Le Mag Sport Auto

La Formule E veut « donner un nouveau souffle au sport »

La BMW de Formule E

Le nouveau PDG de la Formule E, Jamie Reigle, est revenu sur le rôle de sa série. Le Québécois souhaite donner un souffle nouveau au sport automobile.

Etre nouveau dans le monde du sport automobile n’empêche pas Jamie Reigle de cerner les points à améliorer. Le Québécois, nommé PDG de la Formule E en septembre dernier, a en effet déjà des idées pour redonner un nouveau souffle au sport automobile. Notamment en pariant sur l’innovation, ce qu’il a détaillé à la journaliste Nicki Shields, dans l’émission Supercharged:

« Je crois fermement au pouvoir du sport pour raconter des histoires. L’innovation et l’adoption des véhicules électriques sont des opportunités uniques pour donner un nouveau souffle à ce sport. Le sport est une expérience destinée majoritairement aux fans. Que ce soit le football ou le sport automobile, les critères restent les mêmes quant au business model :  la manière dont nous construisons et commercialisons une marque, ou engageons avec le public. »

Pour relever ces défis, Jamie Reigle s’appuie, bien sûr, sur la mobilité électrique. Un phénomène en pleine explosion, notamment dans les villes. Le lieu privilégié par la Formule E, afin de toucher les consommateurs directement concernés. Le Québécois estime que les procédés utilisés dans le championnat se verront un jour sur les routes:

« Nous essayons de relever ce défi afin de promouvoir la disponibilité d’avantage de véhicules adaptées pour la route destinés aux consommateurs. D’un point de vue technique, les équipes innovent autour des processus mécaniques comme la motorisation. Je pense que ces nouveaux procédés se remarqueront d’ici cinq à sept années. »

 Jamie Reigle ne compare pas Formule E et Formule 1

Lui qui a travaillé pour les Rams de Los Angeles (équipe de football américain) ou encore Manchester United (équipe de football) s’aventure dans un monde bien différent avec la Formule E. Une série de course auto elle-même différente d’autres championnats plus classiques tels que la Formule 1. Pour cette raison, Jamie Reigle estime que les deux ne sont pas comparables:

« J’ai énormément de respect pour la Formule 1, mais je ne pense pas qu’il soit très productif pour quiconque de les comparer. Je pense que nous apportons une réponse concrète car nous parlons de courses électriques, notamment dans les rues et les centres-villes. C’est donc un produit fondamentalement différent. Ce qui est merveilleux en Formule E, c’est que la grille de départ très compétitive. L’année dernière, nous avions eu neuf vainqueurs sur les 12 courses. Le résultat est imprévisible, et les fans adorent ça. »

Beaucoup d’attentes pour la saison 2019-2020

D’autant que la saison en course s’annonce comme l’une des plus disputées de l’histoire du championnat. Alors que des pilotes de renom, notamment Nyck de Vries, rejoignent le championnat. De quoi faire dire à Jamie Reigle que Jean-Eric Vergne va devoir fermement batailler pour défendre sa double couronne.

« Jean-Éric Vergne, par exemple, a déjà été vainqueur à deux reprises. A présent, j’attends de voir s’il est capable de remporter une troisième victoire consécutive. Nous avons aussi des champions dont les victoires se mesurent à différentes échelles, comme le jeune pilote Nyck de Vries. Prometteur lui aussi, c’est notamment la première fois qu’un champion de F2 rejoint la Formule E. Je pense que ce type de changement souligne l’ampleur que prend ce championnat ! » 

Rappelons que Jean-Eric Vergne pointe actuellement au 12e rang du championnat. La saison de Formule E ne fait cependant que commencer. Puisque seuls deux E-Prix ont été disputés, en Arabie Saoudite les 22 et 23 novembre derniers. Alexander Sims est leader du classement général, avant la manche de Santiago (Chili), à suivre samedi 18 janvier.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR