en titre n’abdique pas, il revient comme un missile sur sa cible. Le pilote Ferrari jouerait-il les stratèges, pour contraindre son concurrent à « taper » dans ses gommes et son moteur ? Dans tous les cas, Mercedes est peut-être victime, aujourd’hui, de la stratégie de Ferrari qui à mis Raikkonen à contribution pour obliger l’équipe allemand à arrêter son pilote, peut-être, plus tôt que prévu. Car c’est sans doute sur Vettel, leader naturel de Ferrari, que Mercedes aurait du se concentrer…

A quatre tours du dénouement, difficile d’imaginer un changement de leader, à Melbourne. Vettel s’impose quelques tours plus tard, devant Hamilton et le « malchanceux » Raikkonen. Ferrari prend la tête du classement des constructeurs et entame de la meilleure des manières sa campagne 2018. Ricciardo prend la 4ème place à domicile et Renault réalise un beau score en plaçant ses 6 voitures dans les points. Alonso est 5ème, devant Verstappen, Hülkenberg et Bottas. Vandoorne et Sainz complètent le top dix.

1 : Vettel (Ferrari)

2 : Hamilton (Mercedes)

3 : Raikkonen (Ferrari)

4 : Ricciardo (Red Bull)

5 : Alonso (Mclaren)

6 : Verstappen (Red Bull)

7 : Hülkenberg (Renault)

8 : Bottas (Mercedes)

9 : Vandoorne (Mclaren)

10 : Sainz (Renault)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR