Le Mag Sport Auto

Formule E : Les réactions des pilotes après le ePrix de Paris 2018

Hier en Formule E, Jean Eric Vergne s’est imposé avec autorité dans les rues de Paris. Retour sur une course à rebondissements avec les réactions de cinq pilotes. Et Le Mag Sport Auto a pu poser ses questions à deux d’entre eux : Sam Bird et Daniel Abt, respectivement P3 et P7.

Les heureux du jour…

Et le plus heureux de tous, c’est bien Vergne ! Le parisien s’impose à domicile et fait retentir la Marseillaise dans la capitale française. Si l’ancien pilote de Formule 1 est heureux, et se rapproche surtout à grands pas du titre, il ne doit pas se reposer sur ses lauriers pour autant.

Jean-Eric Vergne, vainqueur du ePrix de Paris : « De loin, c’est la victoire la plus émouvante de ma carrière. Gagner en France est incroyable, surtout à Paris et dans la semaine de mon anniversaire ! Ça va me prendre du temps de revenir sur terre… Je ne pense pas au titre, je ne veux pas que l’équipe pense que c’est acquis. »

Auteur d’une qualification décevante, Daniel Abt a du cravacher en course pour aller chercher les gros points. Le pilote allemand termine septième, un gain de sept places sur un circuit qui ne permet pas de dépasser aussi facilement ! Le Mag Sport Auto a demandé le secret de l’Allemand.

Daniel Abt, septième : « Je ne pense pas qu’il y ait un secret. J’ai tout donné. Bien sûr, j’étais frustré après les qualifications. Nous n’étions pas là où nous voulions être. Je savais donc qu’il fallait que je joue le tout pour le tout et j’ai pris le choix d’attaquer tôt et de me faufiler dans le peloton. Et je suis assez surpris de voir à quel point cela a fonctionné. C’est aussi grâce aux autres pilotes, qui ont montré un grand respect au volant. »

… Et les mécontents !

L’ePrix de Paris a, d’un autre côté, été très dur pour certains. Lucas di Grassi termine deuxième dans la douleur. Le Brésilien a du échanger des politesses avec un André Lotterer particulièrement agressif.

Lucas di Grassi, deuxième : « Notre deuxième relais a été très bon. J’ai pu rattraper Bird et j’ai profité de l’incident entre lui et Lotterer. En fin de course, Lotterer n’avait plus d’énergie. Il a essayé de me bloquer, c’est un mauvais comportement. Je m’attends à 100% à une pénalité post-course. Nous avons demandé aux commissaires d’être plus clairs. Ce que nous, pilotes, voulons, c’est plus de clarté et les mêmes standards pour tous. »

Course difficile aussi pour Sam Bird. Le dauphin de Vergne au championnat a failli tout perdre en allant plusieurs fois au contact avec le même Lotterer. Bird a même fini sur trois roues… Heureusement sans conséquences sur son résultat final. Comment fait un pilote pour rester concentré dans une telle situation stressante ? Le Mag Sport Auto est allé poser la question au pilote britannique.

Sam Bird, troisième : « André a gaspillé son énergie en plus de gaspiller la mienne. Sur ce tour nous étions donc très lents et cela a permis à (di Grassi) de me dépasser. Il n’y avait aucune raison de le bloquer car cela allait me ralentir. J’ai du faire avec, ne pas être sur les nerfs, me concentrer sur les données et attendre jusqu’à la fin de la course pour voir si quelque chose s’est passé. Ce sport, c’est un peu comme une partie d’échecs. On ne peut pas se permettre d’être perturbé, sinon on peut facilement faire des erreurs. »

Enfin, le pilote dans la tourmente : André Lotterer. L’Allemand a touché du doigt le doublé Techeetah, non sans un premier contact litigieux avec Sam Bird, avant de tout perdre dans les derniers instants de course. D’abord en expédiant di Grassi dans le mur. Puis en terminant à l’arrêt, en panne d’énergie, tentant tout de même de bloquer Bird… qui terminera avec une roue en moins !

André Lotterer, sixième : « J’étais tellement proche de notre second doublé aujourd’hui à Paris. Nous nous sommes bien battus jusqu’à la fin mais je suis tombé en panne d’énergie à quatre virages du but. C’est la première fois que cela m’arrive, et je dois apprendre de mes erreurs. Le contact avec Bird est malheureux. J’ai essayé de me décaler mais la différence de vitesse était trop énorme. »

https://twitter.com/LucasdiGrassi/status/990285265305563137

Aurélien Attard

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *