Le Mag Sport Auto

Llibéré par Mclaren, Alonso intéresse-t-il encore quelqu’un, en Formule 1 ?

WRC, Fernando Alonso avec une Toyota Yaris en Catalogne

C’est l’une des informations de la semaine. Si Mclaren a confirmé que Fernando Alonso conserverait son rôle d’ambassadeur, la page F1 semble définitivement tournée…Pour l’écurie de Woking, tout du moins ! Aussi, les propos du pilote ibérique tenus l’an passé semblent, désormais, oubliés.

Formule 1 : aucune issue gagnante pour Alonso

Fernando Alonso ne reviendra pas en Formule 1 avec Mclaren, en 2020. C’est maintenant une certitude. Et si les deux parties avaient laissé planer le doute à ce sujet, fin 2018, la chose est entendue. Car la formation de Woking a confirmé récemment la prolongation des contrats de Lando Norris et Carlos Sainz, qui donnent entière satisfaction. Logique. En revanche, l’Espagnol est maintenant autorisé, si une occasion se présente, à courir pour une autre équipe, en F1. En attendant, il reste l’ambassadeur de la marque.

Et si ce dernier à souvent été cité il y a peu, dans la réalité, les occasions ne sont pas si nombreuses. Surtout si l’on considère que le pilote ibérique ne reviendra qu’à condition de gagner. Ferrari ? Nous n’y croyons pas une seconde…Car au sein de la Scuderia, Fernando n’a pas laissé un souvenir impérissable. De plus, Sebastian Vettel devrait poursuivre l’an prochain. Et dans le cas contraire, des prétendants prestigieux se bousculeraient au portillon. Mercedes ? Impossible. A défaut de Bottas, Wolff préférera associer Ocon à Hamilton. Car l’idée d’un duo potentiellement houleux fait peur à Toto. Red Bull Racing ? Difficile d’imaginer un pilote non-issu de la filière. Et, là aussi, pourquoi les autrichiens mettraient-ils leur équilibre actuel (avec Verstappen en leader) en danger ?

Aussi, lors de sa dernière campagne avec Mclaren, Alonso s’est surtout illustré de par ses commentaires désobligeants qui ont, mine de rien, terni son image. Et à l’heure où la communication compte presque d’avantage que les résultats, les écuries de pointe n’ont probablement pas envie de prendre un tel risque. Alors, à moins que Fernando ne veuille revenir à tout prix (car dans ce cas de figures, les petites équipes seraient assurément intéressées), il semble peu probable que le double champion du monde retrouve une monoplace capable de gagner. La fin de carrière définitive semble donc proche, pour Fernando Alonso. Il aura malgré tout marqué son sport en tant que grand animateur chez Renault, Mclaren puis Ferrari.

Michael Bleekemolen évoque le contrôle des résultats, en Formule 1

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR