Le Mag Sport Auto

Genpact : A la rencontre de l’IA, appliquée à la Formule E [Reportage]

Lors du dernier ePrix de Paris, nous avons eu l’occasion de rencontrer le Directeur Scientifique de Genpact, afin d’en apprendre d’avantage sur cette technologie qui fait rêver voire, fantasmer, l’Intelligence artificielle. Cette dernière apparaît en Formule E chez Virgin Racing avec Genpact. Quels sont les enjeux, intérêts et risques de ce système ?

L’intelligence artificielle (IA) fait son apparition cette année en Formule E chez Virgin Racing. L’équipe anglaise travaille en effet désormais avec Genpact, une firme de services professionnels, dont un programme d’Intelligence Artificielle est adapté aux exigences de la Formule E. 

Stratégies, fiabilité et améliorations des performances de la voiture, des pilotes, c’est notamment ce que Genpact propose d’optimiser. Société basée aux USA, cette dernière n’a cessé de grandir depuis son lancement en 1997. Cette saison elle s’est lancée en Formule E, avec Envision Virgin Racing. Un choix qu’Armen Kherlopian, directeur scientifique de Genpact, nous explique :

« Genpact soutient près d’une centaine d’entreprises (banques, biens de consommation, assurances, high-tech…). Avec la Formule E, nous cherchons à montrer, non pas en 6 mois, mais en 45 minutes, que nos systèmes ont un impact capital et amènent à de nouveaux niveaux de compétition. »

Genpact, comment ça marche?

Pour fonctionner, Genpact ne fouille pas dans les hardwares et autres composants de la voiture. Le système se concentre principalement sur les données de course, le but est ainsi de construire des stratégies grâce à ces dernières, ce qu’explique, toujours, Armen Kherlopian :

« Nous nous concentrons sur les données pour créer des stratégies. Quand les dépassements doivent être faits, comment défendre les places, quelle stratégie d’équipe adopter ? Ce sont les questions auxquelles on apporte des réponses. Un bon exemple, c’est que les courses se jouent au temps. Donc quand les pilotes partent, ils ne savent pas combien de tours ils vont faire. Avec notre système, nous essayons d’apporter une réponse à cette interrogation, afin d’adapter notre stratégie. »

Ce système est bien évidemment le fruit d’un long travail. Genpact a en effet du adapter sa zone de travail. « Nous faisons des recherches en terme d’IA, de compréhension et d’apprentissage automatique par les ordinateurs. Et durant cette saison, nous avons adapté nos recherches et technologies pour la Formule E. Il nous a fallu environ 10 semaines pour voir les premiers impacts sur la piste. »

Quid des coûts et du spectacle?

Avec deux victoires cette saison (dont une à Paris), l’on se dit que les impacts sont forcément positifs. Mais qu’en est-il de la maîtrise des couts? On le sait, en Formule E, l’aspect financier est beaucoup moins important qu’en F1 par exemple. Mais ce système d’IA, avec une équipe dédiée, peut-il faire exploser les coûts? Ce n’est pas l’avis de notre interlocuteur :

« Les budgets sont contrôlés. Tout le monde a la même batterie, la même carrosserie et ce que nous faisons avec nos algorithmes doit être inclus dans le budget. C’est pour cela que nous sommes très heureux de parvenir à un accord qui, malgré ces budgets limités, nous laisse la possibilité de collaborer avec Envision Virgin Racing. »

Cette IA est également sans danger pour le spectacle : « Ce que l’on voit, c’est que l’humain et la machine peuvent prendre de meilleures décisions ensemble. Que ce soit en terme de performance, de sécurité,… cela nous amène à améliorer les performances et les records. »

Les courses parlent en tout cas dans le sens du spectacle également, avec 8 vainqueurs différents en 9 E-Prix. Même si les pilotes parlent de l’arrivée de l’IA de manière un peu lasse, notamment Sam Bird, à l’évocation des corrections apportées au pilotage par l’IA : « C’est une aide importante et nous en avons besoin (…) Le monde va dans le sens de l’IA, il faut l’accepter et s’en servir. »

Quoi qu’il en soit, cette IA est une aide dont Virgin Racing et d’autres écuries ne manqueront pas de se passer. Avec deux victoires, déjà, cette saison, l’on imagine qu’elle apporte bien sûr à l’équipe. Tant que le show et les équipes n’y perdent pas.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR