Le Mag Sport Auto

Jenson Button retrouve la scène mondiale au Mans

L’ex-pilote de Formule 1 et actuel participant en Super GT au Japon, Jenson Button, s’apprête à replonger dans le bain du championnat du monde. Le britannique prendra en effet part aux 24 Heures du Mans et, au moins, à la course de Silverstone en août prochain en plus de son programme japonais. Convaincu par le projet du SMP Racing, cette dernière réalise également un énorme coup sportif et médiatique…

Le coup sportif

L’écurie de Boris Rotenberg n’avait jusqu’alors annoncé que 5 de ses 6 pilotes, leur seul équipage complet étant celui de la voiture #17. Ce dernier ne semblait clairement pas être celui en position de force. Composé de deux pilotes méconnu, Egor Orudzev et Matevos Isaakyan, ainsi que de l’expérimenté mais peut-être un peu moins véloce Stéphane Sarrazin, le trio ne semble pour l’instant pas en mesure d’aller jouer le titre ou les victoires cette saison.

La situation de l’autre côté du garage est, en contrepartie, totalement différente. Sur une voiture composée de deux brillants pilotes de monoplace Mikhail Aleshin (qui s’est illustré en Indycar) et Vitaly Petrov (auteur d’un podium en Formule 1), vient donc s’ajouter un autre grand ex-pilote de F1 en la personne de Jenson Button.

Le britannique titulaire de 306 départs en catégorie Reine et d’un titre (en 2009 avec Brawn) allie à la perfection expérience, vélocité et fiabilité (bien que capable de certaines erreurs, comme à Monaco l’an dernier avec Wehrlein).

Attention cependant à un possible manque d’expérience. Jenson Button n’a jamais couru dans un prototype non-hybride de LMP1. En plus de cela il ne disputera pas la majorité des courses de la saison (à commencer par Spa la semaine prochaine). Bien que performant, il faudra pour le SMP Racing, veiller à ce que ce recrutement ne joue pas en leur défaveur.

Aura médiatique

S’il est en revanche bien un plan sur lequel l’arrivée de Jenson Button ne risque absolument pas de se retourner contre eux, c’est bien sur le médiatique.

En effet, outre l’aspect sportif et toutes les qualités techniques que peut apporter l’arrivée de Jenson Button, c’est sur ce plan là que les russes ont frappé un grand coup. Et oui, depuis son arrivée en championnat du monde, qui a déjà autant entendu parler du SMP Racing ? Car entre les articles sur la rumeur et ceux confirmant l’arrivée de Button, l’écurie de Boris Rotenberg bénéficie d’une exposition médiatique de premier plan. Même la résonance de leur victoire aux 24 Heures du Mans en 2015 n’a pas été aussi grande.

A l’image de ce qu’il se fait et de ce qu’il va se faire chez Toyota avec Alonso, l’engagement de Jenson Button est une manne médiatique pour le SMP, surtout au niveau du Japon, ou Button est une véritable idole. En témoignait l’engouement des fans pour sa venue chaque année en Formule 1, engouement qui plaît apparemment au champion du monde puisque celui-ci roule désormais toute l’année au Japon, en Super GT.

Un autre “ex” de la Formule 1

On ne compte plus les ex-pilotes de Formule 1 roulant cette année en WEC. Outre Sébastien Buemi, André Lotterer (si l’on compte sa pige chez Caterham), Bruno Senna ou encore Felipe Nasr (qui vient de s’engager chez Villorba Corse en LMP2) Jenson Button allonge la liste d’ex de la Formule 1 et d’un plateau déjà magnifique pour les 24 Heures du Mans.

En plus de participer simplement au WEC, Button est partie prenante des pilotes effectuant un double programme. Et si l’on passe un Sebastien Buemi engagé en Formule E avec Renault e-Dams et également chez Toyota en WEC, l’on y trouve un homme bien connu du britannique, en la personne de Fernando Alonso !

Ex-équipiers chez McLaren, et, comme Button, champion du monde de Formule 1 lui aussi, nul doute que revoir les deux hommes en même temps sur la piste sera probablement surprenant. Sur la plus grande course du monde et avec (on l’espère) deux voitures capables de jouer à niveaux égaux la victoire, le spectacle ne pourra qu’être revu à la hausse.

Si la BR1-AER est performante (en tout cas d’après les résultats du Prologue de cette saison), la fiabilité reste encore à prouver. Bien que construites par Dallara et exploitées par ART Grand Prix, la résistance des voitures à l’usure n’est pas encore réellement connue du côté du SMP Racing. Le réel danger pour Button ne serait donc pas de manquer de performance, mais plutôt de ne même pas terminer la course…  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR