Le Mag Sport Auto

Cinquième, IDEC Sport réalise son meilleur résultat au Mans

IDEC Sport 24 Heures du Mans 2019

IDEC Sport a vu l’arrivée des 24 Heures du Mans 2019. L’équipe de Patrice Lafargue y décroche même la 5ème place, son meilleur résultat.

Après un abandon l’an passé, IDEC Sport a réussi à terminer les 24 Heures du Mans 2019 a la 5ème place. Un excellent résultat, puisqu’il s’agit du meilleur classement de l’équipe française depuis son arrivée au Mans il y a 3 ans.

Meilleur temps des essais libres, puis 4ème grâce à Paul-Loup Chatin en qualifications, c’est ce dernier qui prend le départ, samedi 15 juin à 15 heures. Une course qui, de par sa nature, s’annonce forcément difficile.

Et elle va l’être pour IDEC Sport. Perdant quelques places au départ, Paul-Loup Chatin évolue d’abord en milieu de peloton LMP2. Un souci de tour à essence survenant alors, l’équipe perd plusieurs secondes à chaque pit-stop.

Une performance sans erreur

Obligés de gérer leur essence en allant au maximum des pneus, l’équipage #48 doit imprimer un rythme de qualification. Une stratégie risquée mais payante faisant remonter l’équipe au 6ème rang.

Il reste quelques minutes dans la course lorsque IDEC Sport parvient a revenir dans la boite de vitesse du Duqueine Engineering. Un beau duel se profile alors, mais est avorté, suite à un problème pour la Duqueine. Paul-Loup Chatin franchit donc la ligne en 5ème position, 10ème du général :

« L’équipe a fait un super travail. Nous avons été au bout et c’est l’essentiel. Nous espérions faire un podium, je pense que nous avons tout pour mais il y a deux ou trois détails qui font qu’on n’y est pas. C’était des 24 Heures difficiles et l’équipe peut être fière d’elle. La voiture a tenu même si nous étions en mode qualif de A à Z. Une cinquième place c’est un beau résultat. Nous serons encore plus forts l’an prochain. Je retiendrai que nous avons fait un sans faute, comme l’an dernier. »

Aux côtés de Chatin, Paul Lafargue met l’accent sur les émotions traversées lors de ce week-end de course :

« J’ai vécu toutes les émotions en un week-end. Ce que nous avons fait, il fallait quand même le faire. La voiture était bien réglée mais nous avions un problème moteur, puis le problème avec la tour à essence. Au final nous faisons un top 5 en LMP2. Pour ça nous avons dû taper dans les pneus. »

Equipier des deux français, Memo Rojas regrette, lui, de manquer le podium :

« Je pense que cinquième c’est quand même satisfaisant, surtout au Mans où le principal est de finir. Malheureusement nous avons subi lors des arrêts aux stands. Nous avions clairement le potentiel pour être sur le podium. Si nous faisons des maths et qu’on compte 10 secondes de plus par arrêt, ça fait facilement sept minutes. L’équipe a fait un super job et ce que je retiens vraiment c’est que personne n’a fait d’erreur. Nous étions rapides et nous savons que nous pouvons y arriver. »

Un peu de tristesse pour le président d’IDEC Sport

Président d’IDEC Sport, Patrice Lafargue possédait des ambition plus hautes, espérant faire mieux. Mais l’homme est humble et accepte « la réalité du terrain » :

« J’ai beaucoup d’émotions car c’est un super résultat, à la fois pour les pilotes et l’ensemble de l’écurie, qui s‘est arrachée pour aller le chercher. Ce n’était pas simple. Il y a beaucoup de bonheur mais aussi un peu de tristesse parce que nous avions des ambitions. Maintenant c‘est la réalité du terrain, ça demande encore plus de préparation. C’est les 24H du Mans, il faut être humbles. Cinquièmes après la première partie de course que nous avons eu, nous nous sommes bien repris. »

Un état d’esprit partagé par Nicolas Minassian, directeur sportif de l’équipe française :

« On avait vraiment un bel ensemble d’équipe. Nous étions soudés et même si c’était frustrant … c’était fun. Nous aimerions toujours faire mieux mais il y a beaucoup de positif. Le Mans, c’est une course d’équipe et nous sommes une équipe, une famille. Les pilotes m’ont bluffé, mais comme tout le monde. Je ne veux mettre personne en lumière, car je n’aime pas ça, mais ils m’ont régalé. Nous poussions à la limite de l’essence, nous n’avons pas fait d’erreur au stand. Mais le point négatif, qui doit être positif, c’est que nous avons perdu du temps tout au long de la course aux ravitaillements. C’est frustrant parce que tout le monde se donne, puis on perd 15 secondes toutes les 38 minutes, pendant 24 heures. »

L’équipe retrouvera quoi qu’il en soit la compétition le 20 juillet prochain. Ce sera à l’occasion des 4 Heures de Barcelone d’ELMS. Un championnat dans lequel IDEC Sport est actuellement 2ème du LMP2, à deux points de la tête.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR