Le Mag Sport Auto

La journée test des 24 Heures du Mans tient toutes ses promesses !

Alonso meilleur temps, trois voitures en moins d’une seconde en LMP1, cinq en GTE Pro et 4 en GTE Am, la journée test des 24 Heures du Mans a tenu toutes ses promesses et rassure quant aux spectacle et aux performances attendues en piste.

Alonso recordman du jour

Ce n’est une surprise pour personne, le meilleur temps a été signé par une Toyota. Ce qui l’est plus, en revanche, c’est que le pilote auteur de ce meilleur temps soit le rookie, débutant sur le circuit du Mans, Fernando Alonso !

En bouclant son 26ème tour du circuit manceau – le 56ème de sa voiture – en 3.19.066, l’espagnol a signé un temps très intéressant. En effet, très proche (à peine plus de 2 dixièmes moins vite) du meilleur chrono effectué la saison dernière par la voiture la plus rapide en course , la Porsche n°1, le double champion du monde de Formule 1 a montré une réelle performance à moins d’une semaine du début des 24 Heures du Mans.

Si cette performance peut paraître surprenante pour un rookie, c’est, selon les membres Toyota Gazoo Racing Team, sa préparation et son attitude hors de la piste qui impressionnent le plus. Comme le confirme par exemple Sébastien Buemi : « Vous seriez étonné de tout ce qu’il sait. Quand il te fait deux ou trois explications (…) tu vois qu’il n’a pas juste regardé le tour de Kamui (poleman en 2017 et détenteur actuel du record du tour) trois fois. »

Même son de cloche au sein de l’état major de Toyota. Pour Pascal Vasselon, directeur technique, Alonso va même « très vite devenir un des meilleurs » et l’on se félicite forcément de sa présence et des bénéfices que cela apporte à la marque japonaise.

La surprise Rebellion

Mais la place de Fernando Alonso dans la hiérarchie de cette journée test n’est pas la seule surprise de taille. En effet, juste derrière la Toyota n°8, point de voiture sœur, point de Toyota n°7. La seconde place du classement est en effet occupée par l’une des deux voitures du Rebellion Racing.

Deuxième, certes, mais étant donné le différences de catégorie, l’écart doit être colossal… Et bien loin de là. Entre le record de Fernando Alonso et le meilleur tour de la Rebellion R-13 Gibson n°3, effectué par Mathias Beche, il n’y a que 6 dixièmes d’écart ! En outre, son équipier Gustavo Menezes peut quant à lui se targuer d’un tour à 8 dixièmes du record de la journée, une marque le plaçant aussi devant la Toyota n°7.

Le 3ème pilote de cette Rebellion, le français Thomas Laurent, semble de son côté un peu plus en difficulté puisqu’il ne peut faire mieux qu’un 3.21.828 le plaçant à plus de 2 secondes de ses coéquipiers. Mais nul doute que sur une piste ou il avait dominé la catégorie LMP2 l’an dernier, il saura trouver des solutions afin de se préparer au mieux le jour de la course.

Quoi qu’il en soit, Rebellion est en mesure de signer des chronos très prometteurs. Eux qui ont aujourd’hui dominé les autres LMP1 non-hybrides pourront, on l’espère, jouer avec Toyota et seront présents pour profiter de la moindre erreur des japonais…

Pas de favori en LMP2.

Si le meilleur temps de cette journée test LMP2 revient à la voiture du Dragonspeed, l’écurie française IDEC Sport est loin d’être en reste. Avec un chrono tout à fait brillant réussi par Paul-Loup Chatin, l’équipe de Paul et Patrice Lafargue se positionne comme l’une des forces du plateau et son évolution sera très intéressante à suivre.

Du côté du Dragonspeed, en revanche, si le meilleur temps a été effectué de peu par Nathanaël Berthon, ses équipiers ont été plus en difficulté lors de cette session test. Seulement 50ème et 51ème au classement général des temps par pilotes, et à plus de 4 secondes du 3.27.228 réussi par leur équipier français, Gonzalez et Maldonado ne se sont pas montrés le plus à leur avantage.

Outre le Dragonspeed et IDEC Sport qui occupent les premières places, il faudra bien évidemment compter sur d’autres équipes très fortes. Le G-Drive Racing, qui, avec Jean-Eric Vergne et Roman Rusinov, notamment, place sa première voiture à la 3ème place du classement LMP2, ainsi que le TDS Racing 4ème, grâce à un chrono de Matthieu Vaxivière, seront également de très sérieux candidats à la lutte pour le podium, et même à la victoire.

Porsche en tête en GT

Devant dans les deux catégories GT de cette journée test des 24 Heures du Mans, et avec carrément un doublé en Pro, Porsche semble continuer de garder la main sur son épreuve phare.

Ne pouvant pas compter, retrait oblige, sur les prototypes du LMP1 pour assurer une victoire cette année, la marque fondée par Ferdinand Porsche voit reposer ses espoirs de victoire sur les 911 RSR.

Et heureusement, après une édition 2017 ‘‘ratée’’ (terminée au pied du podium en GTE-Pro), les voitures de Zuffenhausen semblent en meilleure posture cette saison, c’est en tout cas ce que les chronos réalisés permettent de dire.

Avec un 3.52.551, c’est la Porsche n°93 et son pilote Patrick Pilet qui culminent au sommet de la feuille des temps. Suivi à moins d’un dixième par la voiture soeur n°91, avec un meilleur tour de Gianmaria Bruni, ces chronos restent tout de même à relativiser.

Effectivement, à l’inverse des LMP1 et de Fernando Alonso qui a su tourner dans le rythme des voitures les plus rapides en course la saison dernière, le chrono 2018 de la meilleure Porsche GTE-Pro la place à presque deux secondes de la boucle la plus rapide réalisée en course par l’Aston Martin Vantage vainqueure de l’édition précédente.

Les Aston Martin, justement, elles n’ont jamais semblé autant en difficulté. Avec trois voitures dans les quatre derniers, et un gap de quasiment 5 secondes entre la Porsche n°93 et la première Aston Martin, la n°97, la performance n’est pas au rendez-vous. A moins, balance de performance oblige, que tout cela ne soit que bluff. On en a l’habitude, à la veille du rendez-vous manceau, avec Aston Martin…

Mais, avant de penser aux voitures anglaises, dont on ne connaît surement pas la réelle performance, il faut aussi se pencher sur ceux qui semblent être une des forces en présence à l’aube des ces 24 Heures. Et cette aube est bleu-blanc-rouge, non pas française, mais américaine. J’ai nommé… les Ford GT !

Effectivement, les voitures de Dearborn, Michigan, effectuent un splendide tir groupé occupant les 3, 4, 5 et 6ème places. Avec trois des meilleures voitures à mois de 6 dixièmes des Porsche de tête, c’est une belle bagarre qui à l’air d’attendre cette 86ème édition des 24 Heures du Mans.

Bagarre également il pourrait y avoir en GTE-Am, là ou la Porsche n°77 du Dempsey-Proton Racing a signé un 3.55.970, à peine 3 dixièmes devant la Ferrari n°54 du Spirit of Race et son 3.56.269 signé par le pilote phare de la voiture, Giancarlo Fisichella.

Le ton est donc donné pour cette journée test des 24 Heures du Mans 2018. Si certains cachent encore sûrement leur jeu, l’on peut-être en mesure d’affirmer que la course devrait être palpitante dans toutes les catégories. Les rookies seront dans le coup, comme le montrent Alonso et Button (ce dernier terminant 19ème au classement combiné par pilotes) mais aussi les plus expérimentés comme Pilet, Bruni ou Mackowieki, recordman avec les Porsche n°93 & 91. Encore une fois, pour la 86ème exactement, le spectacle promet !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR