Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Williams, chronique d’un fiasco annoncé

Bien avant les essais d’inter-saison, nous étions nombreux à prédire le pire, pour l’écurie Williams Racing. Mais le départ de Felipe Massa a probablement accéléré le processus de descente aux enfers. Une spirale infernale dans laquelle l’équipe anglaise semble, désormais, piégée. En Australie, la catastrophe à laquelle tout le monde s’attendait s’est confirmée. Chronique d’un fiasco annoncé.

Williams Racing : que s’est-il passé depuis 2014 ?

Chez Williams, la volonté était claire, à l’issue du championnat 2017, prendre des risques pour inverser la tendance. Car, depuis cette fantastique saison 2014 avec le duo Bottas/Massa, l’équipe anglaise n’a cessé de dégringoler au classement des constructeurs, tout en s’éloignant du podium de façon régulière. Néanmoins, jusqu’ici, l’écurie britannique pouvait encore compter sur un pilote d’expérience pour ralentir la chute. Mais avec le départ de Felipe Massa, le parachute semble s’être désolidarisé de Grove…et la réception s’annonce brutale !

Tout d’abord, la prise de risque annoncée n’a pas eu l’effet escompté. Car, dès ses premiers tours de roues, la FW41 s’annonçait comme une monoplace difficile à piloter et à mettre au point. Evidemment, dans ces conditions, le choix de pilote s’avère, une nouvelle fois, contestable. Car avec un Massa, un Wehrlein, un Kubica (en dépit de son manque d’expérience sur les F1 « modernes ») ou même, un Kvyat, les essais d’inter-saison auraient pu être mis à profit afin d’améliorer la situation. Oui mais voilà, avec son duo de rookies composé d’un Lance Stroll capable de quelques coups d’éclat mais globalement trop irrégulier et d’un Sergei Sirotkin qui a tout à apprendre de la Formule 1, il ne fallait s’attendre à aucun miracle.

Quasiment lanterne rouge des essais d’inter-saison, Williams ne doit son passage en Q2 en Australie (avec la monoplace de Stroll uniquement) qu’à la contre-performance des Toro Rosso Honda. En course, le manque de rythme affiché cet hiver s’est également confirmé pour Lance Stroll seul pilote Williams à rejoindre l’arrivée, mais à l’avant-dernier rang, derrière la Sauber de Charles Leclerc et quelques encablures devant la Toro Rosso de Brendon Hartley.

Mclaren Renault : Alonso 5ème et pilote du jour en Australie

C’est, d’ailleurs, à se demander si Williams Racing marquera des points, cette année. Sachant qu’à l’issue de cette saison 2018 le sponsor titre, Martini, quittera un navire en perdition, vraisemblablement dirigé par la famille Stroll, dont l’apport financier semble offrir un statut privilégié à Lance, qui se comporte comme s’il pilotait « à la maison ». Le choix de l’argent a déjà tué (ou achevé…), par le passé, nombre d’écuries plus ou moins glorieuses. Et la formation de Grove ne semble pas en avoir le souvenir. C’est pourtant bien ce qui l’attend, si elle ne recrute pas dans les meilleurs délais un pilote « référence », capable de mettre au point une monoplace et d’endosser le rôle de leader.

Car aujourd’hui, chez Williams, il n’y a plus de pilote « leader ». Du moins, pas dans le sens où nous pourrions l’entendre…C’est à dire quelqu’un capable de fédérer et de donner une marche à suivre aux ingénieurs. Un individu en qui les ingénieurs pourrait avoir une entière confiance. Une fois encore, Massa correspondait à ces critères mais la nécessité de récolter de l’argent a pris le dessus. Pourtant, avec l’arrivée récente de Paddy Lowe (ex-Mercedes), il y avait tout de même matière à espérer quelque chose, à condition de disposer de ce pilote « crédible ».

Williams bientôt aux côtés de Lotus et Tyrell ?

Quoiqu’il en soit, il y a fort à parier que la saison 2018 sera encore plus mauvaise que la précédente, en matière de points inscrits au championnat. Reste à savoir si cette nouvelle désillusion fera, enfin, réagir les décideurs de Grove. Car, à ce rythme-là, Williams Racing rejoindra rapidement les Tyrell et autres Lotus au cimetière des écuries anglaises de Formule 1…Plus que jamais, Williams doit réagir et prendre, enfin, les décisions qui s’imposent.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR