Le Mag Sport Auto

La Formule 1 pour les femmes : C.Jorda dit oui, mais pour quelles raisons ?

Alors que certaines femmes comme Susie Wolff (pilote de développement pour Williams en Formule 1) sont contre l’idée d’un championnat du monde de Formule 1 réservé aux femmes, la pilote Carmen Jorda (Lotus F1) s’est déclarée plutôt favorable à une telle possibilité. Selon elle, il n’y a aucune raison s’opposant à ce principe, cette dernière s’appuyant sur d’autres disciplines sportives telles le Ski, le Tennis ou le Football, qui disposent de catégories dédiées aux féminines depuis de longues années.

Oui mais la Formule 1 d’aujourd’hui ne demande plus les mêmes capacités physiques, comme nous le constatons avec les jeunes pilotes, disposant d’une musculature pour le moins réduite à son minimum, ce qui signifie que les femmes ne devraient plus être désavantagées, comme ce fut le cas par le passé, dans les années 80-90 par exemple. Hors, des sports comme le Tennis ou le Ski exigent des capacités physiques telles, que le fait de séparer hommes et femmes semble pour le moins indispensable. Il suffit d’ailleurs de comparer les résultats des femmes et des hommes dans certaines disciplines pour s’en convaincre…

En Formule 1, en revanche, les chronos et performances de Susie Wolff sur de longs relais semblent démontrer que ces dames seraient tout à fait en mesure de faire le job face à ces messieurs. Alors pour quelle véritable raison Carmen Jorda serait-elle favorable à une Formule 1 pour les femmes ? Probablement parcequ’il s’agirait-la de sa seule opportunité de courir en Grand-Prix (les femmes engagées dans des championnats de haut-niveau et susceptibles d’intégrer la F1 n’étant pas si nombreuses…), alors que son palmarès ne devrait pas le lui permettre en temps normal, sans considération de sexe. Néanmoins, la Formule 1 n’a pas toujours récompensé les meilleurs pilotes hommes non plus, l’argent ayant souvent permis à de très mauvais compétiteurs d’intégrer la grille, avec tous les dangers que cela représentait à l’époque (Gaston Mazzacane, Taki Inoue…). En tenons compte de cela, nous pouvons donc estimer qu’une pilote femme payante aurait également sa place en F1, pour rester 100% impartial.

Mais à quoi ressemblerait un championnat du monde de Formule 1 au sein duquel la moitié des participantes seraient-là avant tout pour faire le nombre, sans n’avoir jamais démontré quoique ce soit dans des catégories annexes ? Pour le coup, cela deviendrait injuste pour les hommes et peut-être dangereux, certaines féminines étant d’avantage choisies pour leurs qualités physiques qu’autre chose. Alors l’égalité des sexes, oui, mais cela fonctionne dans les deux sens.

Et puis la réussite d’une certaine Danica Patrick dans des championnats américains virils (et plus physiques que la F1…) tels que l’Indycar et la Nascar face à une armada d’hommes semble également confirmer que les féminines disposent des qualités nécessaires pour rivaliser avec les messieurs en sport automobile. Susie Wolff ou encore Simon de Silvestro devraient par ailleurs appuyer cette théorie…

One Comment

  1. Bouzard

    6 avril 2015 at 10 h 44 min

    Sûr que si elle avait le physique d’Arlette Chabaud, on en aurait jamais entendu parler de Carmel machin truc.
    J’aimerais vraiment voir Susie Wolff et encore plus Simona De Silvestro dans un baquet de f1 sur un Grand Prix ! Des pilotes quoi …

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR