Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Vettel rend la monnaie de sa pièce à Leclerc

formule 1 Vettel

Décidément, la Scuderia Ferrari semble vouée à gérer éternellement les egos et/ou rivalités dans sa propre équipe, en Formule 1. Et lors du Grand-Prix de Russie, c’est un nouvel acte de la rivalité Leclerc/Vettel qui s’est déroulé. Cette-fois, c’est l’Allemand qui a refusé d’obtempérer. Attitude qui a, logiquement, agacé son coéquipier.

Formule 1 : Ferrari, un duo ingérable ?

Que s’est-il réellement passé, en interne, entre Sebastian Vettel et Charles Leclerc ? Les détails précis, nous ne les connaîtrons peut-être jamais. En revanche, nous savons qu’à Sotchi, le Monégasque a payé pour ce qu’il avait fait à Monza. Ou plutôt, pour ce qu’il n’avait pas fait. Car la jeune recrue de Ferrari était supposée, en Italie, offrir l’aspiration à son coéquipier (en qualifications). Ce qui signifiait probablement, la pole position pour la monoplace no5. Alors, au lieu d’obéir, Leclerc a tout bonnement fait traîner le peloton dans le dernier tour, sans jamais se lancer. Ou plutôt, en se lançant tellement tard que tous les pilotes prenaient le drapeau à damier. Sans avoir pu boucler ce dernier tour…Vettel était piégé. Leclerc conservait sa pole.

« Vettel a été si critique après que Leclerc n’ait pas respecté la règle à Monza« , a rappelé Helmut Marko, qui pense que cela a offert un « prétexte » à Sebastian. « Il y a tellement de risques, mais Ferrari aime ces jeux, même s’ils ne se déroulent pas bien la plupart du temps. Mais c’est Ferrari, c’est une culture différente« , a-t-il déclaré en haussant les épaules.

Aussi, après l’arrivée du Grand-Prix et la victoire de Leclerc, le Team Principal de Ferrari lui déclarait qu’il était « excusé« . Sauf que Sebastian, lui, n’avait pas avalé la pilule. D’où, très probablement, la désobéissance de l’Allemand en Russie, alors qu’il était supposé rendre la tête à son coéquipier. Après la course, le sourire espiègle de Vettel et ses propos indiquant qu’il en discuterait avec l’intéressé, hors des des caméras, allaient dans le sens de cette théorie.

Alors, oui, Ferrari a un problème. A moins que les deux pilotes ne se considèrent, désormais, quittes. Dans le cas contraire, compte-tenu des deux personnalités, la Direction de l’écurie italienne devrait connaître à nouveau des situations tendues et même, perdre de gros points. Néanmoins, une chose semble sûre, la Scuderia ne renouvellera pas le contrat de Sebastian Vettel fin 2020. Trop risqué. Au lieu de cela, elle recrutera sans doute quelqu’un de plus « docile ». Giovinazzi, pourquoi pas ou même, Hülkenberg voire, Bottas. Un bon « numéro 2 », en somme, afin d’apaiser les tensions et de retrouver une ambiance de travail plus sereine. Indispensable, pour devenir champion du monde…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR