Le Mag Sport Auto

Igor Fraga champion du monde Gran Turismo Sport

Le brésilien Igor Fraga (IOF_RACING17) a remporté la première Finale Mondiale de la Nations Cup de Gran Turismo. Qualifiés pour les demis, les français n’auront pas su défendre leurs chances pour la finale, malgré un parcours plus qu’honorable.

Fraga prend les devants d’emblée

On l’annonçait comme l’un des grands favoris, il n’aura pas failli à sa réputation. Au terme de quatre courses sous haute tension, le brésilien Igor Fraga est allé chercher la victoire aux Finales Mondiales de Gran Turismo catégorie Nations Cup. Il devient ainsi le premier vainqueur FIA-Certified Gran Turismo Championship.

Dès les demi-finales, l’on sentait déjà le brésilien à son aise. Vainqueur de la course de son groupe, ce dernier se qualifiait aisément. Fraga scorait ainsi, au même titre que Mikail Hizal dans le groupe B, 10 points déjà importants pour la suite du week-end. Dans le même temps, les trois français engagés se faisaient malheureusement sortir. Si Anthony Duval, 8ème, effleurait la qualification sur le circuit de Dragon Trail, le repêchage allait être fatal aux représentants tricolores. Eliminés, ces derniers ne cachaient pas leur déception, malgré le fait qu’ils aient tout essayé.

Au même titre que nos français, celui qui n’était alors ‘‘que’’ champion des Amériques allait devoir batailler ferme lors des courses suivantes. En effet, si le brésilien parvenait effectivement à s’imposer ‘‘facilement’’ lors de la course 1 (disputée en voitures de catégorie N500 sur le Tokyo Expressway Boucle Sud), tout allait changer lors des deux suivantes.

Le championnat relancé

En effet, lors de la seconde course, disputée sur le circuit de Sao Paulo en voitures de Groupe 3 (GT3), Fraga allait complètement céder aux attaques de ses plus proches poursuivants. En tête lors de la majeure partie de la course, la fin de cette dernière voyait le japonais Tomoaki Yamanaka passer en tête. Derrière lui l’on retrouvait Jorge ‘‘Coque’’ Lopez et Cody Nicola Latkovski sur le podium. Igor Fraga ne devait terminer qu’au 4ème rang, de quoi sauver quelques points.

Si ce dernier restait néanmoins en tête du classement général, la 3ème course allait tout relancer. En Groupe 1 (LMP1, certains concept-cars et voitures historiques) sur le circuit de Monza sans chicane, le leader virtuel du championnat allait vivre un véritable calvaire. Parti depuis la 4ème place, plusieurs petites erreurs allaient en effet le faire tomber à la 10ème place de la course. Dans le même temps, Yamanaka, Latkovski et un Hizal retrouvé s’emparaient du podium. De quoi faire revenir tous ces hommes à quelques points les uns des autres avant la grande course finale.

Un finish haletant

Pour cette dernière course sur le circuit des 24 Heures du Mans, avec certaines des voitures les plus performantes de Gran Turismo, les Red Bull X2014 Standard, c’est Tomoaki Yamanaka qui partait en pole position. Malheureusement peu à l’aise, il s’en allait boucler la course en 10ème position, insuffisant pour aller chercher le titre.

En revanche, s’il y en a bien un qui était son aise, il s’agissait d’Igor Fraga. Habitué aux voitures à fort appui aérodynamique, il allait remonter ses adversaires un à un depuis la 10ème place, ce malgré un choix de pneus durs lors de son premier relais.

Profitant des tendres en fin de course, Fraga allait alors travailler en équipe avec son compatriote Adriano Carrazza. S’aidant avec l’aspiration, ces derniers réussissaient à se séparer d’un Latkovski esseulé à ce moment. Revenu sur Hizal à un tour du but, Fraga dépassait alors, s’envolant vers une victoire certaine et un titre mérité. « Je suis tellement heureux, c’est l’accomplissement de beaucoup de travail » nous avouait tout sourire le nouveau champion.

Second, Mikail Hizal ne cachait, lui, pas une certaine déception : « Je suis un peu déçu car si je gagnais au Mans et qu’Igor finissait 3ème, c’est moi qui remportait le championnat. Mais je peux encore progresser et je reviendrai plus fort l’an prochain » avouait le champion européen. A égalité avec l’allemand, l’australien Cody Nicolas Latkovski témoignait d’une course « solide », ses résultats le démontrant. Avec deux podiums mais aucune victoire, il prend la dernière marche sur le podium.

C’est ainsi que s’achève cette première Nations Cup de Gran Turismo Sport. Si de nombreuses choses seront probablement revues pour la prochaine édition, le spectacle n’aura pas manqué. Un champion avec panache, des têtes qui commencent à devenir connues et la présence de Lewis Hamilton auront fait de cet évènement l’un des plus gros rendez-vous de l’année e-sport. Au vu de l’engouement, ce n’est qu’un début.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR