Le Mag Sport Auto

Mark Webber, futur retraité, retour sur une belle carrière

Mark Webber, ancien pilote de F1 et actuellement engagé en championnat du monde d’endurance avec Porsche, a annoncé qu’il prendrait sa retraite sportive à la fin de la saison 2016. Retour sur la carrière de l’australien, champion du monde d’endurance.

Mark Webber : un passage réussi en Formule 1

mark-webber-se-rtireMark Webber est né le 27 août 1976 à Queanbeyan en Austalie. Il débute d’abord sur deux-roues avant de passer au karting en 1991.

À 18 ans, en 1994, il dispute le championnat d’Australie de Formule Ford. Ses bons résultats lui ouvrent la porte de l’Europe en Formule Ford britannique. Pour sa seconde saison en 96, il termine vice-champion et vainqueur de la Formule Ford Festival à Brands Hatch, coupe du monde non-officiel de la Formule Ford.

Mark Webber débute l’année suivante en F3 britannique, un championnat réputé. Il obtient de bons résultats, mais le manque de budget le contraint à mettre un terme à sa carrière. À la dernière minute, il reçoit le secours de David Campese, légende du rugby australien. Ce dernier lui finance la fin de saison en F3 british. De quoi prendre la 4e du championnat et se faire remarquer par Mercedes, qui en fait l’un de ses pilotes en FIA GT pour 1998.

Avec son équipier, Bernd Schneider, il termine second du FIA GT derrière l’autre équipage Mercedes. En 1999, Mercedes se retire du FIA GT pour se concentrer sur les 24H du Mans. Un engagement que Webber faillit payer de sa vie après un terrible envol de sa voiture aux essais. Après cette expérience du Mans, l’Australien se tourne de nouveau vers la monoplace où il intègre le championnat international de F3000 en 2000 chez Eurobet Arrows junior team de l’écurie TWR Arrows en F1. Eurobet Arrows est dirigée par son compatriote Paul Stoddart.

Grâce aux liens entre Eurobet et Arrows, Mark effectue ses premiers tours de roues en F1 comme pilote essayeur. Parallèlement à cela, il termine 3e du championnat de F3000. C’est l’une des révélations de cette saison 2000 en F3000. Il devient pilote d’essai pour Benetton F1 en 2001 et rempile pour une saison en F3000 chez SuperNova. Favoris, il commet plusieurs erreurs et termine second du championnat derrière Justin Wilson.

Après le rachat par Renault de Benetton, le grand Mark signe un contrat de management avec Flavio Briatore qui lui finance ses débuts dans la catégorie reine au sein de l’écurie Minardi récemment reprise par Paul Stoddart son ancien patron en F3000.

2002 : les débuts en Formule 1

mark-webber-minardiLes débuts de Mark Webber en F1 ne pouvaient pas être meilleurs. Au sein de la petite écurie italienne, il termine 5e du Grand Prix d’Australie 2002, certes bien aidé par les abandons. Les officiels du Grand Prix de Melbourne permettent à Mark Webber et Paul Stoddart de célébrer ses deux points sur le podium après la cérémonie officiel pour le plus grand bonheur des Fans australiens. Il est alors le premier pilote australien à oeuvrer F1 depuis David Brabham, en 1994.

Le reste de l’année, il évolue en queue de peloton, mais sa belle performance du début de saison la révélé au monde de la F1. Ainsi, il intègre l’écurie Jaguar Racing, propriété de Ford, en 2003.

Malgré de meilleurs moyens financiers, l’écurie Jaguar Racing, ne permet pas à Mark Webber de faire mieux que 6e en course, un résultat moins bon que sa 5e place chez Minardi en 2002. Néanmoins, il marque 17 des 18 points de Jaguar en 2003 et domine ses deux équipiers, Antonio Pizzonia et son ancien rival en F3000, Justin Wilson. Pour la saison 2004, il ne marque que 7 points, malgré une qualification en première ligne en Malaisie. La faute à une Jaguar R4 médiocre.

Ces résultats, certes moyens, lui ouvrent cependant les portes de l’écurie Williams en 2005. Très bon en qualification, il décroche des places dans les 5 premiers sur la grille de départ. Il est néanmoins plus inconstant en course ou il est impliqué dans plusieurs accrochages. Il termine quand même régulièrement dans les points et décroche son premier podium à Monaco où il se classe 3ème. La fin de saison est plus difficile, BMW ayant annoncé son départ de l’écurie Williams après avoir racheté l’écurie Sauber.

En 2006, Williams maintenant motorisé par Cosworth, conserve les services de Mark Webber. Pour l’Australien et son équipe, cette saison est une traversée du désert. Il ne marque que 7 points, la faute à une mécanique fragile. Il quitte l’écurie de Grove en fin de saison pour retourner à Milton Keynes, maintenant propriété de Red Bull.

Red Bull Racing n’en est qu’à sa seconde saison en 2007 quand Webber arrive. Avec son coéquipier David Coutlhard, ils marquent quelques points. La saison suivante marque un net bon en avant pour Red Bull Racing, le travail d’Adrian Newey commence à se faire sentir. Mark prend l’ascendant sur David Coutlhard et termine 4e à Monaco.

Pendant l’intersaison 2008-2009 il est renversé en vélo par une voiture lors d’une course caritative qu’il organise en Australie. Grâce à une intense rééducation, il est bien au départ de la saison aux côtés de son nouvel équipier Sebastien Vettel. Les nouvelles règles aérodynamiques bouleversent la hiérarchie. La RB5 est bien née, hormis la Brawn GP, un cran au-dessus, Red Bull devance les tops team. Mark Webber remporte sa première victoire Nübrugring après avoir signé sa première pole position. Tout au long de la saison, il enchaînera les bons résultats et les podiums. Il remporte sa seconde victoire au Brésil et termine 4e du championnat 2009.

Red Bull Racing, après la saison 2009, est devenue un top team. L’équipe possède le meilleur châssis et le meilleurs V8 du plateau, fourni par Renault. L’Australien profite de ces conditions optimales pour se battre pour le championnat avec son équipier Sebastien Vettel. Une rivalité naît entre les deux pilotes.

S’il termine 3e des championnats en 2010 et 2011, la saison 2012 s’avère plus difficile à vivre pour Webber, Red Bull Racing ayant clairement fait de Vettel son pilote n°1 au détriment du pilote australien. Il termine 6e au classement des pilotes. Ce dernier se rattrape toutefois en 2013, en terminant une nouvelle fois 3e du championnat, son meilleur classement. Parallèlement, il annonce qu’il quitte Red Bull Racing et la F1 pour rejoindre Porsche en WEC.

2016 : fin de carrière après le Wec

Porsche Team: Mark Webber

Porsche Team: Mark Webber

Après 12 saisons en F1 et un palmarès honorable, 215 Grand Prix, 9 victoires, 42 podiums, 13 pole positions, il rejoint le championnat du monde d’endurance. Il décroche le titre de champion du monde d’endurance avec Porsche en 2015 et termine 2e des 24H du Mans. Il occupe actuellement la 4e place du championnat 2016 en WEC.

À la fin de la saison, il prendra une retraite bien méritée. Il ne quittera pas pour autant le monde de la course puisqu’il a déjà annoncé qu’il serait consultant pour la télévision lors des Grand Prix de F1.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR